^

Politique

Castaner ne voit pas de violences policières, nous oui

Bordeaux : Retour sur la répression policière

Bordeaux est un des centres névralgiques de cette mobilisation des Gilets Jaunes. Chaque samedi, de nombreux manifestants se mobilisent et manifestent dans les rues de la ville, et chaque samedi, ils subissent une répression policière qui a déjà fait de très nombreux blessés et mutilés, dont un dans le coma.

mardi 15 janvier

Crédit photo : Gabriel Pacheco

Ces dernières semaines la capitale girondine a été le théâtre d’une très forte mobilisation des Gilets Jaunes, avec des manifestations de grande ampleur comme le montre l’acte IX (Plus de 15 000 manifestants). Ces manifestations ne vont pas sans leur lot de violences policières qui font chaque semaine de plus en plus de blessés et de mutilés.

Cette répression étatique, les grands médias n’en touchent pas mots, ils y préfèrent la criminalisation des manifestants sous le terme « casseurs ». Quand bien même ils daignent relater les différents blessés, ils ne dénoncent en rien le gouvernement qui, au travers de sa police, tentent de faire taire la contestation par la violence. Ce fait est très bien illustré par l’article de Sud-Ouest relatant la blessure par Flashball (LBD) subie par Olivier, un pompier volontaire de Bazas actuellement dans le coma, dans lequel le média n’écrit pas une ligne sur cette violence policière gratuite et cautionnée par le maire de la ville Alain Juppé.

Ainsi, face à ces grands médias, il est nécessaire de dénoncer cette répression et de mettre en lumière la responsabilité d’Alain Juppé, complice des mutilations subies par de nombreux girondins. A l’heure où l’on décompte de nombreux Gilets Jaunes blessés à Bordeaux, qui ont perdu un œil, une main ou encore un testicule, la responsabilité du maire n’est en effet plus à démontrer.

Samedi 12 a encore une fois été révélateur de la violence étatique subie par les Gilets Jaunes :

Olivier, pompier volontaire de Bazas, a reçu un tir de Flash-Ball en pleine tête et à courte distance lors de l’Acte IX bordelais. Fuyant une charge d’agents de la BAC au travers d’une petite rue, Olivier a été visé par un tir tendu sans raison et s’est ensuite écroulé à terre comme il est possible de le voir dans la vidéo suivante.

Des street-medics sont venus le secourir avant qu’il ne soit emmené à l’hôpital. Les médecins de l’hôpital Pellegrin ont décidé de le plonger dans un coma artificiel au vu de la gravité de la blessure, dont il n’est pas encore possible de le sortir.

Par ailleurs, Olivier n’est pas le seul blessé grave de cette manifestation. Benjamin, a lui aussi été la cible d’un tir de Flash-Ball au visage. Il a été transféré à l’hôpital après l’impact mais il y a laissé un œil.

Crédit Photo : Macadam Press

Rappelons que l’atrocité de la répression physique contre les manifestants n’est pas la seule forme de violence qui est exercée sur les Gilets Jaunes. En effet, l’Etat, au travers de l’organe judiciaire, a condamné à de multiples reprises des Gilets Jaunes à de très lourdes peines allant jusqu’à la prison ferme.
A Bordeaux il y les cas emblématiques de Peter et Adrien condamnés à de la prison ferme pour avoir manifesté « illégalement », plainte d’ailleurs déposée directement par Alain Juppé et le préfet de la région.

Pire encore, un homme de 55 ans a été passé à tabac au niveau d’un arrêt de tram et a ensuite été condamné à deux mois de prison avec sursis et 300 euros d’amende.

Face à cette violente répression policière et judiciaire les Gilets Jaunes ne se laissent pas abattre et se solidarisent comme en témoigne le rassemblement en soutien à Oliver ayant eu lieu lundi 14 et le mardi 15 à 21H.

De plus, plusieurs blessés et personnes volontaires ont décidé de constituer un collectif contre la répression policière ouvert à celles et ceux qui désirent s’organiser contre cette violence. Le collectif contre les répressions policières Bordeaux a déjà fait quelques démonstrations qui doivent être approfondies, comme la création d’une banderole où l’on peut lire : « Macron et ses sbires mutilent, Juppé complice. Collectif contre les répressions policières ».
Un rassemblement avant la manifestation de Samedi 19 pour dénoncer ces violences est appelé par le collectif comme ce fut le cas pour les deux actes précédents.

Nous vous invitons à participer à ce collectif afin d’apporter tout le soutien possible aux nombreux blessés de répression policière. Levons le silence qui entoure cette répression !

La page facebook :
https://www.facebook.com/repressionpolicebordeaux/?__tn__=%2CdC-R-R&eid=ARDSzjhKP1JkbBzXmkvaFqmX0ZDIEeOQ8ahOG1UxvnumkNxF5g8h7U6O9tVBpAJRDUiI7Ie2rfXMNvsB&fref=nf

Tout notre soutien aux victimes et à leurs proches.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Manifestation   /    Alain Juppé   /    Bordeaux   /    Emmanuel Macron   /    Violences policières   /    Répression   /    Politique