^

Notre classe

Justice à deux vitesses

Patrick Balkany : la danse de l’impunité à la fête de la musique

Depuis hier soir, une vidéo fait le tour de réseaux sociaux. On y voit Patrick Balkany, libéré de prison en février dernier après une « alarmante expertise médicale », se déhancher pour la fête de la musique.

lundi 22 juin

Capture d’écran RTL

En février 2020, Patrick Balkany, maire déchu de Levallois Perret, sortait de prison après une « alarmante expertise médicale ». Cette expertise concluait ainsi que son état de santé n’était « pas compatible avec une détention ordinaire ». Le rapport faisait donc état d’une « dégradation manifeste de l’état général » de l’ancien maire de Levallois, « porteur de maladies sérieuses », dont un « infarctus mésentérique » et fait part d’un « état dépressif marqué ». Il est important de souligner que 40% de la population carcérale souffre d’une dépression, et que 80% des hommes en prison présentent un trouble psychiatrique.

Pendant le confinement, Isabelle Balkany déclarait d’ailleurs : « il est extrêmement fatigué, il se repose, il ne bouge pas ». Une version difficile à croire après la diffusion d’une vidéo de Patrick Balkany, à l’occasion de la fête de la musique, qui se déhanche sur la chanson « Djomb » de Bosh : « Lunettes sur le nez, j’essaye de passer incognito. Sur le B, j’esquive les condés, le comico... »

C’était sans compter la soif de sociabilité de Patrick Balkany qui n’a pu s’empêcher d’aller se déhancher en ce 21 juin, aucunement inquiété du deux-poids-deux-mesures de la Justice que révèle cette petite apparition. En effet, les réseaux sociaux n’ont pas manqué de faire le parallèle avec l’interpellation de Farida, infirmière de 52 ans qui risque aujourd’hui l’incarcération après s’être battue contre le Covid-19. Une situation révoltante, qui met de l’huile sur le feu dans un contexte de contestation importante où les inégalités sociales ont été révélées brutalement par l’épidémie, ainsi que le traitement à double vitesse de la Justice.




Mots-clés

Patrick Balkany   /    #JusticeDeClasse   /    Violences policières   /    Notre classe