×

Témoignage

« J’ai vu des gens qui ont fini en sang » : Alix, 16 ans, lycéenne réprimée lors d’une manifestation

« J’ai pris un énorme coup de matraque dans le dos au niveau des côtes pendant la course-poursuite » : Alix, 16 ans a été réprimée lors d’une manifestation le 23 mars à Rennes. Dans le cadre d’une campagne contre la répression, nous publions son témoignage.

Imogen Fraser

19 mai 2023

Facebook Twitter
 « J'ai vu des gens qui ont fini en sang » : Alix, 16 ans, lycéenne réprimée lors d'une manifestation

Crédits photo : Wallpaper Flare

Ce témoignage a été recueilli dans le cadre de la campagne anti-répression menée par le collectif jeune de Révolution Permanente, le Poing Levé. Pour y participer également et témoigner, vous pouvez remplir ce formulaire.

Le Poing Levé : Bonjour, merci de nous accorder ton témoignage. Peux-tu commencer par te présenter et revenir sur ton investissement dans la mobilisation contre la réforme des retraites ?

Je m’appelle Alix, j’ai 16 ans et je suis lycéenne à Rennes au lycée Jean Macé. Je me suis mobilisée pour la première fois lors du mouvement contre la réforme des retraites, et plus particulièrement dans mon lycée, dans les blocages et différentes actions.

Le Poing Levé : Tu as été réprimée par la police lors de la manifestation du 23 mars à Rennes. Peux-tu nous raconter comment la manifestation s’est déroulée ?

J’étais sur la place Charles de Gaulle, dans un petit cortège séparé du cortège principal qui suivait l’initiative de la Maison du Peuple, à savoir la recherche d’un nouveau lieu d’organisation politique après l’expulsion de l’ancienne Maison du Peuple du Cinéma L’Arvor au début du mois.

C’est lorsque nous étions dans un petit cortège que nous avons subi une charge très violente de la police. C’était un moment très chaotique et rapide, je me suis retrouvée en première ligne et j’ai pris un énorme coup de matraque dans le dos au niveau des côtes pendant la course-poursuite. J’ai vu des gens se prendre des coups aux visages et qui ont fini en sang. J’ai eu le dos ultra rouge pendant deux semaines ainsi qu’un hématome. Le cortège était très calme, je n’ai pas compris pourquoi la police a chargé soudainement si violemment.

Le Poing Levé : Après ces violences, est ce que ton rapport à la mobilisation a évolué ? Et ton rapport avec la police ?

Même si c’était un moment très violent et marquant, je n’ai pas plus peur et j’en ressors avec encore plus de détermination face à la police et au gouvernement, contre cette police qui tapent des lycéens. Cette violence subie ne va absolument pas m’empêcher de me mobiliser face à la violence répressive de l’État.


Facebook Twitter
L'Oréal, un soutien d'Israël et de la colonisation partenaire de l'Université Paris-Cité

L’Oréal, un soutien d’Israël et de la colonisation partenaire de l’Université Paris-Cité

Enquête du Poing Levé. L'alimentation, source de détresse des étudiants qui « dorment sans rien manger »

Enquête du Poing Levé. L’alimentation, source de détresse des étudiants qui « dorment sans rien manger »

« Tu casses, tu répares » : Gabriel Attal continue d'assommer la jeunesse de mesures répressives

« Tu casses, tu répares » : Gabriel Attal continue d’assommer la jeunesse de mesures répressives

Communiqué. Non aux sanctions contre les élèves mobilisés du lycée Racine !

Communiqué. Non aux sanctions contre les élèves mobilisés du lycée Racine !

Paris 1. Total et la BNP viennent faire leur marché parmi les étudiants

Paris 1. Total et la BNP viennent faire leur marché parmi les étudiants

Sélection, autoritarisme, écologie. Le mal-être croissant des jeunes ne tombe pas du ciel

Sélection, autoritarisme, écologie. Le mal-être croissant des jeunes ne tombe pas du ciel


Pression, perte de sens, isolement… des lycéens témoignent : « J'ai l'impression de gâcher ma vie »

Pression, perte de sens, isolement… des lycéens témoignent : « J’ai l’impression de gâcher ma vie »

« On refuse leur politique autoritaire » : plusieurs centaines de lycéens mobilisés ce jeudi

« On refuse leur politique autoritaire » : plusieurs centaines de lycéens mobilisés ce jeudi