^

Monde

L'information sous contrôle

VIDEO. Flagrant délit de désinformation, le Chili aussi a son BFM

Alors que le Chili s’embrase, que le gouvernement a instauré l’état d’urgence et que l’armée ouvre le feu sur la foule, tous les relais gouvernementaux cherchent à dépeindre les manifestants comme des criminels. Une chaîne de télé a donc tout simplement engagé des acteurs pour avoir des images de manifestation !

lundi 21 octobre

Depuis vendredi, les travailleurs et travailleuses et la jeunesse se sont mis massivement en mouvement au Chili contre l’augmentation drastique du prix des abonnements de métro à Santiago. La goutte de trop pour un des pays les plus inégalitaires du continent sud-américain marqué par un néo-libéralisme hérité du régime de Pinochet. La réponse du gouvernemental est brutale : gazage, arrestation de militants, tirs à balle réelle, état d’urgence qui confie l’ordre dans la capitale au chef des armées, couvre-feu de 20h à 6h du matin avec droit de tirer sur quiconque l’enfreint.

Face aux réponses de grèves qui émergent de la part de nombreux secteurs de travailleurs, le gouvernement a besoin de présenter le mouvement comme criminel pour justifier sa répression. Une recette éprouvée par tous les gouvernements, la bataille de l’information s’engage. Une bataille que connaissent toutes celles et ceux qui ont participé à des mouvements de grève et de contestation dont les Gilets jaunes, où la désinformation des médias bourgeois a fait part de trésors d’imagination pour décrédibiliser le mouvement ou redorer le blason des forces de répression.

Sur cette vidéo, une télé chilienne est allée encore plus loin puisqu’elle ne cherche même pas à prendre des plans bien sentis de la manifestation mais en tourne carrément d’autres scènes. Ici deux acteurs sautent sur le toit d’une voiture calcinée, sous l’objectif des caméras, alors que la manifestation avance à quelques centaines de mètres. Quand on leur demande si ce sont des acteurs, ceux-ci remontent leur foulard et imitent des manifestants...

Quand le pathétique de la désinformation médiatique rencontre le tragique de la répression.

Nos camarades de La Izquierda Diario Chile, membres du réseau international en huit langues dont nous faisons partie, suivent l’actualité du soulèvement populaire en direct "du bon côté de la barricade" ! Vous pouvez également les suivre sur Facebook. Profondément internationaliste, nous traduirons régulièrement certains de leurs articles pour informer ici en France de la situation de l’autre côté de l’Atlantique !




Mots-clés

Chili   /    médias   /    Monde