^

Monde

Justice pour Daunte Wright

Minneapolis. Révoltes après la mort de Daunte Wright, tué par la police

La ville de Minneapolis fait une fois de plus tristement l'actualité. Alors que le procès de Derek Chauvin, l'assassin de George Floyd est en train de se dérouler, la police du quartier de Brooklyn Center a abattu Daunte Wright un jeune afro-américain de 20 ans lors d'un contrôle routier.

lundi 12 avril

Crédits photo : NICK PFOSI / REUTERS

À l’heure où l’assassin de George Floyd passe en comparution et que les violences policières systémiques sont portées sur la place publique à travers ce procès, la ville de Minneapolis est une nouvelle fois le théâtre de l’impunité policière. Dimanche dernier, Daunte Wright, un jeune homme afro-américain âgé de 20 ans, est abattu par un policier lors d’un contrôle routier dans le quartier de Brooklyn Center au nord-ouest de Minneapolis. Katie Wright, la mère de Daunte Wright, raconte avoir reçu un appel téléphonique de son fils lors de son arrestation et avoir entendu des bruits de bagarre lors de l’interpellation. Quand elle reçoit un nouvel coup de téléphone, c’est la petite amie de Daunte Wright qui l’appelle pour lui annoncer que son fils vient d’être abattu par la police alors qu’il était retourné dans son véhicule. Daunte Wright meurt dans son véhicule à seulement « une quinzaine de kilomètres seulement du lieu où se déroule le procès de Derek Chauvin, le policier blanc accusé de la mort de George Floyd » comme le rapporte le Washington Post.

Le soir même, 200 manifestants se sont réunis à Brooklyn Center pour protester contre cet énième crime policier. Des messages « Justice pour Daunte Wright » mais aussi « Justice pour George Floyd » et Black Lives Matter ont été brandis pour dénoncer les violences policières. Les manifestants s’en sont pris à deux véhicules de police et ont manifesté jusque tard dans la nuit en étant toujours plus nombreux. La police a réprimé la manifestation en faisant usage notamment de balles en caoutchouc et de grenades de désencerclement contre les personnes venues manifester. La tension est alors montée d’un cran quand plusieurs centaines de manifestants se sont rassemblées devant le commissariat de la police de Brooklyn Center.

La garde nationale du Minnesota, dépêchée spécialement pour encadrer le procès de Derek Chauvin, l’assassin de George Floyd, est intervenue dans la nuit alors que les manifestants continuait de s’opposer aux forces de répression anti-émeute, preuve, s’il en est encore besoin, que l’institution policière entretient toujours l’omerta sur les crimes policiers. Minneapolis est ainsi le triste théâtre de l’impunité policière qui, de George Floyd à Daunte Wright, est dénoncée par de plus en plus de personnes aux États-Unis et dans le monde.




Mots-clés

Racisme d’État   /    #JusticeForGeorgeFloyd   /    Violences policières   /    Etats-Unis   /    Monde