×

Nouvelle crise en macronie

Les agriculteurs terrorisent le gouvernement, le mouvement ouvrier doit profiter de la brèche

L’attitude complaisante du gouvernement et de la police face à la mobilisation des agriculteurs en dit long sur la peur suscitée par le mouvement. Alors qu'une nouvelle crise s'ouvre en macronie, le mouvement ouvrier doit en tirer profit.

Erell Bleuen

24 janvier

Facebook Twitter
Audio
 Les agriculteurs terrorisent le gouvernement, le mouvement ouvrier doit profiter de la brèche

Crédits photo : Révolution Permanente - Blocage de l’A89, Lormont (24/01/2024)

Alors que depuis le début de la semaine, le mouvement des agriculteurs se diffuse et s’étend sur le territoire national, la nouvelle porte-parole du gouvernement Prisca Thévenot, s’est exprimée sur la mobilisation ce mercredi à l’issue du conseil des ministres. Après avoir affirmé que son gouvernement a « entendu » l’appel de « la nation agricole », elle s’est dépêchée de justifier l’absence de répression policière expliquant que si « les blocages ont lieu », il n’était « pas question de venir empêcher cette expression de revendication » qui se passe « dans des conditions de sécurités respectées ». Une prise de position cohérente avec celle du ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin qui assurait deux jours plus tôt qu’il « n’est pas prévu d’évacuation » des blocages.

Cette politique a donné lieu à des scènes pour le moins inédites ces derniers jours. Sur les réseaux sociaux, circulent des vidéos où l’on voit des policiers escorter des manifestants d’Agen, dirigé par la Coordination Rurale marquée à l’extrême-droite, devant des banques et des bâtiments de l’État pour qu’ils y déversent du fumier. La police y a même fait la circulation pour permettre aux agriculteurs d’aller faire une action coup de poing. Toujours dans la ville du Sud-Ouest, les agriculteurs ont déversé ce mercredi pneus, lisier et fumiers devant la Préfecture avant d’y mettre feu, sous l’œil passif des CRS.

De quoi surprendre les secteurs qui sont confrontés au déferlement de répression du gouvernement ces dernières années, des militants écologistes aux Gilets jaunes en passant par la jeunesse ou le mouvement ouvrier. Mais il ne faut pas s’y tromper : si le mouvement des agriculteurs n’est pas réprimé « comme les autres » par la police, c’est d’abord parce que la macronie est terrifié des conséquences que pourrait avoir une intervention des forces de répression contre la mobilisation, et espère que le contrôle de la FNSEA pourra canaliser la mobilisation et la calmer le plus vite possible.

Car s’il y a un bien une peur qui anime le gouvernement, c’est que la crise en ouvre une autre et que le mouvement fasse tâche d’huile, alors que la mobilisation est massivement soutenue par la population. En ce sens, la macronie va jusqu’à s’afficher comme un soutien des manifestants, promet des mesures rapides, rencontre la FNSEA et les Jeunes Agriculteurs qui s’érigent en dirigeants de la mobilisation... Une crainte de l’explosion sociale qui va de pair avec l’espoir de couper l’herbe sous le pied de l’extrême-droite, qui cherche à se présenter comme le parti des agriculteurs, et jouit effectivement d’une forte popularité dans le mouvement.

Un pari difficile face à un mouvement qui s’est désormais installé dans tout l’Hexagone et qui pourrait s’étendre jusqu’à la capitale dans les jours à venir, alors que la tentative de reprise en main de la FNSEA ne va pas sans contradictions. La réaction du pouvoir est en tout cas un symptôme de la fébrilité de la macronie dans la crise actuelle, qui mettent de nouveau en lumière les fragilités du gouvernement.

Une situation dans laquelle les organisations du mouvement ouvrier devraient s’engouffrer. A l’heure où 70 % de la population s’attend à ce que la mobilisation déclenche un mouvement social d’ampleur, les directions syndicales ne peuvent pas rester muettes et doivent proposer un programme en direction des agriculteurs de petites et moyennes exploitations. Un programme qui, comme nous l’écrivions, s’oppose à la politique de la FNSEA et s’adresse aux paysans pauvres, en cherchant « à remettre en question le système agraire actuel qui est destinée servir les grands capitalistes de l’agro-alimentaire, la grande distribution, l’industrie et les banques. Voilà ce que devrait proposer le mouvement ouvrier aux agriculteurs, pour lutter contre l’influence de l’extrême-droite, mais aussi de « syndicats » traitres vendu aux lobbys agro-alimentaires et retourner la colère légitime des petits agriculteurs contre les vrais responsables : le grand patronat ».


Facebook Twitter

Erell Bleuen

Twitter : @Erellux

Campagne raciste : l'imam Mahjoubi menotté devant ses enfants et envoyé en centre de rétention

Campagne raciste : l’imam Mahjoubi menotté devant ses enfants et envoyé en centre de rétention

Appel à « dégager » Urgence Palestine : un texte policier contre les soutiens de la Palestine

Appel à « dégager » Urgence Palestine : un texte policier contre les soutiens de la Palestine


Georges Abdallah, un résistant communiste emprisonné depuis 40 ans qui révèle l'hypocrisie de Macron

Georges Abdallah, un résistant communiste emprisonné depuis 40 ans qui révèle l’hypocrisie de Macron

Avant de salir Manouchian, Le Pen déjeunait avec l'AfD qui appelle à la « remigration »

Avant de salir Manouchian, Le Pen déjeunait avec l’AfD qui appelle à la « remigration »

Marseille. La mairie vote la suspension des aides à l'UNRWA et acte son soutien au génocide

Marseille. La mairie vote la suspension des aides à l’UNRWA et acte son soutien au génocide

Réforme du logement social : une nouvelle offensive anti-pauvres

Réforme du logement social : une nouvelle offensive anti-pauvres

Près de 700 millions d'euros retirés à l'Education : en plus du tri social, l'austérité

Près de 700 millions d’euros retirés à l’Education : en plus du tri social, l’austérité

Non au jumelage de Bordeaux avec Ashdod, ville israélienne qui bloque l'aide humanitaire vers Gaza !

Non au jumelage de Bordeaux avec Ashdod, ville israélienne qui bloque l’aide humanitaire vers Gaza !