^

Notre classe

Construire la grève reconductible partout

Grève dans l’énergie : blocage des plate-formes Enedis près de Bordeaux et de Toulouse

Les énergéticiens en grève de Floirac, près de Bordeaux, et de Toulouse ont monté une action de blocage de leur site de travail pour entrer plus durement dans la bataille contre la réforme des retraites. Les deux plate-formes sont encore bloquées à ce jour, et pour une durée indéterminée, et des actions de passage en heures creuses par exemple sont entrepris par les grévistes.

mercredi 15 janvier

Blocage des sites Enedis

Depuis lundi 13 janvier, les grévistes de la plate-forme Enedis et GRDF de Toulouse ont décidé de bloqué l’entrée du site afin de peser dans le rapport de force contre le gouvernement qui tente d’imposer sa réforme des retraites, en bloquant toute sortie de matériel électrique, réduisant ainsi considérablement le fonctionnement de la plate-forme.

De même, à Floirac près de Bordeaux les grévistes bloquent depuis mardi 14 le comptoir logistique Serval qui fournit toute la région Nouvelle-Aquitaine. Ces blocages ont pour objectif de réduire drastiquement les sorties de matériels logistiques permettant à l’entreprise de fonctionner. Aussi, ces blocages veulent s’inscrire dans la durée, sur la base d’Assemblées Générales devant décider de la reconduction ou non. Les grévistes du site avaient déjà mené des actions de coupures de courant, notamment du commissariat de Bordeaux lorsqu’un l’un de leur camarade s’était fait interpellé en manifestation, mais entendent désormais durcir le mouvement par ce blocage !

Selon l’intersyndicale ce sont entre 30 et 60% de taux de grévistes dans le secteur de l’énergie en fonction des sites, et le même type de blocage ont été mené sur les sites de Ploërmel et de Gennevilliers, ce qui montre la volonté des travailleurs de l’énergie, déjà fortement mobilisés, de rentrer plus profondément dans le mouvement contre la réforme des retraites.

Le durcissement de la grève

A Floirac, mardi matin le blocage a été largement appuyé par d’autres secteurs en grève puisque de nombreux cheminots et enseignants étaient présents pour soutenir les grévistes de l’énergie et construire ce blocage qui est dès lors devenu un important lieu de lutte des environs Bordelais. Les grévistes invitent d’ailleurs toutes les personnes qui s’inscrivent dans cette lutte contre le gouvernement à venir à la plate-forme pour échanger, converger et s’organiser.

Ce nouveau cap dans la mobilisation des énergéticiens, après les nombreuses actions de coupure de courant, rétablissement du courants pour les foyers les plus précaires, etc.. peut constituer un pas en avant et un point d’appui pour une généralisation de la grève. En effet, après plus de 41 jours de grève, notamment chez les cheminots et à la RATP, il est nécessaire que la grève se généralise à d’autres secteurs comme dans le privé pour réellement faire plier le gouvernement.

Alors que les directions syndicales, en plein déni de négociation, ont mis plus d’un mois avant de s’aventurer à prononcer les mots d’ordre de « grève générale », la détermination des énergéticiens montrent que le fatalisme n’a pas de raison d’être, et que le durcissement de la grève est possible. De plus face à la répression policière et syndicale de plus en plus forte, l’organisation à la base des grévistes est la seule perspective qui permettent d’entrevoir une généralisation du mouvement de grève, et une victoire contre Macron et son monde.




Mots-clés

Grève décembre 2019   /    Réforme des retraites   /    Blocage économique    /    Grève   /    Grève générale   /    Notre classe