×

De l’argent, il y en a…

36 milliards de bénéfice pour Total : il est là l’argent pour nos retraites et nos salaires

TotalEnergies encaisse 36 milliards de bénéfices nets sur l’année 2022, un record historique pour le groupe. Dans le même temps, en plein mouvement contre la réforme de retraites qui veut nous faire travailler plus, l’inflation continue de grimper en rognant les salaires qui n’augmentent pas, et les services publics s’effondrent

Benoit Barnett

8 février 2023

Facebook Twitter

Crédits photo : AFP - LOIC VENANCE

TotalEnergies clôt les annonces des résultats annuels des pétroliers ce mercredi avec des profits records sur l’année 2022. Le groupe a généré cette année un bénéfice net de 36 milliards d’euros, un record absolu pour Total.

Ces profits monstres sont liés en grande partie aux activités du groupe dans le domaine du gaz naturel liquéfié (GNL), au centre des tensions commerciales énergétiques avec les sanctions apposées sur le gaz russe depuis le début de la guerre en Ukraine. Alors que les bénéfices engrangés par Total s’avèrent être les plus importants réalisés par l’entreprise et l’un des meilleurs de l’histoire du CAC40, ce record est le fruit des conséquences de la guerre, Total n’ayant pas hésité à faire exploser les prix à la pompe.

Avec ces bénéfices, Patrick Pouyanné, PDG de Total, prévoit déjà d’augmenter… les actionnaires du groupe. Cette somme astronomique va servir à rehausser de 7,2% les acomptes sur dividendes perçu par les actionnaires, ainsi qu’à l’acquisition d’action à une hauteur de 2 milliards de dollars. L’entreprise avait déjà annoncé le versement d’un dividende aux actionnaires en décembre dernier, pour un montant de 1,8 milliards d’euros (hausse de 5 % par rapport à 2021).

De leurs côtés, les autres pétroliers ont aussi profité de la crise russe ainsi que de l’inflation pour engranger des profits record. C’est le cas notamment d’ExxonMobil avec 56 milliards de dollars, Chevron avec 36,5 milliards de dollars ou encore Shell et ses 40 milliards de dollars.

Des bénéfices record sur le dos des travailleurs !

L’inflation rampante sert aussi de tremplin pour le bilan économique de Total. En effet, alors que l’entreprise engrange des sommes monstres et que le prix à la pompe augmente, les salaires des travailleurs de TotalEnergies restent fixes. C’était notamment le sujet des revendications des grévistes de Total l’automne dernier qui ont mis à l’arrêt les installations de la multinationale pendant trois semaines. Au même moment, les chiffres des bénéfices de Total au troisième trimestre 2022 sortaient. Nous nous étions alors entretenus avec Alexis Antionoli, secrétaire général CGT sur la raffinerie de Normandie : « C’est quelque chose de complètement démesuré, quand on voit le vécu dans un site comme le nôtre, quand on voit les conditions de travail dans lesquelles on est, les postes vacants, les difficultés à gérer l’ensemble des postes, c’est déconnecté totalement de tout ça et on voit qu’on est dans un groupe qui fait du cash comme jamais et que cet argent, il ne revient jamais à l’outil de travail ni aux salariés, il revient toujours à l’actionnaire. »

Ces profits démesurés ne concernent pas seulement les salariés de Total, mais bien toute la population. En effet, comme le rappelle l’économiste Maximes Combes sur Médiapart : « 19 milliards de profits, c’est l’équivalent de la rémunération annuelle de 380 000 personnels d’hôpitaux, la rénovation globale de 310 000 passoires énergétiques, ou encore une prime de 6 300 euros pour chacun des 3 millions d’étudiants. ». Au moment où l’inflation et la précarité touchent toutes les couches de la société et où le gouvernement sert toujours plus la vis sur les servicespublics, l’accumulation des profits des groupes pétroliers laisse un goût amer à ceux qui n’arrivent pas à boucler leur fin de mois.

De l’argent, il y en a …

Ces chiffres sortent en pleine mobilisation contre la réforme des retraites rejetée par une très large majorité de la population. Dans la pétrochimie, les raffineurs ont réalisé 48 heures de grève, à partir de la journée nationale du 7 février, avec des taux de grévistes très importants. La journée du 7 février a également permis de voir rejoindre la bataille de nombreux sous-traitants des installations pétrolières.

Avec la mobilisation en cours dans la pétrochimie, l’annonce des profits des entreprises pétrolières rappelle qu’il y a de l’argent, mais que ce dernier « revient toujours à l’actionnaire ». Les bénéfices réalisés par Total sont supérieurs au prétendu déficit des retraites qu’agite le gouvernement pour nous voler deux ans de vie. Pour leur arracher, il faut construire le rapport de force sur le terrain de la grève reconductible à l’image de ce que portent les raffineurs dans cette mobilisation contre la réforme de retraite qui cristallise la colère de la fin du mois. Les questions des retraites et des salaires sont aujourd’hui intimement liées, le cahier revendicatif du mouvement doit s’élargir en particulier à l’augmentation et l’indexation des salaires afin de convaincre et de permettre aux secteurs précaires de préparer la grève reconductible.


Facebook Twitter
Casse sociale à Sanofi : « des grèves massives sont nécessaires pour stopper les licenciements »

Casse sociale à Sanofi : « des grèves massives sont nécessaires pour stopper les licenciements »

Aux Prud'hommes : Christian Porta, délégué CGT, face à un patronat « radicalisé » et hors-la-loi

Aux Prud’hommes : Christian Porta, délégué CGT, face à un patronat « radicalisé » et hors-la-loi

Grève à Radio France : 90% d'antenne coupée dimanche sur Inter, les salariés préparent la suite du mouvement

Grève à Radio France : 90% d’antenne coupée dimanche sur Inter, les salariés préparent la suite du mouvement

Saut répressif à la Sorbonne : il faut un front en défense des étudiant·e·s mobilisés pour la Palestine !

Saut répressif à la Sorbonne : il faut un front en défense des étudiant·e·s mobilisés pour la Palestine !

Grève des éboueurs et égoutiers à Paris : « L'inflation fait mal à tous, c'est le moment ou jamais »

Grève des éboueurs et égoutiers à Paris : « L’inflation fait mal à tous, c’est le moment ou jamais »

La métropole de Marseille brise la mobilisation des éboueurs : face à l'offensive anti-grève, solidarité !

La métropole de Marseille brise la mobilisation des éboueurs : face à l’offensive anti-grève, solidarité !

Toulouse. Le ménage des centres culturels de la métropole sera maintenant externalisé au privé

Toulouse. Le ménage des centres culturels de la métropole sera maintenant externalisé au privé

Sous-effectif, mépris de Total : les pompiers de la raffinerie de Grandpuits en grève reconductible

Sous-effectif, mépris de Total : les pompiers de la raffinerie de Grandpuits en grève reconductible