^

Monde

1 million a perdu ses revenus

Royaume-Uni : 1,5 millions de personnes se privent de repas pendant plus d’une journée

Au Royaume-Uni, après seulement trois semaines de confinement, le bilan économique est déjà très lourd pour les populations les plus pauvres : 1,5 millions de Britanniques ont déclaré se priver de repas pendant plus de vingt-quatre heures, faute d’argent, tandis qu’1 million a affirmé avoir perdu la totalité de ses revenus.

lundi 13 avril

Au 13 avril, le bilan humain du Royaume-Uni s’élevait à plus de 84 000 cas officiels, et à plus de 10 600 décès. Une situation d’autant plus dramatique que la gestion du virus adoptée par Boris Johnson s’avérait totalement irresponsable les premiers jours, lorsque ses voisins européens entamaient un processus de confinement mi-mars, avant de rétropédaler et d’attraper lui-même le Covid-19.

A ce bilan humain dramatique s’ajoute une situation économique sans précédent déjà visible chez les populations les plus pauvres. Selon une étude publiée par la Food Foundation, depuis la crise du covid-19, 1,5 millions de Britanniques seraient obligés de se priver de nourriture pendant plus d’une journée, faute d’argent. En tout, 3 millions de personnes vivraient ainsi dans un foyer où une personne est obligée de se restreindre et de sauter des repas. De plus, selon la même étude, un million de britanniques aurait perdu la totalité de leurs revenus.

Ces chiffres sont confirmés par le journal Independent qui évalue à 1,7 millions les personnes actuellement incapables d’acheter suffisamment de nourriture, tandis que 2,2 millions de britanniques ne seraient pas en mesure de payer leur loyer. Le journal souligne que les chiffres augmentent très rapidement, tout comme les prix dans les supermarchés.

Et la situation du Royaume-Uni est loin d’être isolée : d’après l’ONG Oxfam, la crise du coronavirus pourrait engendrer un recul de 30 ans dans la lutte contre la pauvreté pour certaines régions, faisant basculer un demi-milliard de personnes dans la pauvreté à échelle mondiale. C’est plus que la totalité de la population de l’Union européenne, qui était de 446 millions en février 2020.

Un chiffre accablant, qui confirme ce que l’on savait déjà : non, confinement n’est pas synonyme de bien-être ou de vacances. Quand les classes populaires ne sont pas obligées à travailler dans des conditions désastreuses, la perte d’une partie du revenu implique de sombrer dans la misère la plus totale.




Mots-clés

Coronavirus   /    Royaume-Uni   /    Monde