^

Politique

VIDEO. Nice. Interpellation violente sous prétexte de non port du masque

Au passage du Tour de France à Nice, une famille a été violemment interpelée au prétexte que celle-ci ne portait pas de masques. Sur la vidéo, on voit même les policiers faire un plaquage ventral, symbole brutal de la répression policière en période de crise sanitaire.

lundi 31 août

@Capture d’écran de la vidéo Twitter montrant l’interprétation d’un homme pour non-port du masque à Nice, le 29 août 2020. Vidéo partagée par l’internaute @CerveauxNon

Cette vidéo, publiée le 29 août montre l’interpellation d’une violence inouïe d’une famille pour « refus de porter le masque » alors que ceux-ci l’avaient à la main et s’apprêtaient à le mettre. Cette scène s’est déroulée à Nice, dans la cité des Anges. « Un homme et une femme ont été arrêtés par la police pour non-port de masques ! Ils l’avaient à la main, ont voulu le mettre au vu de la police... Et voilà ! » commente l’internaute.

Sur la vidéo, on voit quatre policiers plaquer violemment à terre un homme près de sa famille, et poser leurs genoux sur son corps pendant plusieurs secondes. Cette méthode d’interpellation est pourtant la même que celle qui a causé la mort de George Floyd et Adama Traoré en France. Mais il est important de rappeler que le gouvernement Macron a de nouveau autorisé ce type de pratiques en juin, malgré la controverse d’envergure internationale que la mort de George Floyd avait suscitée. Un autre policier tient brutalement une femme sur le côté, qui crie.

Partagée près de 2000 fois sur Twitter, la vidéo a entrainé de très nombreux commentaires d’indignation. La direction centrale de la Sécurité Publique a tenté de justifier cette violence en affirmant que l’homme avait refusé d’obtempérer et ne portait pas le masque alors qu’on voit sur la vidéo un masque accroché à l’oreille de l’homme violenté.

Cet acte policier n’est pas sans rappeler les vidéos de violences qui surgissent sur les réseaux sociaux depuis le confinement. De fait, la logique du gouvernement a été de renforcer la répression et la présence policière soi-disant pour assurer la sécurité de tous. Mais en vérité c’est un moyen d’individualiser la responsabilité de la crise sanitaire alors que c’est ce même gouvernement qui a été incapable de la gérer et de proposer une politique sanitaire à la hauteur.

De plus, c’est lui qui a alimenté la confusion, entre les déclarations sur l’inefficacité et l’inutilité du masque, et les nombreuses voltefaces contradictoires, le gouvernement a semé le doute autour de la question du port du masque. Aujourd’hui, au lieu de fournir des masques gratuits et de faire de la prévention, c’est par la force, entre amendes et interpellations violentes, que le gouvernement veut l’imposer.

Il est donc nécessaire de dénoncer la logique policière du gouvernement autour de la question du port du masque, qui devrait avant tout choses, être gratuits et fournis par l’Etat dans le contexte de rentrée.




Mots-clés

#MasquesGratuits   /    Masques   /    Répression policière   /    Répression   /    Politique