^

Politique

Violences policières

VIDEO. Taha Bouhafs interpelé en plein live par la police à Villeneuve !

Il y a quelques minutes, le journaliste Taha Bouhafs a été interpelé par la police alors qu’il couvrait les événements à Villeneuve-La-Garenne où un jeune à moto a été grièvement blessé par la police hier soir. Après cette menace suivi d'un passage à l'acte, il a finalement été relâché.

dimanche 19 avril

Photo : Extrait vidéo de Rémy Buisine

La blessure grave à la jambe d’un jeune à moto, fauché par la portière d’une voiture banalisée de la police, à Villeneuve-La-Garenne hier soir a déclenché une grande indignation et une colère dans les quartiers populaires et sur les réseaux sociaux. Ce soir, plusieurs cités dans tout le pays se révoltent face à ce nouvel acte de violences policières.

Comme le disait Tahah Bouhafs, tout juste quelques heures avant dans le live de Révolution Permanente, de plus en plus de gens se sont rendus compte que la police qui réprime les manifestations, les grève, c’est la même police raciste qui pratique la chasse à l’homme depuis des décennies dans les quartiers populaires.

A Villeneuve, des affrontements ont eu lieu entre la police et la population, Taha Bouhafs qui était déjà sur les lieux hier soir (les journaliste ont le droit de se rendre où ils le souhaitent pendant le confinement), venait couvrir la situation. Alors qu’il est en direct avec plus de 2000 personnes, il est menacé par plusieurs policiers, qui lui ordonnent de dégager, « y a pas de carte de journaliste ». Un policier brandit sa lumière vers le téléphone pour empêcher d’être reconnu. On entend le journaliste hurler « ils sont violents » alors qu’il se fait interpeler et que la diffusion est coupée.

Rémy Buisine a filmé la scène de l’arrestation, on voit les policiers faire une clef de bras à Taha Bouhafs et se mettre à deux pour lui prendre son téléphone.

Au bout de vingtaine de minutes, il est finalement relâché. Il raconte qu’une policière l’a menacé, lui et son collègue, de leur lancer une grenade. Malgré son attestation pour exercer sa profession, la police lui a mis une amende pour non-respect du confinement. La police réprime et intimide ceux qui veulent faire la lumière sur leurs agissements !




Mots-clés

confinement   /    Répression policière   /    Taha Bouhafs   /    Quartiers populaires   /    Violences policières   /    Politique