^

Société

Affaire Guillaume Vadot

Menacé de mort, de viol et tazé par deux policiers : la plainte est classée sans suite

Son témoignage avait fait grand bruit. Le 22 septembre dernier, Guillaume Vadot, doctorant et enseignant en science politique à Paris 1, était agressé par deux policiers alors qu'il filmait le contrôle violent d'une femme noire par plusieurs policiers à la sortie de la gare de Saint-Denis. Après six mois de procédure, le parquet de Bobigny vient de classer sa plainte sans suite, « faute de preuve ». Correspondant

Deux mois à peine après l’assassinat de Adama Traoré, l’affaire a mis à nouveau en lumière les violences quotidiennes commises par les forces de l’ordre dans les quartiers populaires, et la problématique structurelle des contrôles au faciès. « Ce qui m’est arrivé est banal, ce qui ne l’est pas est que ce soit arrivé à moi, un enseignant, blanc », avait expliqué Guillaume Vadot lors d’une conférence de presse le 27 septembre. Le fait que les menaces de mort et de viol proférées par les policiers ce soir-là aient été étendues à la communauté universitaire de la Sorbonne, après que les agresseurs aient trouvé la carte professionnel de l’enseignant, avait en effet joué un rôle important dans la commotion créée par l’affaire. Cela alors que, le soir-même du 22 septembre, un homme noir était tué par la police municipale de Béziers, dans un silence assourdissant. Depuis, la liste des victimes s’est encore allongée, dernièrement avec Liu Shaoyo, tué par la BAC du dix-neuvième arrondissement de Paris.

Le discours tenu par les deux agents qui maltraitaient notre camarade, et sont allés jusqu’à lui infliger une décharge de tazer dans le bras, était aussi révélateur de la radicalisation de secteurs entiers de la police dans le contexte de l’état d’urgence devenu permanent. C’est en se référant à la lutte contre le terrorisme qu’ils cherchaient à légitimer leur agression, et leur impunité : « tu soutiens Daesh c’est ça ? Quand ils vont venir tu feras quoi ? Tu vas les sucer ? ».

Guillaume Vadot avait par la suite reçu 15 jours d’ITT à l’Unité médico-judiciaire de l’hôpital Jean Verdier à Bondy. Sa plainte avait aussi été suivie d’une deuxième, déposée par un homme tabassé par la police lors de la charge à travers laquelle elle avait dispersé l’attroupement qui s’était créé autour de la scène, victime mais aussi témoin de ce qui était arrivé à l’enseignant.

Pour se défendre, les policiers incriminés avaient déclaré quelques jours plus tard au journal Le Monde que notre camarade aurait appelé à la révolte contre eux, en criant à la foule « tous ensemble, allons libérer cette innocente ! » et « en faisant de grands gestes ». Des allégations démontées lors d’une deuxième conférence de presse accueillie par la mairie de Saint-Denis, et qu’ils n’ont pas renouvelé lors de leurs auditions à l’IGPN, probablement parce que les images de vidéosurveillance – qui ont été exploitées par les enquêteurs mais n’ont jamais été rendues accessibles à la victime et son avocat – suffisaient à les invalider. Lors de la confrontation qui a eu lieu le 5 janvier dernier, ils avaient justifié l’interpellation de G. Vadot parce que ce dernier aurait...gêné pendant une quarantaine de secondes la circulation au niveau des tourniquets permettant la sortie de la gare. Puisque filmer l’action des forces de l’ordre est entièrement légal, il fallait bien inventer un motif à un contrôle d’identité en réalité destiné uniquement à réaffirmer l’impunité des policiers en opération.

Cette même confrontation avait permis à la victime d’apprendre que plusieurs agents de la sûreté ferroviaire présents ce soir-là attestaient avoir entendu le bruit du déclenchement d’un tazer à l’endroit où les deux policiers le maintenaient plaqué contre une porte. Les agresseurs, qui avaient toujours nié s’être servi de cette arme, avaient du inventer en catastrophe une nouvelle version, elle même bien fragile : ils auraient en fait trouvé un tazer sur un adolescent juste avant leur opération, et l’auraient « testé en l’air » avant...de le jeter à la poubelle une fois de retour au commissariat, au mépris de toute procédure.

La décision de classement sans suite de la plainte de Guillaume Vadot intervient donc alors que plusieurs preuves et indices attestent de ce qui s’est passé ce soir du 22 septembre dernier. Elle n’est qu’une confirmation de plus du régime d’impunité qui entoure les crimes policiers, alors que les gendarmes responsables de la mort de Adama Traoré ne sont toujours pas en examen pendant que deux de ses frères ont été mis en prison ces dernières semaines sur la base de dossiers montés de toutes pièces, ou encore que les manipulations s’accumulent pour rendre Théo Luhaka responsable de ce qui lui est arrivé, et, plus récemment, justifier le meurtre de Liu Shaoyo.




Mots-clés

Adama Traoré   /    #JusticeDeClasse   /    Violences policières   /    Répression   /    Société