^

Politique

Présidentielles 2022

Anne Hidalgo officiellement investie par le PS. Une candidate de plus pour la bourgeoisie en 2022

Jeudi 14 Octobre, le Parti socialiste a entériné la candidature de la Maire de Paris pour le représenter aux élections présidentielles. Une investiture sans surprise et symptomatique de la crise que traverse le parti au sein de l’arène politique bourgeoise. Voilà une nouvelle candidature pour le camp de la bourgeoisie en 2022.

vendredi 15 octobre

Crédits photo : Bertrand GUAY / AFP
Jeudi 14 Octobre, le Parti socialiste a entériné la candidature de la Maire de Paris pour le représenter aux élections présidentielles. Une investiture sans surprise et symptomatique de la crise que traverse le parti au sein de l’arène politique bourgeoise. Voilà une candidate de plus pour le camp de la bourgeoisie !
C’est Olivier Faure, le premier secrétaire du parti, qui a annoncé la nouvelle ce jeudi 14 octobre au soir. Les instances ont tranché, Anne Hidalgo sera la candidate du parti pour l’élection présidentielle. À 23 heures, alors que 90% des bulletins de votes ont été dépouillés, la maire de Paris obtient déjà plus de 72% des voix face à son seul challenger, Stéphane Le Foll, maire du Mans.

Pour autant, cette investiture en forme de plébiscite ne brise aucun suspens. La campagne étant déjà lancée et soutenue à bout de bras depuis des mois par les instances du parti - en premier lieu par son premier secrétaire Olivier Faure. Aussi cette investiture « normale » fait signe en direction d’une crise plus profonde dont les motifs ne sont un mystère pour personne.

Avec Anne Hidalgo pour candidate officielle, la formation réformiste finit de faire la démonstration de sa parfaite inféodation aux intérêts patronaux. Si pour la presse bourgeoise la campagne du PS manque de conviction et d’engagement, ce n’est certainement pas le cas pour notre classe qui a bien en mémoire ce qu’est le PS et la violence dont il est capable. De même, si Anne Hidalgo est insignifiante dans l’arène politique bourgeoise, elle l’est aussi pour notre camp social auquel elle a tourné le dos il y a longtemps déjà.

Une nouvelle candidature bourgeoise et réactionnaire

Sur l’éducation d’abord, la candidate s’est illustrée par sa promesse fumeuse sur le doublement des salaires des profs. Si la proposition ne manque pas d’ironie après l’incapacité du gouvernement Hollande à les augmenter puis les revalorisations symboliques de Blanquer, elle fait surtout preuve d’une absence totale d’ambition vis-à-vis de l’institution scolaire. Loin d’être au cœur d’un projet de société émancipateur, cette mesure de cooptation électoraliste annonce en creux derrière l’effet d’annonce la poursuite de la destruction néolibérale de l’École.

En fait, pour comprendre les ambitions qu’a Anne Hidalgo pour le service public et se faire une idée du respect qu’elle a pour ses agents (police exclus), il n’y a qu’à se pencher sur son action à la mairie de Paris.Par exemple en se rappelant comment elle avait répondu aux éboueurs et aux égoutiers en grève en mai dernier. Menacés par la réforme de transformation de la fonction publique et en lutte contre la destruction de leurs acquis sociaux et de leur statut, Anne Hidalgo avait répondu par la répression, faisant plusieurs blessés dans les rangs des grévistes. Cette violence envers les travailleurs est à l’image de toute sa politique d’expulsion des classes populaires hors des murs de Paris.

Anne Hidalgo c’est aussi celle qui n’a pas peur de relayer la propagande réactionnaire qui vise à criminaliser les minorités. On se souvient par exemple de la bravoure avec laquelle, au micro d’Europe 1, elle avait dénoncé comme « dangeureuses » les réunions en non-mixité du syndicat étudiant qu’est l’unef. Elle aussi qui, surfant toujours sur l’offensive raciste du gouvernement et de l’extrême-droite, trouvait qu’EELV avait un rapport problématique avec la-République. Et affirmait, pour s’en démarquer, que lutter contre les violences policières et le patriarcat ce n’était : « pas elle du tout ». Et de fait, Hidalgo marche avec les flics, elle en crée même. Comme quand, par exemple, à peine la loi sécurité globale passée, elle avait instauré une police municipale à Paris..

De l’air, résolument

Si l’appartenance du PS au camp de la bourgeoisie n’a plus à être démontrée, son cas est emblématique des contradictions de toute « gauche » institutionnelle.

Face à cet aimant réactionnaire qu’est l’élection bourgeoise il est urgent de retrouver le socle de la lutte des classes. À rebours d’un projet politique qui ne propose qu’une stabilisation du statut quo, il est temps de proposer en positif une alternative globale fondée sur l’intérêt et les aspirations profondes de la majorité de la population. C’est dans cette démarche en toute indépendance de classe que nous portons la candidature d’Anasse Kazib aux élections présidentielles « Pour l’honneur des travailleurs et pour un monde meilleur ».




Mots-clés

Présidentielles 2022   /    Anne Hidalgo   /    PS   /    Politique