^

Politique

La lutte continue

Nouvelle manifestation massive ce samedi à Marseille

A Marseille, la lutte contre la réforme des retraites continue sans attendre les « temps forts » de mobilisation de mardi prochain : plusieurs milliers de manifestants ont défilé dans les rues, réunissant cortèges syndicaux et Gilets Jaunes.

samedi 7 décembre 2019

La journée de mobilisation traditionnelle contre le chômage de masse appelé par la CGT chômeur avait une résonance particulière cette année à Marseille comme dans le reste de la France : deux jours après la manifestation historique du 5 décembre, de nombreux travailleurs ont décidé de poursuivre la mobilisation contre la réforme des retraites et la politique du gouvernement. Tout a commencé par une rencontre entre secteurs mobilisés, un « pic-nic de lutte » appelé par la CGT devant la gare Saint-Charles, avant qu’un cortège ne s’élance dans les rues, passant par la rue de Rome pour rejoindre la place Castellane où devait s’élancer la manifestation.

Plusieurs milliers de manifestants se sont réunis -1800 selon les forces de l’ordre- rassemblant syndiqués mais aussi de nombreux Gilets Jaunes. Parmi les slogans lancés par les manifestants, on pouvait entendre « Zineb, on oublie pas, on pardonne pas », plus d’un an après la mort de l’octogénaire, tuée par une grenade lancée par les CRS. Un cortège important des enseignant s’est aussi organisé, montrant la volonté, généralisée chez les manifestants, de vouloir reconduire le mouvement et de voir celui-ci se généraliser. A Marseille, la grève des cheminots s’ancre, avec seulement 2 TER sur 10 ce matin, tandis qu’aux urgences de l’hôpital de la Timone, hier, 80 % des infirmiers ont déposé des arrêts maladies pour dénoncer une situation où les infirmiers et infirmières sont « au bord du burn-out »

Alors qu’un petit millier de manifestants tentaient de partir dans une manif sauvage dans les rues de Marseille, les cordons de policiers ont violemment dispersé les manifestants à coups de matraques et grenades lacrymogène. Malgré cette répression, qui a été particulièrement violente le 5 décembre, avec notamment les images de la police frappant un lycéen handicapé, des initiatives s’organisent pour coordonner les secteurs en lutte, avec une assemblée qui s’organisait après la manifestation dans les locaux du syndicat Solidaires.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Marseille   /    Chômage   /    Politique