^

Société

Fraude fiscale

Cahuzac ira-t-il en prison ?

Emblème de la corruption de la caste politicienne, Jérôme Cahuzac, ministre du budget sous Hollande et responsable de fraude fiscale, blanchiment d'argent et omissions de déclaration de patrimoine voit son procès en appel ouvert. Après une première condamnation à trois ans de prison ferme et cinq ans d'inéligibilité, l'ex-ministre corrompu va-t-il se tirer d'affaire ?

« J’éprouve un sentiment assez banal... de peur ». Voilà comment le ministre fraudeur essaye de tirer la larmichette à l’occasion de l’ouverture de son procès en appel qui fait suite au scandale de fraude fiscale révélé par Médiapart sous le quinquennat Hollande. Avec ses 3,5 millions d’euros sur des comptes à l’étranger, d’abord en Suisse puis à Singapour, le ministre du budget champion de la lutte contre la fraude fiscale avait défraillé la chronique tant ses mensonges étaient le symptôme de la corruption de la caste politicienne.

Victime expiatoire, Cahuzac a écopé de trois ans de prison ferme en première instance. Une peine « exemplaire » pour sauver la caste politicienne - en attirant l’attention sur une victime toute désignée dont les mensonges assumés ont décrédibilisé la parole alors que commençait la mise en place de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique.

Aujourd’hui, l’ex-ministre espère que, l’orage médiatique passé, il pourra obtenir une peine aménageable de deux ans et ainsi éviter de passer par la prison alors même que son ex-femme Patricia Ménard et son banquier François Reyl n’ont pas fait appel de la première décision de justice qui les condamnait à deux ans ferme.

Alors que la condamnation en appel de Thomas Thévenoud, ancien secrétaire d’État au Commerce, a vu sa peine triplée, passant à 12 mois de prison avec sursis et à 3 ans d’inéligibilité, Jérôme Cahuzac s’est octroyé les services de l’avocat Eric Dupont-Moretti, spécialiste des cas indéfendables, pour assurer sa défense. Nul doute que l’ancien ministre craigne de passer quelques années à l’ombre mais quand bien même il serait condamné, combien de fraudeurs resteraient épargnés- ?

Crédits photo : © Citizen Side




Mots-clés

corruption   /    PS   /    Jérôme Cahuzac   /    Société