×

International

Russie. La mutinerie du groupe Wagner et les faiblesses du régime de Poutine

La mutinerie théâtrale organisée par Evgueni Prigojine, l'oligarque devenu chef du groupe Wagner, a été de courte durée. Bien qu'il soit trop tôt pour évaluer les conséquences de cet événement sur l'architecture du pouvoir du Kremlin, ses effets s’inscriront dans la durée.

Claudia Cinatti

28 juin 2023

Facebook Twitter
Russie. La mutinerie du groupe Wagner et les faiblesses du régime de Poutine

Crédit photo : La Izquierda Diario

Traduction de l’article « Rusia. El motín del grupo Wagner y las debilidades del régimen de Putin » de Claudia Cinatti, paru dans La Izquierda Diario, de journal frère de Révolution Permanente en Argentine.

Il est vrai que, en fin de compte, l’unité autour de Poutine a été maintenue et que Prigojine n’a apparemment pas atteint ses objectifs, notamment l’éviction de deux de ses principaux ennemis : Sergei Shoigu, le ministre de la défense, et le général Valery Gerasimov, le chef de l’état-major général en charge de la guerre en Ukraine. Cependant, le simple fait que cette rébellion ait eu lieu, un événement sans précédent depuis les derniers jours de l’ex-Union soviétique, a révélé des vulnérabilités importantes du régime liées au déroulement de la guerre en Ukraine.

Maintenant que le moment critique est passé, Moscou a lancé une opération visant à restaurer symboliquement l’autorité du président Vladimir Poutine et, par extension, celle de l’État russe lui-même. La version officielle que le Kremlin tente d’imposer est plus ou moins la suivante : Poutine a contrôlé les événements du début à la fin. Si l’armée russe n’a pas réprimé la marche de la milice Wagner depuis la ville méridionale de Rostov jusqu’aux portes de Moscou - une promenade agrémentée de selfies en cours de route avec des passants - c’est parce qu’elle a délibérément choisi d’éviter un bain de sang qui aurait affaibli l’armée au milieu de la contre-offensive de l’Ukraine et de l’OTAN.

Néanmoins, il y a eu des affrontements et des victimes, bien que peu nombreuses, et Poutine a donc décoré un groupe de soldats de l’armée régulière. C’est également Poutine lui-même qui a chargé son allié-serviteur Alexandre Loukachenko, le président biélorusse qu’il a sauvé d’un soulèvement populaire, de négocier avec Prigojine pour mettre fin à sa « marche de la justice » vers la capitale moscovite et l’exiler en Biélorussie.

La stratégie politique consiste à minimiser la gravité de la tentative de rébellion de cette milice privée quasi-étatique, et à clore l’incident en déclarant la victoire sur les séditieux, que le Kremlin associe aux puissances occidentales. Et comme la politique est aussi un spectacle, l’autorité surjouée de Poutine lors de ses apparitions télévisées est une manière de compenser ses faiblesses et de donner l’impression d’un résultat plus ambigu qu’autre chose.

Selon les informations disponibles, ni Prigojine ni aucun des mutins ne feront l’objet de poursuites pénales, bien que Poutine les ait accusés de rien de moins que de « trahison de la patrie ». Le gouvernement et les services de sécurité de l’État ont abandonné l’enquête et les mercenaires seront autorisés à rejoindre l’armée régulière.

Même le groupe Wagner, une entreprise capitaliste lucrative qui, en plus de son rôle dans la guerre en Ukraine, sous-traite des conflits et des opérations militaires, pourra continuer à opérer au service de l’État russe en Syrie et en Afrique. Cela apparaît contradictoire pour un régime qui condamne à au moins 15 ans de prison les opposants, objecteurs de conscience, et même ceux qui osent qualifier de « guerre » ce que le Kremlin appelle une « opération militaire spéciale  ».

Dans un message audio diffusé sur sa chaîne Telegram, Prigozhin a donné sa version des faits. Il a affirmé que son objectif n’était pas d’organiser un coup d’État ni de défier Poutine, mais de préserver l’autonomie du groupe Wagner, qui devait se soumettre à l’autorité du ministère de la Défense à partir du 1er juillet, ce qui équivaudrait en réalité à sa dissolution. Il a également dénoncé les attaques de l’armée russe contre ses combattants, qualifiées d’« amicales », ainsi que le manque de munitions et d’armes.

Ces derniers mois, en particulier depuis la contre-offensive ukrainienne de septembre 2022, Prigozhin s’est vivement attaqué à Shoigu et Gerasimov, qu’il tient pour responsables des revers militaires de la Russie en Ukraine. Il a même fait chanter le régime en s’appuyant sur le rôle de premier plan joué par le groupe Wagner dans la guerre. Au début du mois de mai, avec des cadavres en arrière-plan, Prigozhin a menacé d’abandonner la bataille pour la prise de la ville de Bakhmut, mais ne l’a pas fait, se retirant finalement après avoir conquis la ville au prix de lourds sacrifices.

Le chef de Wagner était l’un des plus ardents va-t-en-guerre, allant jusqu’à citer le régime nord-coréen comme un exemple à suivre. Cependant, dans un revirement spectaculaire, avec un discours populiste typique de quelqu’un qui a des ambitions politiques, il a remis en question les fondements sur lesquels Poutine a lancé la guerre et l’invasion de l’Ukraine, soutenant que le seul objectif de « l’ opération militaire spéciale » était de servir les intérêts d’oligarques proches du régime (bien qu’il en soit lui-même un).

Jusqu’à présent, les diatribes enflammées de Poutine ont servi à neutraliser les luttes de pouvoir entre les différentes factions de l’armée, de l’appareil de sécurité et de la bureaucratie gouvernementale qui composent « l’écosystème » du régime russe. Comme R. Sakwa le définit bien dans son livre « The Putin Paradox » (L.B.Tauris, 2020), ce « régime-état », avec Poutine comme élément central mais devant équilibrer les « pressions horizontales  », est apparu sous Eltsine dans les années 1990 et s’est développé sous la forme d’un bonapartisme sous Poutine.

Mais cette fois, Prigozhin est allé trop loin, tant dans ses méthodes que dans son discours. Pour l’instant, il est mis hors jeu. Certains spéculent sur le fait qu’à un moment donné, il pourrait être traité avec un peu de thé au polonium-210. Ce scénario n’est pas à écarter, mais pour le moment il s’en est sorti indemne.

Comme prévu, cet événement opaque s’ajoute au « brouillard de la guerre », rendant pratiquement impossible la connaissance de la vérité. Toutes sortes de spéculations et d’opérations circulent, correspondant grosso modo aux intérêts des parties belligérantes sur le terrain militaire. Les médias occidentaux, alignés sur l’effort de guerre de l’Ukraine et de l’OTAN, se sont empressés d’annoncer « le début de la fin de Poutine » et de souligner la faiblesse du régime russe due à ses erreurs stratégiques dans la guerre en Ukraine.

À l’autre extrême, certains, prenant exemple sur la purge qu’a menée Recep Erdogan en Turquie après avoir réprimé la tentative de coup d’État militaire en 2016, ou évoquant le « complot des médecins » qui a servi de prétexte à Staline pour déclencher sa dernière purge, affirment que Poutine en sortira renforcé. Des théories conspirationnistes vont même jusqu’à prétendre que Poutine lui-même aurait fomenté la mutinerie afin de consolider son contrôle et discipliner les différentes factions rivales qui se disputent le pouvoir au sommet du Kremlin.

Que Prigozhin ait voulu ou non que la mutinerie soit un coup d’État, ce ne fut pas le cas. Bien que certaines sections de l’armée, où le mécontentement à l’égard de la conduite de la guerre et le manque de perspectives sont monnaie courante, aient laissé passer le soulèvement ou n’aient pas déployé beaucoup d’efforts pour le réprimer, il n’a pas brisé le haut commandement qui reste fidèle à Poutine. Sans au moins une fraction de l’armée, une milice privée ne peut pas organiser un coup d’État seule. En premier lieu car elle n’est pas une entité étatique.

Cela dit, il convient de souligner la relation particulière entre le groupe Wagner et l’État russe. En général, la tendance à la privatisation de la guerre s’est renforcée sous l’effet du néolibéralisme. Selon une enquête journalistique très intéressante sur le sujet, les sociétés militaires privées (SMP) ont été inventées par les démocraties impérialistes et ont fait leurs débuts lors de la guerre en Angola dans les années 1960. L’exemple le plus médiatisé est celui de Blackwater (aujourd’hui rebaptisée Academi), la société militaire qui a collaboré avec le gouvernement américain dans la guerre et l’occupation de l’Irak, et qui est tombée en disgrâce lorsque ses terribles crimes de guerre ont été révélés au grand jour. Cependant, cette armée privée, qui a signé des contrats de plusieurs millions de dollars avec le Pentagone, n’a jamais établi de commandement militaire parallèle.

Au contraire, le rôle disproportionné du groupe Wagner dans la guerre en Ukraine et l’influence croissante de Prigozhin dans le processus décisionnel témoignent des vulnérabilités de l’armée russe et des erreurs d’appréciation stratégique du commandement politique et militaire de la Russie. Ces vulnérabilités sont amplifiées alors que l’impact de la « guerre d’usure » en Ukraine se fait de plus en plus ressentir. En effet, bien que la Russie ait remporté quelques victoires tactiques, celles-ci ne sont pas décisives et, sur le plan stratégique, la guerre tend à placer la Russie dans une position de partenaire subordonné vis-à-vis de la Chine.

La mutinerie de Wagner a eu des répercussions internationales. La Chine, principale alliée de la Russie, a soutenu Poutine, considérant cette affaire comme une « affaire interne » sur laquelle elle n’a aucune influence, en accord avec la politique traditionnelle de Pékin.

En public, le président Joe Biden et les dirigeants des puissances de l’OTAN qui jouent un rôle majeur dans l’actuelle « contre-offensive » en Ukraine ont encouragé le camp de Zelenski à saisir l’opportunité offerte par la crise des mutineries. Cependant, cette opportunité s’est rapidement dissipée.

Dans l’ensemble, le soulèvement n’a pas modifié la dynamique de la « contre-offensive » ukrainienne tant annoncée, qui, malgré un arsenal substantiel fourni par l’OTAN, s’avère bien plus lente et coûteuse que ce qui avait été envisagé. En quatre semaines, l’armée ukrainienne n’a guère réalisé de percée significative face à la défense jusque-là efficace de l’armée russe.

Si l’OTAN espérait que cette contre-offensive ukrainienne déterminerait le cours de la guerre, elle devra revoir ses plans. Cette guerre d’usure prolongée a un coût élevé pour la Russie et l’Ukraine, mais en raison de l’asymétrie entre les deux parties et du fait que la guerre se déroule sur le territoire ukrainien, c’est cette dernière qui en paie le prix. Les puissances occidentales, en particulier les États-Unis, ont généreusement armé l’armée ukrainienne car Zelensky s’engageait à mener une guerre qui sert leurs intérêts (affaiblir la Russie, renforcer leur hégémonie en Europe, obtenir des alliés contre la Chine) sans envoyer un seul soldat. Cependant, lorsqu’il s’agit de rembourser le sacrifice de Zelensky, ils se montrent cruels. Il doit faire face à une dette qui augmente de façon astronomique avec la guerre et des projets de reconstruction sont déjà en cours. Si cette tendance se poursuit, l’émergence de « Wagners » ukrainiens n’est pas à exclure.

Ce qui est le plus important, c’est que, en privé, la rébellion du groupe Wagner a déclenché des alarmes au sein des états-majors des puissances occidentales face à un scénario possible d’effondrement chaotique du régime de Poutine. C’est précisément ce danger qui est souligné par des contre-révolutionnaires lucides et expérimentés, tels que Henry Kissinger et d’autres représentants du conservatisme « réaliste », qui recommandent de profiter de l’implication de la Chine pour négocier la fin de la guerre. La logique de ce secteur est que la stratégie de « guerre subsidiaire » des États-Unis pour affaiblir la Russie a ses limites, et qu’il serait peu recommandable de précipiter un « changement de régime » dans la deuxième puissance nucléaire de la planète, ce qui poserait immédiatement un problème de sécurité pour l’Europe et le monde en général.


Facebook Twitter

Claudia Cinatti

Dirigeante du Parti des Travailleurs Socialistes (PTS) d’Argentine, membre du comité de rédaction de la revue Estrategia internacional, écrit également pour les rubriques internationales de La Izquierda Diario et Ideas de Izquierda.

Kanaky : après l'adoption de la loi coloniale, l'État réprime la révolte dans le sang

Kanaky : après l’adoption de la loi coloniale, l’État réprime la révolte dans le sang

Révoltes en Kanaky contre le projet néocolonial de Macron : l'État envoie la CRS 8 et le RAID

Révoltes en Kanaky contre le projet néocolonial de Macron : l’État envoie la CRS 8 et le RAID

Tortures, humiliations, amputations… : CNN révèle l'horreur d'un camp de détention de Palestiniens

Tortures, humiliations, amputations… : CNN révèle l’horreur d’un camp de détention de Palestiniens

Macron déclare « l'état d'urgence » en Kanaky : la répression coloniale se poursuit

Macron déclare « l’état d’urgence » en Kanaky : la répression coloniale se poursuit

Pourquoi le vote du dégel du corps électoral a fait exploser la colère du peuple kanak ?

Pourquoi le vote du dégel du corps électoral a fait exploser la colère du peuple kanak ?

Tarifs douaniers records : Joe Biden intensifie l'offensive contre la Chine avant les élections

Tarifs douaniers records : Joe Biden intensifie l’offensive contre la Chine avant les élections

État d'urgence, armée, réseaux sociaux coupés : face à la répression coloniale, soutien au peuple kanak !

État d’urgence, armée, réseaux sociaux coupés : face à la répression coloniale, soutien au peuple kanak !

États-Unis : où en est le mouvement de solidarité avec la Palestine ?

États-Unis : où en est le mouvement de solidarité avec la Palestine ?