^

Politique

Gilets jaunes et organisations pour le climat

Mulhouse. Conférence de presse contre les violences policières et les déchets toxiques

Des organisations et collectifs - Gilets jaunes, ANV-COP 21, Extinction Rébellion, Alternatiba et Youth for Climate – ont tenu une conférence de presse le 20 novembre a Mulhouse, contre les déchets toxiques stockés sur le site de Stocamine.

jeudi 21 novembre

Appel a la convergence des luttes et contre les violences policières

La conférence de presse avait été convoquée pour parler du déstockage total des déchets toxique enfoui dans le site de Stocamine avec tout le danger que cela comporte pour la population, projet que le gouvernement a récemment abandonné, se prononçant pour l’enfouissement définitif des déchets. Mais avant d’ente dans le vif du sujet, les organisations ont voulu revenir sur l’action non violente de blocage de la préfecture de Mulhouse le 30 octobre 2019, qui s’est terminé dans un déferlement de violence contre les militants sur place, pourtant en rien dangereux puisque l’action consistait à bloquer l’entrée des locaux pour dénoncer le refus par l’état de procéder au déstockage de la Stocamine et d’être reçus par un responsable, pour en discuter. Non seulement aucune demande n’a été honorée par le préfet mais la répression de l’action a été d’une rare violence.

Clé de bras, dégagement ultra-violent, et sternum fracturé pour une militante Gilet jaune

La police nationale a voulu faire un exemple en procédant a un dégagement des militants de façons violente, et ainsi faire le plus mal possible pour dissuader les militants sur place et terroriser, l’ensemble de ceux qui auraient l’idée de les rejoindre. Parce que ce dont ont été victimes ces 30 militants pacifiques, c’est des clés de bras jusqu’à les faire hurler de douleur, être traîné par les cheveux dans les escaliers ; pendant ce temps, toutes les personnes qui restaient devant l’entrée s’étaient mis à terre, les uns tenus par les autres, sans bouger en attendant d’être dégagés.

Mais le responsable du commissariat de Mulhouse en civil a fait mettre tout autour des militants qui restaient des policiers en uniforme. Et une fois que plus personnes ne pouvait filmer la scène, il a mis son genou sur le haut du torse d’une Gilet jaune en appuyant de tout son poids. Un geste d’une telle violence que le sternum de la militante a été fracturé. Même les médecins qui lui ont fait des tests par la suite n’avaient jamais vu cela, un véritable sadisme criminel. Mais cela n’arrêtera pas les militants Gilets jaunes et écologistes de se battre pour la justice sociale et climatique, et ils ont voulu dénoncer énergiquement ces pratiques dignes d’une dictature d’état.

La lutte continue pour le déstockage de Stocamine : le 23 novembre tous a la manifestation a Wittelsheim dans le Haut-Rhin Alsace

La manifestation appelée par 32 organisations et syndicats est un appel a la convergence des luttes pour imposer le retrait des déchets toxiques. Il n’est pas question que la population de la région et leurs enfants soient livrer en pâture aux capitalistes et aux pollueurs qui vont empoisonner la nappe phréatique, avec 44 mille tonnes de déchets, comprenant du cyanure, de plomb, du mercure, de l’arsenic, et pleins de poisons de même type.

Et c’est cette lutte d’ensemble pour la (sur)vie de l’humanité que tous les participants ont voulu exprimer dans cette conférence de presse.




Mots-clés

Extinction Rebellion   /    Gilets jaunes   /    Ecologie   /    COP 21   /    Répression   /    Politique