^

Notre classe

La bataille du rail a bien commencé !

Gare du Nord : énorme AG de 500 cheminot.e.s. La reconductible, c’est dès le 3 avril !

Le rendez-vous était donné à 11h, ce matin, au bout du quai 36, à gare du Nord, pour une AG commune de l’ensemble des sites du réseau. « Ça fait très longtemps que je n’avais pas vu ça », confie Monique, déléguée Sud Rail.

Et pour cause, 500 cheminot.e.s et sous-traitants se sont retrouvés en Assemblée Générale, avec les anciens grévistes d’Onet notamment, grévistes à nouveau aujourd’hui aux côtés de leurs collègues SNCF, pour leurs conditions de travail et contre la réforme ferroviaire.

Les grévistes sont arrivés d’un peu partout, avant 11h : du site du Bourget, à une grosse cinquantaine, mais également du Technicentre du Landy, de Saint-Denis, où la grève a été suivie à 85%, de Saint-Denis, également, pour les grévistes d’Onet, pour confluer avec les cheminots en lutte de Gare du Nord.

Sur place, en fond de quai 36, avec une AG qui débordait largement sur la chaussée compte-tenu de la quantité de participants, des drapeaux et des chasubles de Sud Rail, de la CFDT, de FO, et même de la CGT qui s’est finalement joint à l’assemblée générale. Les grévistes qui sont intervenus à la tribune ont notamment interpelé la CGT, pour l’appeler à l’unité, et ont souligné la nécessité d’une lutte dans la durée, reconductible, pour faire plier le gouvernement.

Après avoir commencé sur la nécessité de se coordonner au niveau des établissements de la région parisienne, Anasse Kazib, Sud Rail a mis en avant comment « les cheminots se sont mis massivement dans la grève aujourd’hui, et ils sont déterminés plus que jamais ». En effet, il y a, aujourd’hui, 1000 grévistes sur le réseau Nord, dont 35% de grévistes chez les cadres, du jamais vu depuis 2014. « A partir du 3, on va arrêter de se la raconter. A poursuivi Anasse. On va aller chercher les collègues. On va commencer à monter des caisses de grève. On va se mettre en ordre de bataille, avec les camarades de la CGT aussi, qu’on va aller chercher. On fera en sorte que le 3 ils soient avec nous et qu’ils reconduisent. Le 3 on sera en AG et on ne s’arrête plus ».


Le vote des grévistes a été massif pour le retrait pur et simple du pacte ferroviaire, sans aucune négociation, et la reconductible, à l’unanimité moins une voix, dès le 3 avril.

A la fin de l’AG, peu après midi, les cheminots grévistes ont traversé une Gare du Nord complètement paralysée. Tambours et drapeaux déployés, « Mais il est où, Guillaume Pépy ? », ont chanté en chœur les grévistes, dans une ambiance festive et combative, illuminée par les fumigènes rouges, et s’arrêtant régulièrement pour de nouvelles prises de parole.

Ils se dirigent maintenant vers le sud de la capitale pour rejoindre la manif parisienne, en passant par Gare de l’Est. Déjà noire de.... grévistes en colère.

[Crédits photo : RP]




Mots-clés

Onet   /    SUD-Rail   /    CFDT   /    Cheminot-e-s   /    Grève   /    FO   /    CGT   /    SNCF   /    Notre classe