×

Liberté de la presse

Trois journalistes de Libération convoqués par la police pour avoir enquêté sur un meurtre policier

L’État poursuit l’intimidation des journalistes. Ce jeudi, trois journalistes de Libération ont été convoqués par la police judiciaire après avoir écrit des articles sur le meurtre policier d’Amine Leknoun, tué par un agent de la BAC en août 2022.

Erell Bleuen

21 septembre 2023

Facebook Twitter
Audio
Trois journalistes de Libération convoqués par la police pour avoir enquêté sur un meurtre policier

Crédits photo : Bachellier Christian - Flickr

L’État poursuit l’intimidation de journalistes. Deux jours après que la journaliste d’investigation chez Disclose, Ariane Lavrilleux, ait été perquisitionnée et placée en garde-à-vue par la DGSI, c’est au tour de trois journalistes de Libération, Ismaël Halissat, Fabien Leboucq et Antoine Schirer d’être convoqués par la police judiciaire.

Leur tord ? Avoir rédigé plusieurs articles sur le meurtre policier d’Amine Leknoun, tué par balles par un agent de la BAC pour « refus d’obtempérer » en août 2022 à Neuville-en-Ferrain. Ils ont en effet procédé à ☝🏿 enquête sur la mort du jeune homme qui conteste l’argumentaire policier de la « légitime-défense », notamment au travers de l’analyse médico-balistique, dénoncé une « frêle enquête judiciaire [qui] semble avoir été délaissée par l’IGPN et la juge d’instruction », et ont donné la parole à la famille de la victime dans leurs colonnes en juin dernier.

En réaction, ils ont été convoqués par la brigade criminelle de la police judiciaire de Lille pour « violation du secret de l’instruction », « recel de violation du secret de l’instruction » et « diffamation publique à raison de la fonction ou de la qualité de dépositaire de l’autorité publique » selon le communiqué signé par la société des journalistes et du personnel de Libération et la direction de la rédaction.

Une attaque à l’encontre de celles et ceux qui dénoncent les violences policières et qui envoie un message clair à l’ensemble des journalistes : enquêter sur les mensonges d’État qui entourent les crimes policiers et l’impunité dont jouissent les auteurs de violences, c’est s’exposer soi-même à la répression judiciaire. Le comité de rédaction de Révolution Permanente apporte sa solidarité aux journalistes de Libération et de Disclose, qui font face à une campagne répressive de l’État contre le droit d’informer.


Facebook Twitter

Erell Bleuen

@Erellux

Menace de fermer l'usine : InVivo durcit l'offensive, faisons front avec Christian Porta et les Neuhauser !

Menace de fermer l’usine : InVivo durcit l’offensive, faisons front avec Christian Porta et les Neuhauser !

Interpellation massive : plus de 100 militants écolos en GAV après une action contre Total

Interpellation massive : plus de 100 militants écolos en GAV après une action contre Total


Lidl : comment l'entreprise soutient la colonisation en Cisjordanie

Lidl : comment l’entreprise soutient la colonisation en Cisjordanie

Crise de la dette : le FMI appelle la France à toujours plus d'austérité

Crise de la dette : le FMI appelle la France à toujours plus d’austérité

Kanaky : Macron temporise mais maintient le cap répressif et colonial

Kanaky : Macron temporise mais maintient le cap répressif et colonial

Offensive historique : la durée d'indemnisation du chômage bientôt réduite de 40% ?

Offensive historique : la durée d’indemnisation du chômage bientôt réduite de 40% ?

Le lieu associatif En Gare de Montreuil expulsé par la police et ses habitants placés en garde-à-vue

Le lieu associatif En Gare de Montreuil expulsé par la police et ses habitants placés en garde-à-vue

Répression coloniale : un dirigeant de la RATP dans la délégation de Macron en Kanaky

Répression coloniale : un dirigeant de la RATP dans la délégation de Macron en Kanaky