^

Jeunesse

Blanquer démission

Paris. La police réprime au taser et au gaz lacrymogène les blocus lycéens

Ce jeudi plusieurs lycées étaient bloqués dans toute la France contre la gestion chaotique du gouvernement sur le plan sanitaire et cinq ans de politiques austéritaires et de contre réformes à l’éducation nationale. A Paris, la police a durement réprimé les élèves mobilisés à coups de taser et de lacrymo.

jeudi 13 janvier

Dans un contexte de tensions importantes dans l’éducation nationale et de mobilisation- l’ensemble des syndicats ayant appelé les personnels de l’Education à la grève ce jeudi- plusieurs lycées ont été le théâtre de blocus ce jeudi matin. Et une nouvelle fois face à la mobilisation lycéenne, le gouvernement a répondu par la matraque.

Devant le lycée Colbert, dans le IXème arrondissent de Paris, les lycéens mobilisés ont fait face aux charges policières et coups de taser. Certains sont violemment projetés au sol et les insultes et menaces fusent du côté de la police.

Même son de cloche à Hélène Boucher (XXème) où un important dispositif policier et du gaz lacrymo attendent les lycéens, pour la plupart mineurs, qui revendiquent légitimement et aux côtés de nombre de leurs professeurs leur refus de faire les frais de la gestion catastrophique du gouvernement. Deux lycéens auraient été interpellés par la police.

Alors que la colère est vivace à l’éducation nationale, la mobilisation et l’importante journée de grève annoncées commencent donc sous le signe des violences policières. Une nouvelle fois le gouvernement répond par le mépris et la répression à la jeunesse et au corps enseignant en première ligne de sa gestion catastrophique.



Mots-clés

Education nationale    /    Police   /    Grève   /    Lycées   /    Education   /    Jeunesse