^

Notre classe

De l'air, ouvrez les frontières !

Manif de solidarité avec les réfugiés afghans à Paris : « En France, les migrants dorment dans la rue »

Dimanche, plusieurs centaines de manifestants, en majorité des Afghans, se sont rassemblés Place de la République pour exprimer leur solidarité avec le peuple afghan et demander l’asile immédiat pour tous ceux et celles qui fuient le pays.

lundi 23 août

La manifestation a été appelée et organisée par les réfugiés eux-mêmes, avec le soutien de diverses organisations d’accueil des réfugiés. Les drapeaux afghans rouge, noir et vert ont envahi la place, ainsi que plusieurs pancartes aux inscriptions politiques comme « couloir humanitaire maintenant », « afghans, bienvenue », entre autres.

Les manifestants ont demandé l’asile immédiat pour tous les Afghans, pour leurs familles qui sont en danger là-bas, non sans dénoncer les conditions atroces dans lesquelles vivent les réfugiés afghans en France. De cette façon, Madina dénonce que « les pays occidentaux ont une part de responsabilité » et que « quand notre communauté arrive ici, elle vient pour avoir une meilleure vie, mais en fait on se retrouve à dormir dehors, avec aucun moyen financier, à devoir se battre à l’OFPRA alors qu’en fait ça devrait être notre droit parce qu’on est vraiment en danger de mort. Des membres de ma famille qui ont vécu des traumas ils sont obligés de les raconter encore et encore pour négocier leurs papiers, et même après ça, comme la situation est difficile en France il y a des gens qui dorment dehors, des familles avec des enfants qui dorment sous les ponts, c’est très dur de se faire une vie ici ».

Dans la même veine, Shahaid dénonce que « En France, les migrants afghans dorment dans la rue, la police tous les soirs déchire nos tentes, on n’a pas de repas, pas de douches, pas de toilettes, rien du tout ».

Le principal objectif des associations dans ce rassemblement était d’obtenir une rencontre avec le ministre des Affaires étrangères afin d’exiger entre autres l’accueil des familles des migrants habitant en France, le maintien de l’ambassade française à Kaboul tant que toutes les personnes en danger ne sont pas rapatriées, la mise en place par le gouvernement français d’un visa spécial pour rapatrier les personnes, et la réouverture immédiate des dossiers d’asile des Afghan·e·s résidant en France, l’annulation des procédures Dublin, un logement immédiat pour tous les afghans à la rue en France et la libération inconditionnelle des personnes en CRA ou en prison pour des problèmes de papiers.

Cependant, nous pensons que le fait de limiter les demandes à un rendez-vous avec le ministre des Affaires étrangères limite et canalise l’énorme force qui a été démontrée hier par les réfugiés qui ont leurs familles et leurs amis en danger. Nous ne pouvons pas attendre que la réponse à cette crise vienne de l’impérialisme français, qui, avec les États-Unis et l’OTAN, est l’un des principaux responsables de tant de ravages causés à la population afghane au cours de tant d’années d’occupation impérialiste. L’issue pour le peuple afghan doit venir de la main des femmes, des jeunes et des travailleurs qui sont déjà sortis dans les rues pour démontrer leur force et leur détermination à se battre contre le régime Taliban, et en aucun cas de la main de l’impérialisme qui a tant pillé et saccagé le pays.




Mots-clés

Solidarité internationale   /    Afghanistan   /    Impérialisme   /    Manifestation   /    Paris   /    Notre classe