^

Politique

Live Révolution Permanente

Youcef Brakni : "Les organisations de gauche doivent prendre leurs responsabilités" face à l’offensive islamophobe

Youcef Brakni, militant des quartiers populaires, revient sur la nécessité de construire une alternative à gauche contre l'union nationale et l'instrumentalisation islamophobe du drame de Conflans, pendant le Live de Révolution Permanente. Nous retranscrivons son intervention.

dimanche 25 octobre

L’instrumentalisation de la mort de Samuel Paty à des fins réactionnaires

Déjà j’aimerais commencer par avoir une pensée pour mon collègue parce que normalement on ne devrait pas être là à parler de ces choses-là, et penser à sa famille, dans le recueillement et dans le deuil. Le gouvernement nous a forcés à sortir de ce deuil, à devoir monter au créneau et devoir défendre plusieurs associations qui sont ciblées, et tout simplement une minorité religieuse qui est désignée comme étant coupable, c’est à dire la communauté musulmane.

Qu’est ce qu’il se passe aujourd’hui ? À peine le corps de Samuel Paty a-t-il été enterré que tout de suite on a le gouvernement qui est sorti et qui est parti à l’offensive, en désignant un coupable. Le coupable a été désigné, la minorité musulmane, et j’insiste sur cette question c’est une minorité qui est désignée, et avec elle les « islamogauchistes ».

Ce qu’il se passe, c’est qu’on est dans un monde où la planète est en train de se détruire, où pour la plupart on va tous probablement mourir d’une maladie qui est liée à l’impact de l’homme sur la planète. On va sûrement perdre pour ceux qui sont dans le privé son emploi, tu l’as vu avec Auchan et Bridgestone qui vont licencier avec 50 000 emplois qui sont menacés ou détruits. On a 1 million de pauvres en plus d’ici à décembre... On a vu les conséquences du confinement en décembre, où c’est une grosse partie de cette minorité musulmane qui a pris les devants et qui est partie donner à manger à ceux qui ne pouvaient plus manger, car c’était ça la situation en France, dans l’une des plus grandes puissances de la planète. Et dans cette situation des gens ont pu manger grâce à l’action des habitants des quartiers populaires. Dans le 93 et partout ce sont les musulmans qui sont partis donner à manger à tout le monde, quelle que soit leur confession et leur minorité ethnique, etc. Ceux qui ont été la première ligne, ceux qui n’ont en réalité pas eu d’autre choix que d’aller sur le front dans les hôpitaux, les supermarchés, etc. sont la majorité des personnes visées et qui sont de la minorité musulmane pour beaucoup.

[…] Or, depuis le début de cet acte immonde on cherche à détourner la responsabilité du gouvernement vers nous, les militants qui luttons pour l’égalité et contre le racisme toute l’année.

Revoir l’intervention de Youcef Brakni :

Le péril de « l’islamogauchisme », une vieille formule réactionnaire

Comme tu le dis le spectre paralysant de l’islamo-gauchisme c’est un peu ce qui prend le relai du judéo-bolchévisme. Il y avait l’idée à l’époque de deux “périls” : avec le “péril” juif qui serait derrière le communisme. Les Etats allaient tomber entre les mains à la fois du péril juif et du péril communiste. Aujourd’hui on l’a remplacé, en changeant judéo par islamo et bolchévique par gauchisme. Ça revient exactement à la même chose, c’est de croire qu’il y a un complot islamique de tous les musulmans de la planète, des 5 millions de musulmans français, qui se lèvent tous les matins par leurs cerveaux et de manière magique et qui complotent contre la France, contre Blanquer, contre Darmanin etc. Et ce avec l’aide de certains éléments du “gauchisme”. Sauf que ce qu’on appelle les gauchistes, des figures de la gauche qui sont progressistes, qu’on isole pour mettre des cibles sur eux, sont juste des gens qui à un moment se font le porte-voix ou sont partie prenante des mouvements d’émancipation dont j’ai parlé tout à l’heure. C’est ça les islamo-gauchistes, des gens qui veulent l’égalité, et qui participent aux Gilets Jaunes, aux mouvements féministes, aux mouvements dans la lutte contre l’islamophobie, et au mouvement de la lutte contre les violences policières. Ce n’est pas qu’un hasard qu’on cherche à mettre tout le monde dans le même sac aujourd’hui, comme lorsqu’on cite Assa Traoré toutes les 3 minutes sur les plateaux alors qu’on pourrait se dire que ca n’a rien à voir. On la ramène, on dézingue tout. Quand on a Gilles William Golnadel qui nous parle de vengeance, c’est un avocat, il sait très bien que toute civilisation est basée sur la justice et pas la vengeance. Il veut le farwest, une guerre civile. Or la justice c’est tout le contraire, c’est écouter ce qu’a à dire même le bourreau.

[...]

Là on le voit, quand on parle de vengeance, quand on parle de se venger, ça a des effets immédiats : on a deux femmes qui se promènent aux Champs de Mars dont une qui a été mise à terre et poignardée 6 fois quand même. Donc on s’est acharné sur elle en étant au sol en lui mettant plusieurs coups de couteaux. C’est ça l’impact direct de ces paroles.

On est face à une crise gigantesque, globale et inédite, ca va être encore pire dans ce qui va arriver on le sait, on va peut être avoir un confinement, ils vont y aller à fond ils n’ont pas le choix. Je tiens juste à dire une chose, pour ceux qui disent que l’islamophobie n’existe pas, que c’est un terme qui n’a pas lieu d’être. Il suffit juste de regarder toute l’Europe, toute l’extrême droite s’est recomposée sur la question de l’islamophobie. Toute. Il n’y a pas une seule extrême droite qui ne s’est pas renouvelée sur la question de l’islamophobie. Y compris des partis nazis et antisémites qui se sont dit “on ne va pas trop mettre en avant notre antisémitisme” comme Orban, Pegida etc. Mais on va mettre l’islamophobie qui cartonne et qui marche le mieux. Ce qui marche le mieux c’est d’agiter le grand complot musulman mondial qui va transformer l’Europe en Eurabie.

Comité Vérité et Justice pour Adama à l’initiative des liens avec différents secteurs : les organisations de la gauche politique et syndicale doivent prendre leurs responsabilités

On a anticipé qu’on était dans un moment où il allait y avoir un choc qui allait sidérer, qui allait choquer, terroriser, là avec la décapitation d’un prof. […] Nous on s’est dit qu’on allait créer des liens sur le long terme, parfois même en prenant sur nous, en allant à des débats avec des acteurs politiques qui n’ont pas été là quand les quartiers populaires ont été opprimés et qui ne sont toujours pas là quand les minorités musulmane sont réprimées. Encore une fois le rendez-vous est manqué. Mais nous on fait de la politique, et les Gilets Jaunes c’était fondamental.

La réalité, c’est que les Français ne sont pas sorti en 2018 contre les Noirs et les Arabes. Mais pourtant on avait théorisé sur le péril identitaire, sur l’insécurité culturelle, ça devait être ça la question prioritaire des Français. Mais non la question prioritaire des Français c’est de vivre dignement, comme nous tous. C’est ça la vérité ! Et donc il a fallu qu’on reconstruise un ennemi intérieur, il a fallu repartir à la bataille , mettre en avant des figures issues de la diversité pour faire les unes des magazines contres des figures qui eux luttent vraiment, notamment Assa Traoré et contre d’autres.

Le deuxième point c’est neutraliser la gauche, neutraliser les forces progressistes, et on le voit, c’est redoutable parce qu’en fait c’est pas l’acte en lui même qui sidère la gauche, c’est tout le travail qu’il y a eu depuis toutes ces années, depuis que Macron est arrivé au pouvoir qui fait que la gauche est sidérée et paralysée. [...]

En fait le pouvoir rend islamophobe, que ce soit Macron, Sarkozy ou Hollande c’est la même chose, c’est la même politique, c’est une politique libérale, néolibérale, c’est le capitalisme qui dirige, c’est ça la réalité et la limite des élections. Et nous on ne peut pas rester bloqués par ça et c’est pour ça qu’on s’est alliés avec les luttes, avec toi Anasse, Marion etc... Les Gilets Jaunes, les travailleuses d’ONET etc. parce qu’on croit aux rapports de forces, on croit à la lutte. Et quand on gagne des secteurs, des gens à nos causes alors on sort le rouleau compresseur de "l’islamo-gauchisme".

Donc là c’est bon, il y a eu Sarkozy, il y a eu Hollande, il y a eu Macron, donc il va falloir se réveiller. La CGT, FSU, LDH, tous là, va falloir arrêter d’avoir peur ! Donc là, je le dis à ceux-là, vous n’avez rien à perdre, arrêtez ! Qu’est ce que vous avez à perdre ? Prenez vos responsabilités ! [...] Arrêtez la gauche, la gauche progressiste, d’être les dindons de la farce de Macron. Hollande Sarkozy, Macron c’est le même régime c’est la même continuité politique, ils servent les mêmes gens. Il faut arrêter de leur servir de courte-échelle, parce que la LDH , la CGT, la FSU etc.. ne vous étonnez pas qu’ils vous explosent sur la réforme des retraites, qu’ils vous explosent sur toutes les réformes neo-libérales quand la seule chose qui sature les débats publics c’est les musulmans, les musulmans, les musulmans.




Mots-clés

Conflans   /    Anti-racisme   /    Quartiers populaires   /    Islamophobie   /    Révolution Permanente   /    Politique