×

Neuhauser

Répression chez InVivo : 120 syndicats apportent leur soutien à Christian Porta, délégué CGT

140 syndicats et organisations signent ce lundi une tribune de soutien à Christian Porta, délégué CGT de l’usine Neuhauser de Fürst (groupe InVivo), menacé de licenciement, et dénoncent la violente répression syndicale en cours.

Enzo Tresso

19 février

Facebook Twitter
Audio
Répression chez InVivo : 120 syndicats apportent leur soutien à Christian Porta, délégué CGT

© Crédits photo : O Phil des Contrastes

La mobilisation de solidarité avec Christian Porta, délégué CGT chez Neuhauser (groupe InVivo) menacé de licenciement, se poursuit avec force. Ce lundi, 140 organisations syndicales et politiques lui ont apporté leur soutien dans un communiqué commun. Une nouvelle étape dans la construction du mouvement de soutien au syndicaliste, alors que le tribunal a condamné, jeudi dernier, l’entreprise pour avoir empêché le représentant CGT d’accéder à son usine , et que plus de 200 grévistes, travailleurs solidaires et étudiants s’étaient réunis vendredi devant le siège de la boulangerie industrielle pour soutenir Christian Porta lors de son entretien disciplinaire.

Dénonçant les calomnies de la direction qui accuse Christian Porta de la « harceler moralement », les organisations syndicales soulignent dans leur texte que « cette affirmation ubuesque vise à justifier une mesure de répression syndicale d’une brutalité inédite (…) alors qu’une grève reconductible se préparait sur le site pour réclamer des augmentations de salaires ». Signé par des organisations liées à la CGT, la CFDT ou SUD, mais également par des organisations politiques telles que LFI 57, le PCF 57, le NPA ou Lutte Ouvrière, le communiqué se conclut sur un appel à l’abandon de la répression contre Christian Porta et l’ensemble des délégués syndicaux attaqués aujourd’hui, émanant de nombreux secteurs du monde du travail : de nombreux syndicats du groupe InVivo (Bioline, Soufflet, Teract, InVivo Retail, etc.) et d’autres entreprises comme ArcelorMittal, Airbus, Stellantis, Continental, la plateforme chimique Carling (Total, Arkema, Metex), TAMM ou la RATP.

Pour Dimitri Norsa, secrétaire général de l’UD57, signataire du texte, la direction de Neuhauser veut éliminer un militant combatif, utilisant tous les moyens à sa disposition pour mettre au pas le site de Fürst : « Christian est une tête à abattre, c’est un syndicaliste très combatif. Depuis qu’il est en place à Neuhauser, il s’est battu pour obtenir de nouveaux droits. Lors des nombreux PSE, ils ont réussi à organiser la grève et à sauver des emplois supplémentaires. Maintenant qu’il est dans un groupe plus large comme InVivo, qui a des ambitions internationales et qui veut assoir sa réputation, c’est une tête qui dépasse et que le groupe veut couper ».

Comme l’explique encore le secrétaire général, la tribune intersyndicale est une démonstration de la solidarité des travailleurs : « On pense que si la CGT est concernée par la répression, toutes les autres organisations le sont aussi. Le communiqué est là pour réaffirmer que les organisations syndicales ne se laisseront pas faire et qu’elles sont ensemble ». Pour le syndicaliste, la tribune ne vise pas simplement à envoyer un message à la direction de Neuhauser : « On veut envoyer un message à toutes les entreprises, Stelantis, Arcelor, les petites entreprises où les syndicats sont moins puissants, la fonction publique aussi, pour leur dire qu’on ne laissera pas sans réponse ces attaques contre un militant syndical, quelle que soit son étiquette ».

Même son de cloche du côté de Francis Casanova, DSC chez RTE (filiale d’EDF), « on retrouve, dans l’histoire de Christian, des choses qui sont devenues malheureusement très communes : l’instrumentalisation de la procédure du harcèlement moral pour casser des militants, l’appui des forces de l’ordre ». Le secteur de l’énergie, qui s’est fortement mobilisée au cours de l’année passée, a été lui aussi frappée par la répression : « On voit aussi des choses comme ça à la RTE. On a eu un syndicaliste qui a été licencié pour des faits de harcèlement contre la direction. En 2022, la DGSI avait arrêté des grévistes à la demande de la direction. Dans le secteur de l’énergie, il y a actuellement des centaines de dépôts de plainte par les employeurs suite à des grèves, il y a énormément de procédures disciplinaires, des procédures externes. Il y a aussi la généralisation de l’usage de la police et de la justice pour casser la combativité en interne. On est particulièrement touché dans l’énergie mais cela devient général, comme le montre le cas de Christian ».

Depuis la bataille des retraites, le patronat a lancé une vaste offensive antisyndicale. Pour le secrétaire de la CGT Moselle, la bourgeoisie prend sa revanche : « On sort d’une période de luttes qui ont été très fortes, très suivies, très impactantes pour les entreprises, bien qu’elles l’aient nié. Ils essayent de prendre leur revanche. La bataille qui a été menée leur a permis de repérer les militants combatifs. Il y a aussi le climat en France. Quand un premier ministre dit que “la grève est un droit, le travail un devoir”, quand il dit des choses pareilles, il donne des ailes à tout ceux qui veulent abattre les syndicats. Des sénateurs font même une tribune pour interdire le droit de grève ». Selon Francis Casanova, « on a affaire à des patrons qui se croient tout permis pour continuer à capter la richesse produite par les travailleurs ».

Pour lutter contre la répression, « il faut construire la solidarité après chaque attaque » et « initier des mouvements interprofessionnels » concluent les syndicalistes. En ce sens, le communiqué intersyndical, signé par de nombreux syndicats, UL, UD, témoigne de la force du mouvement de soutien à Christian Porta et doit être un point d’appui pour une riposte d’ensemble contre la répression syndicale.

Pour faire un don à la caisse de grève, cliquez juste ici !


Facebook Twitter
Offensive : le Sénat adopte une loi antigrève historique dans les transports

Offensive : le Sénat adopte une loi antigrève historique dans les transports

Chambéry. Des enseignant·e·s en REP+ en grève en soutien à l'une de leurs collègues

Chambéry. Des enseignant·e·s en REP+ en grève en soutien à l’une de leurs collègues

Bordeaux : la direction du CHU se construit des toilettes à 40 000 € et intimide les hospitaliers scandalisés

Bordeaux : la direction du CHU se construit des toilettes à 40 000 € et intimide les hospitaliers scandalisés

Mise en danger des salariés : 20 travailleurs de la maintenance assignent la RATP aux Prud'hommes

Mise en danger des salariés : 20 travailleurs de la maintenance assignent la RATP aux Prud’hommes

Emploi des seniors : des négociations vouées à l'impasse qui ouvrent la voie aux offensives de Macron

Emploi des seniors : des négociations vouées à l’impasse qui ouvrent la voie aux offensives de Macron

Licenciements des fonctionnaires : le plan « sans tabou » de Guérini pour en finir avec le statut

Licenciements des fonctionnaires : le plan « sans tabou » de Guérini pour en finir avec le statut

Education : les AG du 93 et d'Île-de-France appellent à la grève pour le 22 avril

Education : les AG du 93 et d’Île-de-France appellent à la grève pour le 22 avril

Port de Metz : les soutiens de Christian Porta rassemblés contre la répression de InVivo !

Port de Metz : les soutiens de Christian Porta rassemblés contre la répression de InVivo !