^

Politique

Communiqué suite aux menaces de fermetures

CGT Renault Lardy : le « monde d’après » des patrons ressemble furieusement à celui d’avant !

Nous relayons ci-dessous le communiqué de la CGT Renault Lardy suite aux menaces de fermeture d'usines Renault : le « monde d'après » des patrons a déjà un visage. Et il ressemble furieusement à celui d'avant !

lundi 25 mai

Crédits photos : LP/Gérald Moruzzi

Source du communique : Facebook de la CGT Renault Lardy

La direction Renault n’a pas attendu longtemps après le redémarrage de ses usines pour reprendre son chantage à l’emploi. En faisant fuiter dans la presse que 4 usines étaient menacées (Flins, Choisy, Dieppe et Fonderie de Bretagne), elle prépare son plan d’économies de 2 milliards d’euros qui sera annoncé fin mai.

Un plan qu’elle élabore depuis la fin 2019, avant la crise liée au Covid. Ce plan touchera aussi fortement l’ingénierie (4000 emplois "en trop" en R&D selon les fuites dans la presse). Car crise ou pas, ce qui compte et ce qui a toujours compté pour eux, ce ne sont que les profits. Les 10 années de bénéfices post-crise financière de 2008 ont conduit à 21 milliards d’euros de profits cumulés et à 5 milliards d’euros de dividendes versés aux actionnaires. Dans le même temps, plus de 20% de l’effectif était supprimé en France (9000 postes supprimés). 🤬

Renault a fait redémarrer l’usine de Flins avant même le déconfinement. Elle n’a jamais fermé le site de Lardy et y a fait travailler des centaines de salariés (pour la plupart sous-traitants) pendant plusieurs semaines sans masque, sans gel hydroalcoolique, à plusieurs dizaines dans une même salle de commande. Et ce sont justement ces travailleurs dont elle menace les emplois ! Quel cynisme ! 🤮

Que nous soyons dans un centre d’ingénierie ou dans une usine, nous sommes tous concernés par ces attaques. Ne nous laissons pas faire, échangeons entre nous, préparons-nous à riposter collectivement. La crise Covid a montré que, sans les « premiers de corvée », rien ne pouvait tourner : salariés Renault, sous-traitants ou intérimaires, ne nous laissons pas faire ✊ !




Mots-clés

Renault-Nissan   /    Licenciement(s)   /    Politique