^

Politique

Impérialisme français

La France s’apprête à reprendre les expulsions de sans-papiers

Selon le Canard Enchaîné, le ministère de l’Intérieur a ré-autorisé les expulsions vers 28 pays. Jusqu’à présent bloqués en France pour cause de confinement, des milliers de sans-papiers sont aujourd’hui susceptibles d’être expulsés.

vendredi 24 juillet

Crédits photo : Alain Jocard / AFP

Un article récent du Canard Enchaîné rapporte la situation de milliers de sans-papiers, exposés à la crise sanitaire et sociale, et aujourd’hui à nouveau menacés d’expulsion. Moins d’une semaine après sa nomination, Gérald Darmanin s’est déplacé à Calais pour traiter de la soi-disant « crise migratoire ». En amont de sa visite, deux camps de migrants ont été démantelés, pour ne surtout pas exposer aux yeux de tous la réalité de leur situation lors d’un des premiers déplacement officiels du nouveau ministre de l’Intérieur.

Plus de 500 tentes ont été détruites, et plus de 500 personnes ont été évacuées. Selon les associations présentes sur place, les migrants soi-disant “évacuées” se retrouvent aujourd’hui sans accès à l’eau potable ni nourriture. Darmanin a profité de cette visite pour annoncer la création d’une nouvelle “cellule franco-britannique de renseignement” pour mieux traquer et réprimer les migrants.

Dans la foulée du remaniement, le ministre a également envoyé à l’ensemble des préfets une liste de 28 pays susceptibles d’accepter le retour de migrants expulsés, scellant ainsi le sort de milliers de personnes en pleine pandémie d’un simple email.

La liste comprend également des pays vers lesquels seront expulsés des migrants dits “dublinés”, dont la situation est régie par l’accord de Dublin, et qui seront renvoyés sans plus d’égards dans le premier pays de l’Union Européenne sur lequel ils ont posé le pieds. Ils seraient 55 000 à être dans cette situation en France.

Ouvertement, il s’agit d’une expulsion en masse de ceux qui étaient en première ligne et étaient les plus démunis face à l’épidémie, vivant souvent dans des conditions insalubres, et fuyant souvent des guerres que les pays impérialistes ont menées. Et l’impérialisme français délègue la prise en charge des réfugiés à d’autres États, faisant ainsi de la dignité un droit conditionné au pays de la demande d’asile.

Il est d’autant plus important, avec l’exceptionnalité de cette période de pandémie, d’exiger la régularisation immédiate de tous les sans papiers et des moyens à la hauteur de l’urgence, pour que les migrants et les plus précaires aient accès à des soins et à une situation digne.




Mots-clés

Impérialisme   /    expulsion   /    Calais   /    Sans-papiers   /    Politique