^

Politique

Trahison des grévistes ! L’UNSA appelle les cheminots à arrêter la grève !

Alors que les dirigeants syndicaux étaient reçus à Matignon du gouvernement, Laurent Escure, patron de l’UNSA, appelle les cheminots à arrêter la grève ! Il affirme aussi que des discussions sont en cours avec l’UNSA RATP pour trouver un accord pour stopper la grève.

jeudi 19 décembre 2019

Depuis le 5 décembre, les motifs de la grève et de la mobilisation sont clairs : le retrait total de la réforme des retraites. A la tête du mouvement, les cheminots et les travailleurs de la RATP, partis massivement en reconductible.

Ce jeudi, l’UNSA s’est rendue à Matignon pour négocier les miettes avec le gouvernement, aux côtés des syndicats représentatifs (CFDT, CGT, FO, CFE-CGC et CFTC). Alors qu’à la sortie des négociations la CGT et FO annonçaient une bien trop lointaine prochaine date de mobilisation nationale (le 9 janvier), les syndicats réformistes – UNSA et CFDT – ont salué « l’esprit de dialogue » du gouvernement, qui n’a pourtant rien lâché.

Après des discussions dans le dos des cheminots, l’UNSA a trahis en règle en appelant les cheminots grévistes à reprendre le travail, en parlant de « trêve » pendant les vacances, sous prétexte que le gouvernement était prêt à appliquer une clause du grand-père à la SNCF (la réforme ne concernerait que les nouveaux entrants sur le marché du travail). Une manœuvre du gouvernement visant à diviser les travailleurs entre différentes corporation (pointant du doigt les soi-disant privilégiés) et entre générations. Une brèche dans laquelle l’UNSA s’est donc engouffré, en appelant à faire une pause dans la grève.

Il s’agit là d’une véritable trahison, alors que des milliers de grévistes expriment clairement leur volonté de se battre jusqu’au retrait total de la réforme, et pas uniquement pour conserver les régimes spéciaux, mais pour que tout le monde puisse bénéficier d’une retraite digne.

Ce que Laurent Escure, patron de l’UNSA, exprime, c’est qu’il est prêt à sacrifier les nouvelles générations et l’ensemble du monde du travail en les abandonnant à une réforme délétère qui va niveler par le bas les conditions de retraite de toutes et tous.

Mais nul besoin de se rendre à Matignon pour exiger le retrait sans conditions de cette réforme ! Il ne s’obtiendra que par une grève générale !




Mots-clés

Politique