^

Politique

5ème vague

Le gouvernement refuse le retour au télétravail : une stratégie sanitaire made in MEDEF

Le président du MEDEF Geoffroy Roux de Bézieux a affirmé ce mardi que rendre à nouveau le télétravail obligatoire "serait une erreur". En pleine 5ème vague, la ministre du Travail Elisabeth Borne lui a emboîté le pas et démontre une nouvelle fois que pour les grands patrons et le gouvernement, nos vies valent moins que leurs profits.

mardi 23 novembre

Crédit photo : AFP

Ce mardi, le ministre de la Santé Olivier Veran a annoncé que la barre des 30.000 cas positifs en 24 heures a été dépassé. Une première depuis cet été, qui marque le début de la 5ème vague en France. Alors que Macron se targuait d’avoir réussi à mettre l’épidémie sous contrôle, cette situation dévoile l’échec de sa stratégie sanitaire fondée sur des mesures essentiellement autoritaires, à l’instar du pass sanitaire et du déremboursement des tests pour les personnes non-vaccinées.

C’est dans ce contexte que le président du MEDEF a déclaré sur BFMTV que rendre obligatoire le télétravail "serait une erreur", et qu’il faudrait plutôt se contenter d’inviter les entreprises à encourager le port du masque et le respect des jauges. Pour Geoffroy Roux de Bézieux, il s’agit ainsi "d’éviter plus de mesures contraignantes" et de favoriser "le sentiment d’égalité entre ceux qui sont postés à la chaîne ou ailleurs, et ceux qui peuvent télétravailler" (sic).

Pourtant, alors qu’en Allemagne ou en Autriche les gouvernements ont été contraints d’avoir recours au confinement pour faire face à la 5ème vague, en France le Conseil Scientifique recommande lui-même "un élargissement du télétravail" pour réduire les chaînes de contaminations. Mais qu’à cela ne tienne, la ministre du Travail a préféré emboîté le pas du président du MEDEF en déclarant : "Nous n’envisageons pas de renforcer les règles sur le télétravail parce que la situation n’est pas la même qu’au printemps dernier : 90 % des adultes sont vaccinés." Et peu importe si l’Allemagne, les Pays-Bas ou l’Autriche connaissent une vague de contaminations sans précédent malgré un taux de vaccination similaire à la France. Les épidémiologistes prédisent pourtant que la courbe épidémique dans l’hexagone suivra la leur, avec quatre semaines de retard.

Le gouvernement et le grand patronat sont déterminés à continuer à faire tourner la pompe à fric "quoi qu’il en coûte", et surtout peu importe si cela met en danger la santé des travailleurs. Face à Macron, Borne et Roux de Bézieux, le monde du travail doit imposer des moyens massifs dans la santé publique, ainsi que des mesures pour empêcher les contaminations dans les transports en commun et sur les lieux de travail. Pour cela, les organisations syndicales doivent mettre sur pied un plan de bataille à même de construire le rapport de force contre un gouvernement déterminé à faire payer à notre camp social la crise sanitaire comme la crise économique.




Mots-clés

Covid-19   /    Crise sanitaire   /    Catastrophe sanitaire   /    Medef   /    Politique