^

Politique

#Penelopegate

François Fillon condamné à deux ans ferme, mais fait appel

François et Penelope Fillon, ainsi son ancien suppléant Marc Joulaud, ont été condamnés pour emplois fictifs. L’ancien premier ministre a pris cinq ans de prison dont deux ferme, accompagnés de dix ans d’inéligibilité. Le couple a déjà annoncé se pourvoir en cassation.

lundi 29 juin

Crédit photo : Charles Platiau / Reuters

La délibération du procès contre l’ancien candidat à la présidentielle, son épouse, et son ancien suppléant vient de tomber, malgré la tentative de ces derniers de demander la réouverture des débats pour reporter la sentence. François et Penelope Fillon et son ancien suppléant Marc Joulaud ont été condamné ce lundi 29 juin par la 32ème chambre du tribunal correctionnel de Paris pour emplois fictifs.

Le réquisitoire commençait avec une citation de François Fillon lui-même « Il y a une injustice sociale entre ceux qui travaillent dur pour peu et ceux qui ne travaillent pas et perçoivent de l’argent public ». En citant cette déclaration de Fillon datant de septembre 2012, le procureur financier Aurélien Létocart avait donné le ton en mars dernier et demandait 5 ans de prison dont 3 avec sursis pour l’ex-ministre et 3 ans avec sursis pour sa femme. Un réquisitoire qui a été suivi.

François Fillon a été condamné à cinq ans de prison dont deux ferme accompagnés d’une peine d’inéligibilité de 10 ans et de 375 000 euros d’amendes. Penelope n’a écopé que de trois ans avec sursis et 26 000 euros d’amendes. Marc Joulaud doit s’amender de 679 000 euros et a été condamné à 2 ans avec sursis. L’Assemblée nationale, qui s’était portée partie civile, réclamait plus d’un million d’euros aux prévenus.

Un jugement assez complaisant pour Penelope et Marc Joulaud lorsque l’on sait qu’ils risquaient jusqu’à dix ans de prison.

Un appel dans la foulée

Malgré tout, ils ont décidé de faire appel. Une logique qui tient la route puisque la défense avait plaidé la relaxe générale. Fillon qui se présente comme victime, suite à l’affaire des écoutes, a tenté de prouver sans succès qu’il y avait eu des pressions politiques pour le faire tomber.

Antonin Lévy, avocat de l’ancien candidat aux dernières présidentielles, a expliqué qu’« il y aura un nouveau procès » dénonçant un jugement « qui n’est pas juste ». Puisqu’ils ne sont pas à une provocation près, Pierre Cornut-Gentille, l’avocat de Penelope Fillon, a quant à lui dénoncé une peine « sévère ». Rappelons quand même qu’elle n’a été condamnée qu’a du sursis.

Il faudra donc encore attendre avoir de voir François et Penelope condamnés. S’ils sont de nouveau condamnés en appel, il est fort à parier qu’ils iront en cassation. On n’est pas près d’avoir le fin mot de l’histoire. Malgré cette condamnation, qui peut paraître lourde pour certains, en tout cas pour François et Penelope, il ne faut rien attendre de cette justice bourgeoise. L’exemple des Balkany illustre parfaitement cette justice de classe. Il n’a fait que quelques mois de prison et a été libéré pour soucis de santé, même si quelques semaines plus tard il dansait aisément à Levallois. De même, Jérome Cahuzac qui avait été condamné à deux ans ferme avait réussi à aménager sa peine et n’a jamais mis un pied en prison. A l’inverse, lorsqu’un syndicaliste a une altercation avec un directeur, la justice est rapide et peut se montrer des plus répressives..

C’est ce qui est arrivé Kamel Guémari syndicaliste combatif qui a été condamné la semaine dernière, suite à une altercation avec le directeur d’un restaurant McDo, à 4 mois de prison avec sursis et 1 an de probation. Tous ces exemples nous montrent que cette justice de classe ne fera certainement pas dormir Penelope et François en prison.




Mots-clés

#PénélopeGate   /    François Fillon   /    #JusticeDeClasse   /    Politique