^

Politique

Répression

Blessé par la police, suspendu par la hiérarchie : soutenons Nicolas, pompier de l’Essonne !

Après la répression policière, la répression au travail. Nicolas, pompier blessé par un tir de flashball pendant la manifestation des pompiers, s’est vu suspendre cette semaine par sa hiérarchie pour propos injurieux. En effet, selon celle-ci, la vidéo où Nicolas s’insurge de cette répression, serait répréhensible. Une décision qui vient appuyer la dure répression que subissent les mouvements sociaux, dont Nicolas est un énième exemple.

vendredi 25 octobre

Il va perdre 900 euros dès cette semaine, et cela pour avoir dénoncé le traitement réservé par la police et l’Etat à ceux qui décident de sortir dans la rue pour combattre la précarité et la réforme des retraites. Comme en témoignaient de nombreux pompiers après leur journée de mobilisation, la répression qui s’est abattue sur cette dernière a été féroce, ce qui a d’ailleurs entraîné une vague d’indignation de la part de la population et notamment des gilets jaunes face à cette incompréhensible répression de ceux qui sauvent quotidiennement des vies.

Cependant, Nicolas a aussi subi une odieuse campagne de diffamation sur les réseaux sociaux de la part de macronistes, l’accusant d’être un “faux” pompier et allant jusqu’à parler de maquillage pour sa blessure pourtant clairement visible sur la vidéo. Les adeptes de La République En Marche en sont réduits à diffamer leurs opposants sous couvert d’anonymat.

En réalité, cette suspension est une répression professionnelle au sein des casernes qui s’inscrit dans la continuité de la répression policière qui sévit dans la rue par une direction ouvertement à la solde du gouvernement. Détériorer encore davantage les conditions d’interventions et suspendre un pompier blessé parce qu’il ne s’est pas tu face à la répression, voilà la politique de la hiérarchie de Nicolas. Soutenons Nicolas, soutenons les pompiers en lutte, soutenons tous les secteurs qui se battent contre la destruction du service public par Macron, son gouvernement, et son monde !




Mots-clés

Pompiers   /    Manifestation   /    Répression   /    Politique