^

Politique

Levée de l'état d'urgence

Toutes et tous au meeting parisien contre l’état d’urgence et la criminalisation du mouvement ouvrier

Depuis le meeting unitaire contre l'état d'urgence qui a rassemblé plus de 400 personnes à Paris le 18 décembre, on assiste non seulement à une véritable accélération de la politique sécuritaire et liberticide du gouvernement, mais aussi à une certaine décantation politique. Sur les quelques 3 000 perquisitions administratives menées et les 400 assignations à résidence ordonnées au cours des deux derniers mois au nom de la « lutte contre le terrorisme », seules 25 auraient été « en lien direct avec le terrorisme ». Le constat est donc de plus en plus implacable : loin de « nous protéger » comme le prétendent les gouvernants, ceux-ci instrumentalisent les attentats de novembre pour renforcer leur politique réactionnaire et sécuritaire : déchéance de la nationalité, réforme du Code pénal pour faire bénéficier les policiers d'une impunité encore plus grande, constitutionnalisation de l'état d'urgence, condamnation des anciens salariés de Goodyear à de la prison ferme. C'est contre ce véritable état d'exception permanent et cette criminalisation croissante de celles et ceux qui résistent que syndicalistes, militants politiques, associatifs, et intellectuels comme Mickaël Wamen, syndicaliste Goodyear condamné, ou Olivier Besancenot du NPA, organisent samedi 23 janvier un grand meeting pour la levée de l'état d'urgence sur la base de l'appel des 333. Pour que ce meeting puisse contribuer à construire la mobilisation unitaire du 30 janvier contre l'état d'urgence, la déchéance de la nationalité et la guerre, soyons nombreuses et nombreux à ce meeting, appelé à 14h30 à l'Espace Charenton à Paris ! Nous reproduisons l'appel des 333 ci-dessous.

vendredi 22 janvier 2016

Pour la levée de l’état d’urgence


Grand Meeting
Samedi 23 janvier 2016 - 14h00 - Espace Charenton
327, rue de Charenton 75012 Paris - Métro Porte de Charenton

Le 13 novembre, après les assassinats barbares qui ont ensanglanté Paris, le Président de la République François Hollande décrète l’état d’urgence !

Le 16 novembre, au congrès à Versailles, le Président de la République annonce son intention de constitutionnaliser l’état d’urgence, d’en durcir les conditions, d’y intégrer la déchéance de nationalité pour les citoyens binationaux !

Le 19 novembre, l’Assemblée nationale vote la prolongation de l’état d’urgence pour trois mois à une quasi unanimité !

Plus de 10 000 signataires de l’appel des 333 exigent la levée de l’état d’urgence !

Ce sont en réalité les libertés fondamentales, libertés syndicales, libertés associatives, libertés politiques, qui sont visées, comme l’attestent les atteintes au droit de manifester, les assignations à résidence arbitraires de militants dont le seul crime est de contester la politique gouvernementale, les perquisitions de nuit hors de tout contrôle judiciaire….

Tous ensemble, exigeons la levée de l’état d’urgence !

Au meeting du 23 janvier à 14h porte de Charenton à Paris pour la levée de l’état d’urgence, prendront la parole :

- Patrick Baudouin, avocat, Président d’honneur de la FIDH ;
- Esther Benbassa, sénatrice, vice-présidente de la commission des lois ;
- Olivier Besancenot, NPA ;
- Claude Charmont, syndicaliste, Seine-et-Marne ;
- Denis Collin, philosophe ;
- Sergio Coronado, député ;
- Jacques Cotta, journaliste et réalisateur ;
- Dominique Coujard, magistrat honoraire, ancien président de la cour d’assises de Paris ;
- Daniel Dutheil, syndicaliste AP-HP ;
- Daniel Gluckstein, secrétaire national du POI-D ;
- Dominique Gros, universitaire ;
- Jean-Jacques Karman, membre du conseil national du PCF ;
- Eric Le Courtois, syndicaliste, Côte-d’Armor ;
- Noël Mamère, député ;
- Jean-Jacques Marie, historien ;
- Patrick Picard, syndicaliste, Paris ;
- Wladimir Susanj, syndicaliste, Paris ;
- Philippe Torreton, acteur ;
- Mickaël Wamen, syndicaliste Goodyear condamné ;
- Mathilde Zylberberg, Syndicat de la magistrature.

Pour assurer le succès de cette initiative nous ne pouvons compter que sur nos propres forces.
Nous avons besoin pour la location de la salle et la suite de la campagne de vos dons financiers : 5, 10, 20, 50 euros ou plus si possible…

- Pour les dons par chèques, les libeller à l’ordre suivant :
Crédit mutuel compte0603920920341
Les envoyer à l’adresse :Crédit mutuel Montmartre, 13 rue des abbesses, 75018 Paris.

- Versement par compte paypal à l’adresse :association.lasociale@orange.net
- Paiement direct par carte bancaire sur le lien suivant :https://www.apayer.fr/ddr-lasociale{{}}

Pour tout contact :
- Jacques Cotta, tel. 06 19 84 80 60
- Maurice Stobnicer, 06 87 87 95 02
- mail :appel-levee-etat-urgence@orange.fr

Vous aussi, signez et faites signer massivement cet appel !




Mots-clés

Etat d’urgence   /    Politique