^

Politique

Tout le monde y gagne ?

Retraites : tous perdants ! Un collectif dénonce les "comparaisons truquées" du gouvernement

En cette rentrée, placée sous le signe de la prudence du côté de Macron, le gouvernement y va à grand coups de « pédagogie » sur le dossier des retraites. Un collectif indépendant révèle des trucages dans les « simulations » du rapport Delevoye sur les conséquences des modifications proposées au système des retraites, qui annonçaient tout le monde gagnant.

jeudi 5 septembre

Crédits photos : CHARLES PLATIAU

Dans le rapport de Delevoye concernant la future réforme des retraites, était publiée une série de 9 simulations visant à comparer le système de retraite actuel, et celui proposé dans le rapport. Sur ces 9 cas-types différents, la plupart gagnaient au change. Surprenant, quand on sait que le gouvernement a annoncé que la réforme se ferait « à moyens constants », c’est à dire avec pas un sous de plus, pour un nombre de personnes au-dessus de 65 ans voué à augmenter du fait du vieillissement de la population et de l’augmentation de l’espérance de vie.

Face à cette drôle d’incohérence, plusieurs experts, économistes et fonctionnaires anonymes se sont montés en collectif et ont étudié ces simulations. Et bien sûr, l’enquête a révélé une astuce derrière le tour de magie : la simulation comparait des retraites basées sur le futur système, à des retraites, certes, basées sur le système actuel, mais avec une durée de cotisation fictive ! Plus précisément, le rapport calculait les retraites du système actuel avec une durée de cotisation pour un taux plein de 44,3 ans (au lieu de 42 ans), faisant alors paraître le taux de remplacement des cas types étudiés comme plus bas qu’il ne le serait en réalité aujourd’hui !

Le collectif a ensuite tenté de rectifier le tir en proposant de refaire les simulations, en tout cas sur les quelques cas où ils ont pu récupérer les données des simulations du gouvernement, c’est à dire 3. Et comme on pouvait s’y attendre, sur ces trois cas, tout le monde y perd ! Selon les situations étudiées (salarié non-cadre, fonctionnaire cat B, employé SMIC), c’est, à carrière égale, 75% à 85% seulement de la pension calculée sur le système actuel que toucheront les retraités sous le système Macron. Pour compenser, il faudra donc ou manger moins, ou travailler jusqu’à « 5 ans de plus », faisant de cette réforme la plus violente réforme contre les retraites jamais vu !

Voilà une donnée qui, malgré toutes les incertitudes dans lesquelles tente de nous plonger le gouvernement, a de quoi démontrer par l’exemple le caractère anti populaire de cette réforme. Pour autant, si le gouvernement utilise autant de subterfuges et de camouflages pour faire passer sa réforme dans l’ombre des concertations et des « débats citoyens », c’est bien parce qu’il craint que la colère populaire n’explose à nouveau sur ce sujet, avec la potentialité d’un mouvement regroupant plus largement que les Gilets Jaunes, une grève générale, face à laquelle il n’aurait pas les moyens de faire face.




Mots-clés

Réforme des retraites   /    Politique