^

Notre classe

Tou.te.s ensemble

Chambéry. Dans la rue contre les suppressions de postes en collège-lycée

Ce lundi 12 novembre à Chambéry, plusieurs centaines d'enseignants et de personnels administratifs du primaire et du secondaire ont défilé contre les annonces de suppressions de poste dans l'Education Nationale, suite à l'appel commun des syndicats du secteur. Un cortège marqué par une présence lycéenne plus forte que d'habitude, qui ouvre des perspectives pour les mois à venir.

Crédit photo : Le Dauphiné Libéré

En 2019, 2 650 postes seront supprimés dans les collèges et les lycées : c’est le tribut que l’Education Nationale doit payer au réformateur jupitérien Macron qui, pendant sa campagne présidentielle, annonçait qu’’il supprimerait 50 000 postes d’ici 2022 dans la fonction publique.

Pourtant, selon le ministère de l’Education nationale lui-même, les chiffres des naissances dans les années 2000 montrent que le nombre d’élèves va continuer d’augmenter dans le secondaire au moins jusqu’en 2022 : avec des postes en moins, les classes n’en seront donc que plus surchargées. L’annonce de Blanquer, ministre de l’Education Nationale, est ainsi à l’origine de l’appel conjoint des syndicats de l’enseignement ; une signature commune qui n’était pas arrivée depuis plusieurs années.

A Chambéry, plusieurs centaines de profs, personnels administratifs et lycéens ont battu le pavé ce lundi 12 novembre après-midi, mêlant leurs pancartes et leurs drapeaux syndicaux. De la place du Palais de Justice jusqu’aux fenêtres de l’inspection académique, les manifestants ont crié leur refus des suppressions de postes, mais aussi leur volonté d’une éducation émancipatrice.

Une bonne soixantaine de lycéens de Vaugelas, Monge et Louis Armand étaient présents, déterminés derrière leur banderole « lycées en danger ». A 13h, une assemblée générale avait eu lieu au lycée Vaugelas, pendant laquelle une cinquantaine de lycéens avaient pu se renseigner sur la réforme du bac et commencer à se mettre en lien pour la suite. Des éléments qui montrent que la colère et le refus de ces réformes réactionnaires sont bien présents, et ont besoin de débouchés dans les semaines à venir !

Retrouvez aussi cet article sur le site du NPA73.

La fin de la manifestation en images :




Mots-clés

Jean-Michel Blanquer   /    mouvement étudiant   /    Fonction publique   /    Notre classe