^

Débats

Déclaration de 296 militants du NPA

Exclus du NPA, nous engageons le processus de construction d’une nouvelle organisation révolutionnaire

Dans cette déclaration, signée par 296 militants et militantes issus de 34 comités du NPA, nous revenons sur notre exclusion de l'organisation. Elle ouvre pour les militants de Révolution Permanente une nouvelle étape dans la bataille pour la construction d'un Parti révolutionnaire des travailleurs en France.

jeudi 10 juin

A quelques jours de la conférence nationale censée définir l’orientation et le candidat du Nouveau parti anticapitaliste pour la prochaine élection présidentielle, nous nous voyons contraints de prendre acte de notre exclusion de fait de cette organisation que nous avons, pour certains, aidé à construire pendant plus de 12 ans. Comme très souvent dans l’histoire des exclusions politiques, ceux qui les pratiquent ne le reconnaissent pas et manient les formules du style “séparation” (au lieu d’exclusion) ou encore “ils se sont mis d’eux-mêmes en dehors du parti”. La réalité reste pourtant celle d’un long processus d’exclusion orchestré de bout en bout par le noyau central de la majorité de direction depuis plus d’un an, sur lequel il existe des dizaines de traces écrites (motions d’exclusion, déclarations internes signées par les membres de cette direction, décisions de la commission de médiation bafouées, etc.) que nous transmettrons volontiers sous simple demande.

Très loin du récit fantasmé et des calomnies proférées par la majorité de direction du NPA, notre exclusion répond à deux problèmes politiques bien concrets : 1) la direction historique du NPA, héritière de ce qui est resté de la direction de l’ancienne LCR, est devenue de plus en plus minoritaire au sein de l’organisation et risquait, lors d’un prochain congrès, d’en perdre totalement le contrôle ; 2) cette même direction s’est engagée dans un tournant à droite, vers une politique de compromission avec la gauche institutionnelle, dont les listes pour les régionales en Nouvelle-Aquitaine et en Occitanie sont un avant-goût, tournant pour lequel l’existence d’une aile gauche forte, opposée à ce que le NPA devienne une sorte de succursale de La France Insoumise, constitue un obstacle. Ce sont ces deux raisons qui ont conduit la direction, d’abord à repousser le congrès aux calendes grecques, puis à faire de la conférence nationale sur la présidentielle un instrument de la scission, à travers la confiscation des droits politiques d’environ 25 % des militants de l’organisation.

S’il est ridicule de prétendre que nous n’étions pas membres du NPA alors que nous disposions d’une représentation dans toutes les instances de direction nationale et intervenions au nom du NPA dans des meetings et même dans le traditionnel débat NPA-LO lors de la dernière Fête de Lutte ouvrière, il est certain que nous avions d’importants désaccords à la fois sur le bilan du projet initial du NPA et sur la façon de dépasser la crise dans laquelle l’organisation est plongée depuis une décennie. Il n’y avait pourtant pas de fatalité à ce que le NPA se réduise à peau de chagrin, un peu plus à chaque congrès, au point de ne représenter aujourd’hui qu’à peine 10 % du nombre d’adhérents présents au moment de la fondation, et trois fois moins que les effectifs de la LCR au moment de sa dissolution. Ou encore à ce que l’organisation, dans sa sociologie, regroupe bien plus d’enseignants et de cadres de la fonction publique que d’ouvriers et de personnes issues des quartiers populaires et de l’immigration.

Surtout dans un contexte où, depuis 2016, nous avons assisté à une vague importante de la lutte de classe et à l’émergence d’une nouvelle génération militante, débordante de radicalité et à la recherche d’une alternative politique qui porte cette radicalité, dont le mouvement des Gilets jaunes et ses chants sur la révolution ou encore la grève contre la réforme des retraites de l’hiver 2019-2020 étaient des illustrations. Durant ces années nous avons défendu dans le NPA, et tenté à notre échelle de faire la démonstration, qu’autour d’un profil révolutionnaire affirmé et d’une intervention audacieuse dans les principaux phénomènes de la lutte de classe, il était possible d’attirer vers l’extrême-gauche une partie de ces nouveaux militants et que c’était là que résidait la sortie de crise de l’organisation, plutôt que dans les politiques dites unitaires en direction d’une soi-disant « gauche de la gauche » de plus en plus éloignée des intérêts des travailleurs et des classes populaires.

Nous avons été un certain nombre à avoir été gagnés dans cette séquence aux idées révolutionnaires par les camarades de Révolution permanente et, une fois ayant rejoint le NPA, nous n’avons malheureusement pas trouvé l’accueil espéré : on a tenté de nous empêcher de voter pour le congrès, puis pour la conférence nationale, on a expliqué que nous n’étions pas de vrais militants du NPA, on a dénigré en interne la coordination RATP-SNCF, puis une grève comme celle de Grandpuits, jusqu’à la campagne traitant la proposition de candidature pour la présidentielle d’un camarade ouvrier, issu de l’immigration, reconnu pour son rôle dans la lutte de classe comme Anasse, comme “une attaque contre le NPA”.

Arrivés à ce point, nous ne voyons plus de possibilité que le NPA puisse se recomposer en tant qu’outil efficace au service des intérêts de notre classe. Nous avons pourtant tenté jusqu’à la fin de le transformer, ce qui ne pouvait se faire que sur la base d’un bilan sérieux de l’échec du projet initial, de l’immense difficulté de cette organisation à être autre chose qu’un commentateur des grands processus de la lutte de classe, pour aboutir à une forme de refondation révolutionnaire. Cette possibilité nous étant aujourd’hui ôtée par notre exclusion, nous ne renoncerons néanmoins en aucun cas à l’objectif de reconstruire une gauche révolutionnaire à la hauteur des expériences de la lutte de classe des dernières années et surtout des défis qui sont devant nous en cette nouvelle phase de crise capitaliste internationale.

C’est pourquoi, en étant exclus aujourd’hui du NPA, nous nous lançons immédiatement dans un processus de constitution d’une nouvelle organisation, dans la perspective de construction d’un parti révolutionnaire des travailleurs, ainsi que dans la recherche des 500 parrainages nécessaires pour que Anasse puisse être candidat à l’élection présidentielle de 2022.

Nous appelons tous et toutes les camarades qui partagent ces conclusions à nous rejoindre dans la bataille qui commence.

Premiers signataires :

Adrien Cornet (raffineur Grandpuits), Anasse Kazib (cheminot Paris Nord, membre du Conseil Politique National), Alberta Nur (étudiante Toulouse Mirail), Christian Porta (ouvrier agroalimentaire Neuhauser), Clément Alonso (cheminot technicentre Châtillon), Daniela Cobet (enseignante Val-de-Marne, membre du Comité Exécutif), Emmanuel Barot (ex-MCF à l’Université de Toulouse Mirail), Elsa Marcel (élève-avocate, membre du Conseil Politique National), Éric Bezou (cheminot licencié Maintes-la-Jolie) Faouzi Abou Rayan (ouvrier maintenance RATP), Flora Carpentier (journaliste), Gaëtan Gracia (ouvrier aéronautique Toulouse), Jean-Philippe Divès (juriste, membre du Comité Exécutif), Juan Chingo (journaliste), Laura Varlet (cheminote Paris Nord, membre du Conseil Politique National), Léo Valadim (étudiant Paris 8, membre du Bureau du Secrétariat Jeune), Lucas Dorin (travailleur social Montpellier), Marie-Laure Charchar (travailleuse CHU Bordeaux), Marina Garrisi (éditrice), Marion Dujardin (enseignante Seine Saint-Denis, membre du Conseil Politique National), Maude Vadot (MCF à l’Université Savoie Mont Blanc), Nima Santonja (musicienne), Petra Bernus (étudiante Bordeaux, membre du Bureau du Secrétariat Jeune), Philipe Alcoy (journaliste), Rozenn Kevel (étudiante et salariée licenciée de Chronodrive Toulouse), Simon Hallet (ouvrier papeterie Blois), Thomas Posado (chercheur et auteur), Valentin Leblanc (enseignant Dunkerque), Vincent Duse (ouvrier PSA Mulhouse, membre du Conseil Politique National), Yassine Jiwa (machiniste RATP)

Tous les signataires :

Abdenour, Comité Université Paris 8 ; Abel, Comité Université Paris 1 ; Adeline, Comité Toulouse Travailleurs ; Adrien Cornet, Comité Grandpuits ; Adrien, Comité Jeune 31 ; Agathe, Comité Université Paris 8 ; Agnès, Comité Jeunes Bordeaux ; Agustin, Comité Jeunes Bordeaux ; Ahmed, RATP Transports IDF ; Alberta, Comité Jeune 31 ; Alejandra, Comité Saint Ouen ; Alex, Comité Jeunes Bordeaux ; Alex T, Comité Jeunes Bordeaux ; Alexis, Comité Université Paris 8 ; Alix, Comité Jeunes Bordeaux ; A., Comité Université Paris 8 ; Amélie, Comité Toulouse Travailleurs ;Ana, Comité Grandpuits ; Ana, Comité Jeune 31 ; Ana, Comité Jeunes Bordeaux ; Anasse Kazib, SCNF Transports IDF ; Anne, comité Université Paris 1 ; Angèle, Comité Atipic ; Anna, Comité Jeune 31 ; Anne-Isabelle, Comité Université Paris 8 ; Antoanetta, Comité Toulouse Travailleurs ; Antoine, Comité Université Paris 7 ; Antoine, Comité Lille entreprise ; Antonin, Comité Jeunes Bordeaux ; Ariane, Comité Université Paris 1 ; Arnaud, Comité Université Paris 8 ; Arnaud, Comité Toulouse Travailleurs ; Arthur, Comité Université Paris 1 ; Arya G., Comité Toulouse Travailleurs ; Astrid, Comité Université Paris 1 ; Auguste, Comité Université Paris 1 ; Augustin, Comité Université Paris 1 ; Augustin, Comité Université Paris 8 ; Bastien, Comité Jeune 31 ; Bastien, Comité Jeunes Bordeaux ;Béatrice, Comité Grandpuits ; Bénédicte, Comité Université Paris 7 ; Benjamin, Le Mans ;Benjamin, Comité Toulouse Travailleurs ; Camila, Comité Jeunes Bordeaux ; Camille, Comité Atipic ;Camille, Comité Juridique ; Camille, Comité Nanterre ; Capucine, Comité Ville Jeunes 31 ; Carine, Comité Angoulême ; Carla, Comité Université Paris 8 ; Caro, Comité Université Paris 8 ; Catherine, Comité Paris 12°-2 ; Cécile, Comité, Université Paris 7 ; Céline, Comité Université Paris 1 ; Chloé, Comité Jeunes Bordeaux ; Christian Porta, Comité Metz ; Claire, Comité Juridique ; Clara, Comité Educ Nat 93-95 ; Claude, Comité Yvelines (78) ; Clémence, Comité Educ Nat 93-95 ; Clément Alonso, SCNF Transports IDF ; Cléo, Comité Jeunes Montpellier ; Coline, Comité Université Paris 8 ; Corentin, Comité Université Paris 1 ; Cristina, Comité Bordeaux RD (Lormont) ; Damian, Comité St Ouen ; Damien, Toulouse Travailleurs ; Daniela Cobet, Comité St Ouen ; Daniel, Comité Paris 12°-2 ; Diane, Comité Toulouse Travailleurs ; Djamel, Comité St Ouen ; Dorian, Comité Jeunes Bordeaux ; Ehsan, Comité Jeunes Montpellier ; Eleni, Comité Université Paris 1 ; Elisa, Comité Jeunes Bordeaux ; Elise, Comité Educ Nat 93-95 ; Ella, Comité Jeunes Bordeaux ; Elodie, Comité Université Paris 7 ; Elodie, Comité Grandpuits ; Elsa Marcel, Comité Juridique ; Emilie, Comité Université Paris 8 ; Emmanuel, Comité Jeunes Bordeaux ; Emmanuel Barot, Comité Toulouse Travailleurs ; Erell, Comité Jeune 31 ; Eric Bezou, SCNF Transports IDF ; Esmée, Comité St Ouen ; Esther, Comité Université Paris 8 ; Ethan Comité Jeunes Bordeaux ; Eufi, Comité Jeune 31 ; Faouzi Abou Rayan, RATP Transports IDF ; Flora Carpentier, Comité St Ouen ; Florent, Comité Villejuif 94 ; Florian, Comité Jeunes Montpellier ; Florian, Comité Université Paris 7 ; Franck, RATP Transports IDF ; Franck, Comité Grandpuits ; François, Comité La Rochelle ; Fred, RATP Transports IDF ; Fred, Comité Toulouse Travailleurs ; Gab, Comité Jeunes Bordeaux ; Gabriel, Comité Université Paris 8 ; Gabrielle, Comité Jeune 31 ; Gaëtan D, Comité Toulouse Travailleurs ; Gérard, Comité Ariège/Catalogne Sud ; Gaëtan Gracia, Comité Toulouse Travailleurs ; Ghani, Comité St Ouen ; Gilles, Comité Université Paris 7 ; Giuletta, Comité Jeunes Bordeaux ; Gwen, Comité Educ Nat 93-95 ; Hanane, SCNF Transports IDF ; Hereiti, Comité Jeunes Bordeaux ; Hichem, Comité Université Paris 8 ; Idir, Comité Strasbourg ; Ilaria, Comité Université Paris 8 ; Imane, Onet Transports IDF ; India, Comité Jeunes Bordeaux ; Ines, Comité Université Paris 7 ; Ines, Comité Juridique ; Ines F, Comité Jeunes Bordeaux ; Irène, Comité Université Paris 8 ; Isidore, Comité Juridique ; Jahan, Comité Jeunes Bordeaux ; Jamila, Comité Saint Ouen ; Nicolas P., Comité Toulouse Travailleurs ; JB, Comité Jeune 31 ; Jean Philippe Divès, Comité Paris 12°-2 ; Jérémie, Comité Jeunes Bordeaux ; Jinane, Comité Toulouse Travailleurs ; Jiro, Comité Jeunes Bordeaux ; Joachim, Comité Jeune 31 ; Jocelyne, Comité Grandpuits ; Josephine, Comité Jeune 31 ; Joshua, Comité Juridique ; Juan Chingo, Comité St Ouen ; Judy, Comité Jeunes Montpellier ; Jules, Comité Rennes ; Julie, Comité Atipic ; Julien, Comité Jeunes Bordeaux ; Julien, Jeunes Montpellier ; Julien, Comité Jeune 31 ; Juliette, Comité Jeunes Bordeaux ; Justine, Comité Jeune 31 ; Kenza, Comité Jeunes Bordeaux ; Khaled, Transports IDF ; Laura, Comité Atipic ; Laura Varlet, SCNF Transports IDF ; Laure, Comité Toulouse Travailleurs ; Laurie, Comité Jeunes Montpellier ; Léa, Comité Atipic ; Leire, Comité Toulouse Travailleurs ; Leo Valadim, Comité Université Paris 8 ; Léon, Comité Bordeaux RD (Lormont) ; Lhassa, Comité Université Paris 8 ; Lili, Comité Université Paris 1 ; Lilia, Comité Université Paris 7 ; Lilia, Comité Jeunes Montpellier ; Lorelia, Comité Université Paris 1 ; Lorice, Comité Jeune 31 ; Louis, Comité Université Paris 1 ; Louisa, Comité Jeune 31 ; Lourdes, Comité Jeunes Bordeaux ; Lucas Dorin, Comité Jeunes Montpellier ; Lucas S, Comité Jeunes Bordeaux ; Lucia, Comité Université Paris 7 ; Lucia, Comité Jeune 31 ; Lucie, Comité Jeunes Bordeaux ; Luck, Comité Bordeaux RD (Cenon) ; Ludo, Comité Jeune 31 ; Lya, Comité Université Paris 7 ; Lydia, Comité Toulouse Travailleurs ; Maeva, Comité Université Paris 8 ; Mahualan, Comité Jeunes Bordeaux ; Malika, Comité Jeunes Bordeaux ; Manon, Comité Vienne ; Marcel, Comité Université Paris 8 ; Marco, Comité Jeunes Bordeaux ; Mariana, Comité Nord Libournais/Haute Saintonge ; Marie, Comité Université Paris 8 ; Marie, Comité Jeunes Bordeaux ; Marie-Laure, Comité Jeunes Bordeaux ; Marina, Comité Jeunes Bordeaux ; Marina Garrisi, Comité Paris 12°-2 ; Marion Dujardin, Comité Educ Nat 93-95 ; Martin, Comité Rennes ; Mateo, Comité Université Paris 8 ; Mathieu, Comité Grandpuits ; Mathieu, Comité Lille entreprise ; Mathieu, Comité Mulhouse ; Mathis, Comité Université Paris 1 ; Mathis, Comité Chambéry ; Mathis, Comité Annecy ; Maud, Comité Rennes ; Maude Vadot, Comité Chambéry ; Maxime, Comité Toulouse Travailleurs ; Medhi C, Comité Université Paris 8 ; Medhi, Comité Université Paris 8 ; Mélanie, Comité Université Paris 1 ; Mélanie, Comité Jeune 31 ; Melvin, Comité Jeunes Bordeaux ; Michel, Comité Nord Libournais/Haute Saintonge ; Micka, Comité Jeunes Montpellier ; Mimo, RATP Transports IDF ; Muriel, Comité Atipic ; Nadia, RATP Transports IDF ; Natacha, Comité Jeune 31 ; Nathacha, Comité Jeunes Montpellier ; Nathan, Comité Université Paris 1 ; Nathanael, Comité Toulouse Travailleurs ; Nico, Comité Lille entreprise ; Nico, Comité Toulouse Travailleurs ; Nico, Comité Jeunes Bordeaux ; Nima Santonja, Comité Atipic ; Noémie, Comité Université Paris 8 ; Oscar, Comité Jeune 31 ; Pablo, Comité Jeune 31 ; Pablo, Comité Toulouse Travailleurs ; Pascal, Comité Mulhouse ; Pascaline, Comité Mulhouse ; Paul, Comité Université Paris 1 ; Pauline, Comité Toulouse Travailleurs ; Pauline, Comité Université Paris 7 ; Pepe, Comité Ville Jeunes ; Petra Bernus, Comité Jeunes Bordeaux ; Phileas, Comité Université Paris 7 ; Philippe Alcoy, Comité Educ Nat 93-95 ; Philomène, Comité Université Paris 7 ; Pierre, Comité Atipic ; Pierre, Comité Université Paris 1 ; Pierre , Comité Educ Nat 93-95 ; Pierrick, Comité Jeunes Bordeaux ; PMC, Toulouse Travailleurs ; Paul, Comité Grandpuits ; Quentin, Comité St Ouen ; Rachel, Comité Jeunes Montpellier ; Raouf, RATP Transports IDF ; Raphael, Comité Université Paris 1 ; Raphael, Comité Jeune 31 ; Rémy, Comité Chambéry ; Rodolphe, Comité Toulouse Travailleurs ; Romain C, Comité Jeunes Bordeaux ; Romance, Comité Comité Jeunes Bordeaux ; Romane, Comité Université Paris 1 ; Romane, Comité Jeunes Bordeaux ; Rozenn Kevel, Comité Jeune 31 ; Sabrina, Comité St Ouen ; Sacha, Comité Jeunes Bordeaux ; Sana, Comité Université Paris 8 ; Sandric, Comité Jeunes Bordeaux ; Santi, Comité Toulouse Travailleurs ; Sarah, Comité Jeune 31 ; Seb, Comité Bordeaux RD (Lormont) ; Sebastian, Comité Université Paris 1 ; Sia, Comité Jeunes Bordeaux ; Siam, Comité Jeunes Montpellier ; Simon, Comité Université Paris 1 ; Simon Hallet, Comité Blois ; Smail, Comité Jeune 31 ; Soner, Comité Jeunes Bordeaux ; Steven, Comité Paris 12°-2 ; Taïna, Comité Nanterre ; Tatiana, Comité Université Paris 7 ; Tchakame, Comité Université Paris 8 ; Thaïs, Comité Jeunes Montpellier ; Théo, Comité Université Paris 8 ; Théo, Comité Jeunes Bordeaux ; Thibault G, Comité Toulouse Travailleurs ; Thomas, Comité Educ Nat 93-95 ; Thomas, Comité St-Ouen ; Thomas, Comité Jeunes Bordeaux ; Thomas Posado, Comité Marseille centre ville ; Tom, Comité St Ouen ; Touré, Onet Transports IDF ; Tristan, Comité Paris 12°-2 ; Typhaine, Comité Université Paris 8 ; Valentin, Comité Lille entreprise ; Valérie, Comité Paris 12°-2 ; Vanessa, Comité Toulouse Travailleurs ; Victor, Comité Jeunes Bordeaux ; Vincent Duse, Comité Mulhouse ; Vincent, Comité Jeune 31 ; Virginia, Comité Paris 12°-2 ; Wadi, Comité Université Paris 1 ; Wadii, Comité Université Paris 8 ; Xavier, Comité Toulouse Travailleurs ; Yahya, RATP Transports IDF ; Yann, Comité St-Ouen ; Yann, Comité Jeunes Bordeaux ; Yassine Jiwa, RATP Transports IDF ; Yenea, Comité Jeunes Bordeaux ; Yohann, Comité St-Ouen ;Yona, Comité Université Paris 8 ; Younes, Comité Université Paris 8 ; Youri, Comité Université Paris 7 ; Zack, Comité Bordeaux RD (Lormont) ; Zoé, Comité Université Paris 8.