^

Politique

Anti-racisme

"On laisse ces gens là faire" : Youssoupha dénonce la banalisation du discours d’extrême-droite

Depuis que le rappeur Youssoupha a été désigné pour interprété la musique officielle de l'équipe de France pour l'Euro 2021, l’extrême-droite a engagé une campagne raciste de grande ampleur à son encontre. En réponse à ce déchaînement, l'artiste a dénoncé la banalisation de l'extrême-droite dans le champ médiatique.

vendredi 4 juin

Il y a deux semaines, on apprenait sur Twitter que la chanson d’annonce de la liste des joueurs de l’équipe de France de football pour l’Euro 2021 serait interprétée par le rappeur Youssoupha : il n’aura fallu que quelques heures aux élus du Rassemblement National et autres militants d’extrême-droite pour créer une polémique raciste autour de l’artiste sur les réseaux sociaux et les médias.

Le lendemain de la sortie de la vidéo, le vice-président du RN Jordan Bardella, affirmait le fait que choisir Youssoupha comme interprète pour une chanson de l’équipe de France, c’était « céder à une partie racaille de la France ». Suivirent Gilbert Collard, Robert Ménard, Jean Messiha et toute la clique réactionnaire habituelle dont le discours raciste est relayé au quotidien par les grands médias bourgeois, propageant au passage des fake news. Les journaux de droite et d’extrême droite, comme Valeurs Actuelles ou Le Figaro ont quant à eux, dressé un portrait insultant dépeignant l’artiste comme un « ex-délinquant de banlieue » en citant des extraits de textes de l’artiste décontextualisés et vieux de douze ans pour tenter de le décrédibiliser.

Notons par ailleurs que l’extrême droite est loin d’en être à son coup d’essai avec les campagnes racistes contre les rappeurs racisés des banlieues. On se souvient par exemple des polémiques contre le rappeur Nick Conrad ou encore Médine il y a quelques années, allant jusqu’à faire annuler ses concerts : ce serait donc ça, la fameuse « cancel culture » ?

Après quelques semaines de silence, Youssoupha s’est finalement exprimé sur le sujet. Loin de participer à cette mascarade, qui consisterait à contre-réagir à la réaction des réactionnaires (!), l’artiste a simplement rappelé qui étaient les militants et élus d’extrême-droite (à savoir, des racistes qui flirtent avec les nazis et autres fascistes), et qu’il ne souhaitait pas se faire dicter son agenda médiatique par ces gens-là. Car le sujet est bien là : que l’extrême droite soit raciste, malgré leur tentative de dédiabolisation ratée -comme nous le démontre au quotidien la multiplication de ces polémiques- il n’y a là rien de nouveau. En revanche, la participation active des médias bourgeois qui relaient ces discours racistes et réactionnaires est un sujet bien plus préoccupant qu’il nous faut dénoncer fermement.

L’affaire surgit d’ailleurs quelques jours après la sortie du sénateur RN Stéphane Ravier qui affirmait que le joueur Karim Benzema ne serait qu’un « français de papier » sur FranceTélévision, sans réelle contestation sur le plateau.

Dans ce contexte où les discours racistes et réactionnaires ont pignon sur rue dans les médias, la lutte contre l’extrême-droite ne peut se résumer à « faire barrage au RN » avec ceux-là même qui lui ont déroulé le tapis rouge. A l’inverse, c’est bien la construction d’une réponse sur le terrain de la lutte des classes et en toute indépendance des institutions qu’il s’agit de construire.




Mots-clés

Anti-racisme   /    rap   /    Racisme   /    football   /    Musique   /    Politique