^

Notre classe

Mantes la Jolie : Une série de lives YouTube pour préparer le déconfinement, par l’assemblée de lutte du Mantois

L’assemblée de lutte du Mantois qui regroupe gilets jaunes, personnels de l’éducation nationale, cheminot-es, associations écologistes et toutes les personnes qui veulent voir changer les choses dans le bon sens, a été très active pendant la grève. Elle prévoit aujourd’hui une série de lives sur des thèmes d’actualité. Révolution Permanente a souhaité en savoir plus.

lundi 20 avril

Révolution Permanente : Ce collectif s’est mis en place en amont de la grande grève de décembre, quel a été le bénéfice ?

Assemblée de lutte du Mantois (Asselma) : Des liens très forts se sont tissés entre tous les secteurs combatifs contre ce gouvernement et le système ultralibéral qu’il promeut. Sur une assise solide de gilets jaunes, sont venus s’ajouter les cheminot-es (toujours combatifs sur le Mantois), le personnel de l’éducation nationale qui a été très mobilisé sur le secteur pendant la grève, des gens de l’énergie et d’autres secteurs, des syndiqué-es, des non syndiqué-es, les syndicats SUD et FO, une partie du tissu associatif local, Uni-es pour le climat notamment, c100fin, et le mouvement féministe.

Un fonctionnement transparent, démocratique, volontariste a attiré des participants bien au-delà du périmètre du Mantois et nous avons effectué des actions avec l’AG des Mureaux. Cela a maintenu, pendant la grève et après, une forte présence en AG pour organiser des événements (soirées), récolter des fonds pour la caisse de grève, appeler à des manifestations (plus de 10 à Mantes la Jolie, du jamais vu), des actions. L’unité a payé. Cette énergie collective et cette osmose, nous ont permis de tenir durant la période de grève avec une forte mobilisation dans les secteurs en lutte.

« /Sachez que quoi qu’il arrive, vous êtes la lutte pour un monde meilleur, c’est ce qui nous unit/
/tous, sans racisme, patriarcat, dans le respect de toutes formes de vie, sans maître ni esclave./
/Alors oui débattons, piquons-nous, pleurons, indignons-nous, rions ; n’oublions pas le plaisir que nous avons à nous retrouver sur chaque réseau…./
/Profs, cheminots, anarchistes, syndicalistes, écologistes, féministes, gilets jaunes, tous ensemble pour que les générations futures soient fières de dire qu’il y avait une résistance malgré ce monde inégal !/ »

Ce texte de Fati, membre de l’Asselma, parle de lui-même sur les liens et la volonté de ce collectif.

RP : Comment se passe le confinement ?

Asselma : Il a fallu s’adapter après un petit temps d’hébétude. Nous avons été très peu actifs vers l’extérieur, mais ce n’est pas anormal vu les circonstances. Nous avons beaucoup échangé sur les forums et nous mettons en place de nouveaux outils de communication. Nous recommençons à avoir des AG, mais en visioconférence, bien entendu. A la dernière AG, nous avons validé l’idée de diffuser des lives sur YouTube pour commencer à nous préparer pour la suite.

RP : Justement concernant ces lives, de quoi s’agit-il exactement ?

Asselma : Dans cette période de confinement, durant laquelle celles et ceux qui ne travaillent pas ou moins, ont un peu plus de temps et où nous sommes saturés d’informations sur le COVID-19, il nous a semblé pertinent (et encore plus après l’intervention inquiétante de Macron) de faire le point sur des sujets de fond, en lien avec l’actualité et donc avec le coronavirus, mais pas uniquement centrés sur la pandémie. Le droit du travail, les services publics, l’enseignement, l’écologie, le social, notamment, sont fortement impactés par le corpus de lois macroniennes destructrices et même criminelles, et parallèlement par la crise sanitaire ! Les 2 facettes sont entremêlées.

Les lois récentes ont des conséquences au quotidien et sur le traitement actuel du coronavirus. Il nous a semblé qu’il fallait une réflexion de fond avec un format permettant d’aller au-delà du côté stupéfiant des médias institutionnels. Le traitement habituel nous incite à nous focaliser sur le sensationnel et l’émotion, empêchant ainsi la réflexion.

RP :En quoi cela pourrait-il aider à préparer le déconfinement ?

Asselma : Parmi nos membres, nous avons des expériences concrètes, de terrain, des gens qui ont acquis des connaissances non pas théoriques mais pratiques, et nous devons partager ces compétences pour donner des informations et un angle de vue qui n’existent que rarement dans les médias institutionnels.
Il est toujours bénéfique de savoir d’où on vient, et d’avoir tous les éléments de compréhension facilitant l’analyse et la réflexion, pour savoir où aller. Et beaucoup de monde aujourd’hui a pris conscience qu’il ne faut pas nous laisser guider aveuglément.

Le premier sujet, « survivre au travail »(mercredi 22 avril à 15h) fera donc le point sur la législation sur la prévention des risques professionnels. En expliquant comment cette législation a vu le jour, dans quel but, comment elle est appliquée, ou pas, dans la crise actuelle. Quelles sont les attaques qu’elle subit, et ainsi comment la protéger et la renforcer. Un sujet sur les services publics à travers la destruction de la SNCF et d’autres thèmes vont venir.
Notre classe sociale essuie des attaques depuis toujours mais ces lives vont montrer à quel point le rythme de destruction des conquêtes sociales s’est accéléré avec l’élection du candidat des ultralibéraux, et l’urgence qu’il y a à changer de trajectoire. Les décisions prises et les lois passées pendant ce confinement démontrent que la solution proposée par le pouvoir pour remédier à la crise du libéralisme est encore plus de libéralisme.

Nous devons nous préparer à cette volonté affichée de nous faire payer la crise, non seulement financièrement en nous appauvrissant, mais socialement en faisant encore plus reculer nos droits dans des proportions encore jamais vues par nos générations.

Une série d’émissions, interactives avec des questions réponses, animées par des gens de terrain, qui vont au fond des sujets peut aider à nous préparer aux luttes à venir, décisives pour nous et les générations futures.
Même si la réforme des retraites a été suspendue (pour combien de temps ?), l’appel à la grève générale, initié par la coordination RATP/SNCF et d’autres secteurs, dont nous sommes signataires, doit rester d’actualité et devra se concrétiser après la crise !

La réflexion qui pourrait découler de ces lives, devraient aider, non seulement à la mobilisation, mais également pourquoi pas, à commencer à élaborer une plate-forme d’exigences sociales concrètes, dont la séquence coronavirus montre bien qu’elles ont un caractère vital au sens propre pour les travailleurs !

Nous tenons à remercier RP pour ce relais médiatique à notre démarche.

Assemblée de lutte du Mantois :
FB – Assemblée de lutte du Mantois
Mail : [email protected]




Mots-clés

Coronavirus   /    Crise sociale   /    Mantes-la-Jolie   /    Notre classe