^

Monde

Grève illimitée des transports

Equateur : Les manifestations contre les plans du FMI remettent en question l’état d’urgence.

Avec une grève illimitée des transports et des mobilisations dans différentes parties du pays, la deuxième journée de protestations se déroule en Equateur, remettant en question la répression et l'état d'exception décrété par Lenín Moreno.

lundi 7 octobre

Les Équatoriens sont à nouveau descendus dans la rue ce vendredi, le deuxième jour des manifestations contre les plans du FMI mis en œuvre par le gouvernement de Lénine Moreno. Malgré la répression brutale et l’état d’exception décrété par le gouvernement jeudi, les principales villes ont été paralysées par la grève illimitée des transports et les blocus et manifestations se sont multipliés dans différentes parties du pays.

Avec la mise en œuvre de l’état d’exception, Moreno a durci son discours contre les manifestants et les a qualifiés de "putschistes" violents, en même temps qu’il a averti qu’ "il punira avec la loi" les organisateurs des manifestations.
Malgré les plus de 370 détenus recensés à la fin de la journée de vendredi, les déclarations de Moreno n’ont fait qu’alimenter le feu de protestation, qui promet de s’intensifier dans les heures à venir.

La réponse du gouvernement est de militariser complètement les rues du pays, ce qui ne fera qu’enflammer les esprits en intensifiant les revendications des manifestants qui pour l’instant demandent l’abrogation du "paquet", en référence à la série de mesures présentée par Moreno à la demande du FMI, qui comprend la fin des subventions du carburant et la réforme du travail.
Moreno s’accroche aux exigences du FMI et décide d’affronter les manifestants en soulignant que leur seul objectif est de "déstabiliser le gouvernement" et discrédite l’appel à la grève, arguant que l’objectif de l’état d’urgence est de "garantir la sécurité et le fonctionnement normal des services et institutions essentielles ". Le blocage a été conséquent dans plusieurs villes. Des centaines d’étudiants et de militants du mouvement social ont franchi les barrières de sécurité entourant le palais du gouvernement, le Carondelet, et se sont affrontés à la police.

Dans différents secteurs de la ville de Guayaquil, considérée comme la capitale économique de l’Equateur, des affrontements ont eu lieu, en plus de quelques pillages de magasins et d’établissements publics, montrant que la situation est loin d’avoir été contrôlée, comme le gouvernement l’insinue.
Dans un discours qui semblait relever de la fiction, et alors que les réseaux sociaux montraient des images des manifestations, Moreno a déclaré que les ministres du gouvernement l’avaient informé depuis Quito que " les sources des violences sont contrôlées dans leur quasi totalité. »

La militarisation et les arrestations massives sont les moyens que le gouvernement a trouvés pour faire avancer les plans du FMI. En plus des 250 détenus du premier jour de manifestations, le bureau du procureur général de l’Équateur a rapporté vendredi qu’ils avaient arrêté deux dirigeants syndicaux du secteur des transports.

Depuis son compte Twitter officiel, le bureau du procureur général a indiqué qu’aux premières heures du matin, le Messie V., secrétaire général de l’Union des conducteurs de la province d’Azuay, et Manolo S., président de la Chambre des transports de la ville andine de Cuenca, avaient été arrêtés pour "paralysie présumée du service public".

Pour sa part, la Confédération des nationalités autochtones (Conaie) a dénoncé la "détention arbitraire de Marlon Santi par la police nationale", en ajoutant que " Jairo Gualinga, dirigeant de Conaie Youth, et deux étudiants, seront transférés à la prison de Putuimi pour une audition ultérieure. Confeniae (une autre des organisations indigènes) a également fait des déclarations exprimant sa « répudiation des actes répressifs de la police et de l’armée, et la politique de criminalisation de la lutte et de la protestation sociale du ministre de l’Intérieur ».

Malgré l’état d’urgence, qui durera soixante jours, la paralysie des transports reste d’actualité jusqu’à nouvel ordre.

L’Équateur rejoint la liste des pays qui manifestent contre l’application des plans d’austérité exigés par le FMI, qui n’apportent rien d’autre que la misère, la souffrance et la faim à la population. Des pays comme le Costa Rica, le Nicaragua, le Soudan, la Tunisie, le Honduras ou Haïti ont déjà vu apparaître des secteurs en lutte similaires contre les réformes. Avec l’Équateur, l’Argentine pourrait être le prochain pays à se joindre à la liste, compte tenu du niveau d’endettement contracté auprès du FMI et de la demande d’austérité et de réformes structurelles dont les conséquences se feront sentir dans les prochains mois.

Crédits photos : Quito (AFP)




Mots-clés

Equateur   /    Monde