^

Politique

Ces métiers que le coronavirus a rendu indispensables pour notre société

Il y a le confinement...et il y a le confinement version Macron. Depuis l'allocution du président de la République qui a annoncé le confinement de "toute la population", un sentiment d'injustice s'empare des professions les plus exposées au coronavirus.

vendredi 20 mars

Crédit photo AFP

Publié initialement : ici

Ceux qui peuvent télétravailler peuvent rester chez eux tandis que les salariés qui font un travail non délocalisable sont contraints de braver le danger du virus sans masques, sans gants ni aucune autre protection. Les caissières, conducteurs de bus, infirmières, boulangers, manutentionnaires et toutes ces petites mains deviennent soudainement "essentielles" pour la continuité économique du pays. C’est même la survie de la population que ces métiers sont en train d’assurer alors que la pénibilité de certaines de ces professions étaient contestée il y a encore peu de temps.

Les cadres supérieurs, membres des conseils d’administration du CAC40, le personnel politique sont tous en confinement, bien à l’abri du cataclysme sanitaire qui guette le pays pendant que ces ouvriers aux savoir-faire inestimables sont envoyés en première ligne pour nous éviter la banqueroute générale. Ce sentiment d’injustice est d’autant plus fort que ces hommes et femmes soudains devenus indispendables à l’économie et à la pérennité de toute une société restent sous-rémunérés et inconsidérés au regard de leur dévouement sans limite pour l’intérêt général. Et ce n’est pas la prime de 1000 euros proposée par le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, pour tous les salariés travaillant au péril de leur vie qui compenseront le sacrifice consenti par ces derniers. Des journées à rallonge, du temps familial inexistant et une abnégation sans faille dans l’accomplissement de leurs missions respectives. C’est le quotidien de ces héros qui eux œuvrent réellement pour l’intérêt général.

Si le coronavirus est bien une crise sanitaire sans précédent, elle reste néanmoins salutaire car elle aura permis de mettre en évidence les métiers qui contribuent concrètement et grandement à la richesse nationale. Il suffit de sortir pour observer que les métiers essentiels sont bien ceux qui nous nourrissent, qui nous transportent, qui nous soignent et qui nous protègent.
Cette réalité économique et sociale des métiers importants feront qu’il y aura bien un avant et un après épidémie.

Aujourd’hui ils sauvent un peuple de la mort et de la faim mais demain il faudra remettre sur le devant de la scène le caractère primordial du service public et plus largement de tous ces métiers qui permettent à la France de ne pas sombrer dans l’abîme.




Mots-clés

Coronavirus   /    Macronisme   /    Emmanuel Macron   /    Politique