^

Notre classe

Pétrochimie

11ème jour de grève chez Exxonmobil : les grévistes lancent une caisse de grève, soutenons-les !

Après de nouvelles propositions de la direction jeudi 29 septembre, les grévistes ont décidé de continuer la grève en Normandie et près de Marseille. Déterminés, ils ont lancé une caisse de grève pour pouvoir tenir dans la durée.

vendredi 30 septembre

Crédits photos : Révolution Permanente

« Indécent », « honteux » : les grévistes d’Exxonmobil, rassemblés jeudi 29 septembre en assemblée générale, n’avaient pas de mots assez forts pour juger les « nouvelles propositions » de la direction. Alors que la première proposition de la direction était de donner 4% d’augmentation générale, avec 100€ de plancher et accompagné d’augmentation individuelles, la seconde proposition annoncée au siège de l’entreprise à Nanterre était de 5% d’augmentation générale, 1% de moins sur les augmentations individuelles, et un plancher de 125€.

« C’est du foutage de gueule, ils demandent aux représentants de faire un aller-retour à Paris pour donner 25€ en plus, c’est n’importe quoi !  » lance un salarié à un collègue. Une colère qui reflète le manque de considération que ressentent les salariés : « on se sent incompris, pas considérés du tout et ça dure depuis 2-3 ans, on a eu la période Covid, avec un plan social l’hiver dernier, tout le monde en pris plein la tête et là aujourd’hui on a besoin de remerciements et de reconnaissance » témoigne Christelle, 24 ans de boîte.

Pour rappel, les grévistes réclament une augmentation de 7,5% avec un minimum de 200€ ainsi qu’une prime Macron de 8000€. Une goutte d’eau dans les bénéfices d’Exxonmobil, qui a fait 409 millions de bénéfices sur le seul de site Gravenchon (Seine-Maritime) au premier semestre, faisant de la raffinerie la plus rentable du groupe mondialement selon des grévistes.

Les grévistes, qui n’ont jamais connu un mouvement d’une telle ampleur, sont déterminés à aller jusqu’au bout : « on ne s’attendait pas à ce qu’il y ait autant de monde, mais tout le monde en a ras-le-bol en fait. C’est resté enterré pendant plusieurs années, les gens maintenant se disent qu’ils n’ont plus rien à perdre. Si on n’est pas récompensés cette année on ne le sera jamais, vu que c’est une année exceptionnelle » explique Jean-Christophe, opérateur dans le site de pétrochimie. Pour beaucoup, le refus de la direction est avant tout politique, car le site perd aux alentours de 6 millions d’euros par jour de source syndicale.

En ce onzième jour de grève, les salariés ont cependant lancé un appel à soutien, en mettant en place une caisse de grève. Le but : aider les grévistes à tenir dans la durée. Une initiative qui montre plus généralement la marche à suivre pour les luttes à venir. Alors que de nombreux salariés se posent la question de durcir les mouvements de grève, la création de caisses de grèves, relayées par les grévistes mais aussi alimentés par les organisations syndicales, est un des piliers d’une stratégie gagnante pour la grève.

D’où la nécessité de relayer cette caisse de grève (pour des dons par chèque, voir ici). Hier, durant la manifestation, des militants de Révolution Permanente et du Poing Levé ont organisé une collecte de fonds parmi les manifestants pour les grévistes normandes d’Exxonmobil Gravenchon et Total Normandie.



Mots-clés

ExxonMobil   /    Salaires   /    Pétrochimie   /    CGT-Chimie   /    Caisse de grève   /    Total   /    Grèves raffineries    /    Notre classe