^

Société

Plainte contre l’Etat

La médecine scolaire dans le 93, c’est la galère !

Ce n’est pas tous les jours que l’on porte plainte contre l’Etat. A la veille de la pré-rentrée, c’est pourtant ce qu’ont décidé de faire Sud Education 93, la FSU 93, la FCPE 93 et la Ligue des droits de l’Homme pour protester contre la situation scandaleuse que subissent les enfants et les jeunes scolarisés de Seine-Saint-Denis.

Photo archives NR

On sait que cela fait belle lurette que la médecine scolaire n’est pas la priorité des gouvernements qui l’ont démantelée consciencieusement au cours des dernières années. La situation, dans le 93, n’est pas seulement calamiteuse. Elle est catastrophique, l’Etat manquant à ses obligations et à la loi.

Ainsi, seuls 17 postes de médecins sont pourvus sur le département sur les 49 qui existaient encore en 2015. Pour ne prendre que l’exemple de Bobigny, il n’existe qu’un demi-poste de médecin pour 29 écoles, 4 collèges et 3 lycées. Le résultat est que seuls 40% des enfants passent la visite médicale dès 4 ans et 10% des enfants passent la visite médicale de l’année dès 6 ans, qui correspond à l’entrée en CP, pourtant rendue obligatoire par la loi.

Les conséquences sont multiples pour la santé des enfants et pour leurs conditions d’études. Comme le dénoncent les organisateurs du rassemblement qui accompagnera le dépôt de la plainte, « il suffit d’échanger avec des parents d’élèves, avec l’infirmier-e d’un collège, pour en comprendre les conséquences : découverte d’une myopie en CM1, d’une dyspraxie en 4e, d’une légère diminution auditive en 6e, retards d’apprentissage, etc. ».

Les habitants du 93 sont traités comme des citoyens de seconde zone par l’Etat, et ce dès leur plus jeune âge. Aux matraques de la police, il y a le travail de démantèlement systématique des services publics essentiels qui a été pratiqué par les gouvernements, de droite comme de gauche, au cours des dernières années.

Pour les organisateurs, néanmoins, « les enfants de Seine-Saint-Denis ont besoin d’un service public efficace et digne de ce nom. Ils et elles ont besoin de médecin, d’infirmièr-es en nombre suffisants. Ils et elles ont besoin que leurs droits soient respectés ».

Jeudi 31, veille de la pré-rentrée, Sud Education 93, la FSU 93, la FCPE 93 et la Ligue des droits de l’Homme appellent donc à un rassemblement devant le tribunal administratif de Montreuil, à l’occasion d’un dépôt de plainte contre l’Etat. Alors que le ministre de l’Education préfère faire sa pré-rentrée à l’Université d’été du Medef, ce sera un nouveau rendez-vous, après celui de Jouy-en-Josas, mercredi,, pour continuer à construire, localement, la mobilisation en vue du 12 septembre.




Mots-clés

93   /    Education   /    Société