^

Politique

Dans la famille Fillon je voudrais le fils et la fille

Les enfants de François Fillon soupçonnés d’emplois fictifs

Chaque jour apporte son lot de nouveaux éléments dans le scandale Fillon. Si sa femme Penelope était jusque-là au centre de l'affaire – emplois fictifs comme attachée parlementaire et à La Revue des deux mondes, indemnités de licenciement abusives, etc. – de nouvelles révélations ont conduit à l'extension de l'enquête aux deux enfants aînés de l'ex-Premier Ministre. Tous deux avaient aussi été employés comme assistants parlementaires par leur père, dans des circonstances des plus troubles. Ils seront tous les deux entendus par des enquêteurs demain à Nanterre. Gherasim Bataille

mercredi 8 février 2017

84 000 € pour les enfants de François Fillon

Le 26 Janvier, alors que le Penelope Gate vient d’exploser, François Fillon lors d’une interview télévisée sur TF1 confie avoir employé également ses deux enfants comme avocats quand il était sénateur. "Lorsque j’étais sénateur, il m’est arrivé de rémunérer pour des missions précises deux de mes enfants qui étaient avocats, en raison de leurs compétences". Alors que le vainqueur des primaires de la droite croit désamorcer toute attaque éventuelle à ce sujet, la déclaration suscite un tollé. En effet aucun d’entre eux n’était encore avocat à l’époque. Quand François Fillon était sénateur, soit du 18 septembre 2005 au 17 juin 2007, tous deux étaient encore étudiants. Marie Fillon, sa fille aînée âgée de 34 ans, a prêté serment le 14 novembre 2007, et son fils Charles, âgé de 32 ans, le 29 juin 2011. Ils sont donc devenus officiellement avocats respectivement 5 mois et 4 ans après son départ du Sénat. Pour ce "job d’étudiant" Marie Fillon était payée 3 805 euros brut par mois, soit 57 084 euros pour quinze mois. Son frère Charles, lui a reçu 26 651 euros brut pour environ six mois comme assistant parlementaire de François Fillon au Sénat (4 442 euros par mois). À chaque fois c’était plus de la moitié de l’enveloppe parlementaire de l’actuel candidat à la Présidentielle qui partait dans les salaires de ses enfants. On notera que les deux étudiants étaient rémunérés à plus du double du salaire moyen d’assistant parlementaire – environ 1500€.

Marie Fillon, stage d’avocate, étudiante en droit et emploi à temps plein : don d’ubiquité ou emploi fictif ?

À l’instar du cas de Penelope tout porte à croire que Marie Fillon était rémunérée pour un emploi fictif. Embauchée du 1er Septembre 2005 – peu de temps après l’élection de son père comme au sénateur de la Sarthe – au 31 Décembre 2006, il est fort peu probable qu’elle ait pu assumer ses fonctions d’assistance parlementaire. Étudiante en droit, elle entre en Janvier 2006 à L’école de Formation du Barreau (EFB) et effectue en parallèle un stage d’avocate, rémunéré 11 035 euros par an. « On ne voit pas comment elle a pu cumuler le tout  », témoignent des avocats interrogés par Le Canard enchainé. En effet ces stages d’avocat sont connus pour être extrêmement chronophage et représenter une importante charge de travail.

De surcroît les tâches que son père déclare qu’elle accomplissait pour lui prêtent à polémique. Elle aurait en effet aidé son père à écrire un livre, La France peut supporter la vérité, par un travail de préparation documentaire. Or la réglementation prévoit que les collaborateurs des sénateurs ne puissent les seconder que pour des tâches en rapport avec l’exercice de leur mandat, ce qui est loin d’être le cas ici.

Quand Charles Fillon travaillait pour la campagne de Nicolas Sarkozy

Sitôt le départ de Marie, c’est son frère cadet, Charles Fillon, qui prend sa place comme assistant parlementaire. François Fillon interrogé par les enquêteurs du Parquet National Financier décrit en quoi consistait le travail de son fils : "Il m’a aidé en travaillant au programme du candidat à l’élection présidentielle sur des sujets institutionnels". Il s’agit en 2007 de Nicolas Sarkozy. Si c’était confirmé, outre un détournement de fonds publics, cela constituerait un financement illicite de campagne – ce qui est pénalement répréhensible. Les deux enfants de François Fillon seront entendus demain par l’Office central de la lutte contre la corruption et des infractions financières et fiscales, sur demande du Parquet national financier (PNF).




Mots-clés

emplois fictifs   /    #PénélopeGate   /    François Fillon   /    Politique