Monde

L’élection a lieu dans un peu plus de deux mois

Présidentielles USA. Si l’écart se resserre au niveau national, Clinton toujours en tête au niveau fédéral.

Publié le 7 septembre 2016

Le 8 novembre prochain se déroule, au Etats Unis, l’élection présidentielle. A deux mois du scrutin, et alors que Trump était depuis Août en perte de vitesse, l’écart entre le candidat républicain et sa concurrente démocrate, Hilary Clinton, s’est réduit au niveau national, sauf que ...

Julian Vadis

Depuis le mois d’août, le très polémique candidat Donald Trump était, selon les sondages nationaux, largement distancé dans la course à la Maison Blanche, par l’impopulaire Hilary Clinton. Cette dernière, profitait de l’appui de la bourgeoisie états-uniennes, de l’instabilité politique et de la crise du parti républicain pour apparaître comme la plus à même de truster le trône américain. A la faveur d’une visite surprise au Mexique, Trump a décidé, face à cette situation délicate, de jouer son va tout pour renverser la tendance. Le pari médiatique d’apparaitre comme un président responsable, tissant des liens avec les pays voisins, tout en maintenant une ligne ouvertement xénophobe a, semble-t-il, en partie porté ses fruits. Se rapprochant à 2 points d’Hilary Clinton (contre 4 la semaine passée), le candidat républicain s’est-il pour autant relancé dans la course à la Maison Blanche ?

En partie seulement. En effet, ces sondages sont effectués à échelle nationale, selon les intentions de vote de l’ensemble de la population. Or, aux Etats Unis, l’élection du Président - et du vice Président – se fait au suffrage indirect, et se joue au niveau fédéral. Dans les états, sont élus de "grands électeurs", qui disposent d’un nombre de voix qui différent selon la démographie propre à chacun d’entre eux. Ainsi, la Californie dispose de 55 voix tandis que les 8 Etats les moins peuplés n’en ont que 3 chacun. De plus, exception faite du Maine et du Nebraska, la totalité des voix des grands électeurs sont décernées ... au vainqueur de l’élection au sein de l’Etat. C’est grâce à ce système que George W Bush a été élu président en 2000 ... alors que son rival Al Gore avait obtenu 550 000 voix de plus au total. C’est ainsi que, à l’heure actuelle, Hilary Clinton possède encore une avance importante sur Trump. En effet, au niveau fédéral, la candidate démocrate possède un matelas très confortable sur son adversaire républicain.

Si le déroulement des élections américaines peut sembler moins "démocratique" qu’en France, il n’en est rien. En effet, il ne s’agit in fine que d’une autre forme de démocratie bourgeoise, qui tend à défendre de façon plus explicite le système bipartiste entre deux formations politiques à la solde du grand patronat. Mais la variante directe du mode de scrutin n’en demeure pas moins inégalitaire, que cela soit par le biais des parrainages (des maires et des départements) ou par le remboursement des campagnes par exemple. Si les dispositifs sont différents, le résultat final reste le même. A savoir favoriser la victoire du candidat le plus à même de tenir le calendrier des réformes libérales imposé par la bourgeoisie et ses relais.