^

Politique

Violences policières

VIDEOS. Béliers, marteaux, LBD 40 : les CRS délogent les postiers grévistes occupant le siège de La Poste

À coups de béliers, marteaux, machettes, et armés au LBD 40 à 6 coups, les CRS ont délogé mardi soir les postiers du 92 en grève depuis 10 mois, occupant le siège de la Direction nationale de la Banque Postale le 30 et le 31 janvier pour obtenir des réponses à leurs revendications. Ils réoccupent depuis jeudi les locaux de la direction.

jeudi 31 janvier

C’est au siège national de La Poste, à Issy-Les-Moulineaux, qu’une centaine de postiers des Hauts-de-Seine, en grève depuis dix mois, avec de nombreux soutiens, ont occupé le bâtiment pour interpeller la direction et exiger des réponses à leurs revendications.

En mars 2018, Muriel Pénicaud donne son autorisation au groupe La Poste pour renvoyer Gaël Quirante, pris comme exemple pour démobiliser les postiers. C’est au contraire à partir de ce moment-là que ceux-ci ont lancé la riposte, bien déterminés à ne pas lâcher la bataille contre le licenciement de Gaël et les réorganisations de La Poste qui précarisent toujours plus les travailleurs Dans leur communiqué publié sur la page facebook de Sud Poste 92, ils écrivent : "Après plus de 10 mois de grève, La Poste refuse toujours d’entrer dans de réelles négociations avec les grévistes qui se battent contre les suppressions d’emplois, contre la précarité et pour un réel service postal."

Alors qu’ils sont au sixième étage, les CRS encerclent le bâtiment en vue de les déloger de leur propre entreprise. Au lieu de négociations, qu’elle refuse depuis maintenant dix mois, la direction de La Poste Postale répond aux grévistes en envoyant les CRS, cagoulés et armés au LBD, qui sont venus défoncer les portes à coups de bélier et de marteaux.

Face à cette répression brutale dont a fait preuve le groupe La Poste en appelant les CRS, les grévistes ne reculent pas, et restent plus déterminés que jamais. Une deuxième occupation a eu lieu le 31, avec pour décision qu’ils ne quitteront pas les locaux occupés tant que les négociations n’auront pas lieu.

Pour soutenir les grévistes, qui bataillent depuis dix mois contre le licenciement de Gaël et les réorganisations qui les précarisent toujours plus, c’est sur cette cagnotte en ligne.




Mots-clés

Postiers du 92   /    Grève   /    Violences policières   /    La Poste   /    Politique