^

Politique

Violences policières

Témoignage. Gabriel, 21 ans, la main arrachée par une grenade lors de l’acte II

Gabriel, apprenti chaudronnier, a perdu sa main lors de la manifestation des Gilets jaunes du 24 novembre à Paris. Nous relayons ici son témoignage ainsi que le lien vers le pot commun mis en place par sa famille pour l'aider à payer ses soins.

lundi 21 janvier

« Samedi 24 novembre 2018, comme des milliers d’autres, nous nous sommes rendus en famille depuis la Sarthe au premier rassemblement des gilets jaunes à Paris.

Alors que nous nous apprêtions à rentrer chez nous et que nous quittions les Champs Elysées une grenade a explosé. Il n’y avait aucune foule, l’avenue était calme et quelques petits groupes discutaient ça et là.

Cette grenade a été jeté sur mon petit frère Gabriel âgé de 21 ans. L’explosion a projeté des éclats sur le côté droit de son corps, sur le haut de crâne, au dessous du genou… elle lui a aussi mutilé la main droite, il a perdu trois doigts. Tout cela s’est passé sous nos yeux puis sous les gaz lacrymogènes que les forces de l’ordre nous tiraient dessus alors que nous tentions de lui porter secours. Il n’y avait pourtant aucune foule hostile, nous rentrions pourtant chez nous.

À ce jour, Gabriel a subi 12 interventions chirurgicales. 6 pour extraire les débris de grenades logés dans ses jambes et son visage, 6 autres pour tenter de sauver ses doigts. Il ne retrouvera pas l’usage de sa main et l’ensemble des éclats de grenade ne pourront être retirés.

Gabriel est apprenti chaudronnier, il est passionné par son métier. Après avoir passé trois ans parmi les Compagnons du Devoir, il a reçu la médaille d’un des meilleur apprenti de France. Du fait de la violence de ses blessures et ses très longues hospitalisations il n’a pas pu reprendre son BTS qu’il devait obtenir en juin 2019. 
Il ne pourra donc jamais exercer sa passion.

Gabriel est un jeune homme passionné, respectueux des autres et doté de valeurs humaines fortes. Rien ne peut justifier ce qui lui est arrivé, rien ne peut justifier de tordre ainsi le destin d’un jeune homme.

Comme si cette épreuve, pour lui et pour notre famille, ne se suffisait pas, nous avons appris que ses frais d’hospitalisation et d’intervention n’étaient pris en charge ni par notre mutuelle, ni par nos contrats garanties accident, ni par notre assurance responsabilité civile : leurs contrats stipulent qu’ils ne prennent pas en charge les accidents intervenus au cours de mouvements sociaux. À ce jour, nous ne savons pas encore si l’assurance maladie acceptera de prendre en charge ces frais.

Quoi qu’il en soit, une fois le travail des chirurgiens terminé, Gabriel aura besoin d’une prothèse et d’une très longue rééducation afin de recouvrer l’usage partiel de sa main. Tout cela s’annonce long et coûteux.

Notre famille est à l’image de celle de tant d’autres gilets jaunes. Nous travaillons, gagnons notre vie mais ce n’est pas toujours facile de boucler les fins de mois. Si cet événement nous a dévasté, si la détresse de Gabriel se mêle à la notre, les conséquences financières de sa blessure pèsent elles aussi de leur poids. C’est pourquoi des amis nous ont conseillé de monter cette cagnotte afin de solliciter l’aide et la solidarité de toutes celles et ceux qui, pour avoir été dans la rue ces derniers mois, savent qu’ils auraient très bien pu se retrouver à la place de Gabriel : mutilé à vie, par hasard et pour rien.

Bien évidemment nous justifierons auprès des donateurs de l’usage faits de tous les dons reçus.

Merci d’avance pour votre soutien et votre solidarité. »

Lien vers la cagnotte : https://www.lepotcommun.fr/pot/9qbacnp7

Témoignage live médiapart : https://www.youtube.com/watch?v=OtuuzOYXzE4




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Violences policières   /    Répression   /    Politique