^

Notre classe

Suppressions d'emplois

Papeterie de Bègles. ETEX se désengage, 91 emplois menacés

La Papeterie de Bègles, usine historique de la ville détenue par le groupe Etex, est en proie à un PSE qui concerne l'ensemble du personnel si aucun repreneur n'est trouvé. Ce sont 91 emplois, et par conséquent familles, qui sont menacés.

mercredi 20 janvier

Crédits photo : photo D.B.

À Bègles près de Bordeaux la papeterie, qui est une usine historique de la région installée depuis 1929, est menacée de fermeture après l’annonce du groupe Etex de son désengagement du site. La papeterie qui fabrique du papier au plaque de plâtre est passée par plusieurs propriétaires dont notamment le groupe Lafarge avant d’être rachetée en 2011 par le groupe Etex, qui a annoncé sa volonté de se désengager de l’usine avec possibilité de reprise, tout en engageant un PSE pour l’ensemble du personnel avec comme date butoir le 30 mars de cette année. Le 14 janvier, Etex a annoncé qu’aucune offre de reprise n’avait été proposée et que, par conséquent, les possibilités de continuer l’activité sont de moins en moins plausibles ce qui concrétisera la mise à la porte des 91 salariés du site et pas moins de 300 emplois induits dans les alentours.

Depuis une dizaine d’années, les salariés et les sections syndicales, au plus proche de l’outil de production, avaient lancé plusieurs droits d’alertes faisant savoir que des investissements étaient nécessaires afin de pouvoir continuer une activité productive sur plusieurs années. Investissement que le groupe Etex n’a jamais effectué alors même que, selon le cabinet d’expertise commandité par l’intersyndicale du site (Filpac CGT, CAT et CFDT), le groupe a effectué près de 600 millions d’euros d’investissement productifs sur d’autres sites (notamment à Carpentras ou à Bristol). De plus, toujours selon la même source, le groupe fait 2,9 milliards de chiffre d’affaires et a distribué en 2020 près de 48 millions d’euros de dividende.

Cela est d’autant plus scandaleux que la papeterie a un rôle écologique important, en produisant entièrement à partir de papier et carton recyclé. Ce sont 88 000 tonnes de papiers qui sont recyclés à l’année, pour une production de 75 000 tonnes, nous confie Daniel Castanon de la Filpac CGT.

Face à ce constat, les organisations syndicales ont interpellé les pouvoirs publics et produit un mini-film pour faire entendre leur volonté de conserver leurs emplois et de maintenir la production du site. Plusieurs actions vont être mises en place dans les semaines à venir et 100% des salariés ont exercé un droit de retrait. Dans cette perspective, il est d’autant plus nécessaire de dénoncer l’attitude criminelle des grands groupes comme Etex, qui en l’occurrence va laisser 91 familles sur le carreau, et d’exiger l’interdiction des licenciements, ainsi qu’un investissement massif pour permettre la poursuite de la production à la papeterie de Bègles dont l’activité est d’intérêt écologique.




Mots-clés

Droit de retrait   /    Bordeaux   /    Licenciement(s)   /    Notre classe