^

Monde

#BlackLivesMatter

Etats-Unis. Une ado de 16 ans tuée par la police : après le procès George Floyd, le combat continue

Mardi 20 avril, une heure avant le verdict sur la culpabilité de Derek Chauvin dans le meurtre de Georges Floyd, une jeune fille noire, Ma'Khia Bryant, âgée de seize ans était abattue par la police dans l’Ohio.

mercredi 21 avril

Mardi soir, Derek Chauvin était reconnu coupable d’homicide involontaire, mais également de meurtre au deuxième et troisième degré. Un jugement historique obtenu par la mobilisation de rue et la vague internationale de lutte contre les violences policières et racistes, mais qui reste un cas d’exception. Dans le même temps en effet, environ une heure avant le verdict de Derek Chauvin, était abattue par la police une jeune fille de seize ans.

Tuée par la police pour l’avoir appelée

Il est 16h30 lorsque la police est appelée, mardi 20 avril, au sujet d’une bagarre. En arrivant sur les lieux, les policiers tirent immédiatement sur l’une des deux jeunes filles, qu’ils suspectent être en possession d’un couteau, et la tuent. Transportée à l’hôpital, Ma’Khia Bryant meurt quelques instants plus tard.

Finalement, il est établi que c’est Ma’Khia Bryant elle-même qui avait contacté la police car un groupe d’adolescents la menaçaient, et qu’elle tentait de se défendre à l’aide d’un couteau lorsque la police est intervenue. L’un des témoins de la scène, Tay Jones, raconte sur Facebook que la police a tiré quatre fois dans la poitrine de la jeune femme, sans même avoir demandé au préalable qu’elle pose le couteau.

Immédiatement, des manifestants se sont rassemblés, scandant : « Pas de justice, pas de paix » et s’élevant contre ce nouveau meurtre policier. Devant les journalistes, Hazel Bryant, la tante de Ma’khia, a déclaré : "Elle ne méritait pas de mourir comme un chien dans la rue".

Après Derek Chauvin, le combat continue

Si Derek Chauvin a été reconnu coupable du meurtre de Georges Floyd, ce jugement intervient dans un contexte marqué par les mobilisations historiques de l’été dernier. Alors même que la vidéo du policier tuant de sang-froid Georges Floyd avait fait le tour du monde, le verdict était loin d’être gagné. L’avocat de Derek Chauvin avait notamment tenté de maquiller le meurtre en une overdose pour déresponsabiliser le policier, comme c’est régulièrement le cas dans des affaires de meurtre policier.

Cependant, face aux centaines de milliers de jeunes s’étaient soulevés à l’international contre les violences policières racistes, l’enjeu du procès du policier était surtout de canaliser la colère du printemps dernier.

S’il faut célébrer cette victoire, obtenue par la rue, le meurtre de Ma’Khia Bryant vient brutalement rappeler que l’impunité reste totale pour tous les cas qui n’ont pas été médiatisés, et que les violences policières continueront d’exister tant que le système capitaliste, et la police qui lui sert de pilier, ne seront pas abolis. Selon le New York Times, depuis le 29 mars, 64 personnes sont déjà mortes aux mains de la police, avec une moyenne de plus de trois meurtres par jour. Aux États-Unis, ce sont en effet plus de mille personnes qui sont tuées par la police chaque année. Quelques jours avant l’ouverture du procès de Derek Chauvin, la justice américaine rappelait son vrai visage en innocentant les policiers mis en cause dans le meurtre raciste de Daniel Prude, alors même que celui-ci avait également été filmé.




Mots-clés

Racisme d’État   /    Police   /    #BlackLivesMatter   /    Violences policières   /    Etats-Unis   /    Monde