^

Notre classe

Tous ensemble contre la répression

[Vidéo] 500 personnes au Bal des réprimés du 13 juillet à Paris

Comité de rédaction En plein pont du 14 juillet, environ 500 personnes se sont rassemblées au Parc Belleville à Paris lundi soir, à l’appel du collectif unitaire anti-répression qui s’est constitué au printemps notamment autour des cas de Gaëtan et Yann, pour exprimer leur rejet de la politique liberticide de l’Etat et du gouvernement Hollande-Valls, et leur solidarité auprès des victimes de la répression.

mercredi 15 juillet 2015

L’ambiance était festive, mais c’est bien sûr dans un esprit de combat que s’est déroulée cette soirée scandée par de nombreuses interventions de victimes de l’offensive sécuritaire orchestrée contre le monde du travail et la jeunesse combattive selon un crescendo marqué depuis un an.

D’un militant du groupe de Tarnac, dont certains membres ont été condamnés et ont dû purger par le passé des mois de prison au terme d’une caricature de procès pour « terrorisme », et font encore l’objet d’un véritable acharnement judiciaire, à Yann, militant syndical révoqué par la direction de la Poste pour fait de grève (sanction inédite en France depuis les années 1950), Gaëtan, jeune militant toulousain condamné à de la prison ferme pour avoir manifesté en novembre en mémoire de Rémi Fraisse et contre les violences policières, Fred qui a failli perdre un œil suite aux charges policières contre les soutiens aux migrants de la Chapelle il y a quelques semaines, des membres de la confédération paysanne inculpés pour leurs actions militantes, jusqu’à une prostituée chinoise du collectif Roses d’Acier et un enseignant ayant subi des sanctions disciplinaires pour son activité syndicale à Colombes (Hauts-de-Seine), une bonne partie du panorama répressif de ces derniers mois et années étaient représenté à la tribune.

Les intervenants sont revenus sur leurs situations respectives, tout en dénonçant de façon globale la politique d’un Etat de plus en plus policier qui peut compter sur la connivence d’une justice de classe. Ils ont également rappelé et condamnés les nouveaux dispositifs amplifiant la surveillance et portant atteinte aux libertés individuelles, à l’image de la Loi sur le Renseignement récemment votée, mais aussi les mesures s’attaquant aux droits fondamentaux et à l’organisation des travailleurs, la Loi Macron tout particulièrement, ainsi que à la répression que subissent les travailleurs sous de multiples formes dans les entreprises. Tous ont souligné l’importance d’une riposte unitaire large et déterminée.

Les prises de parole ont été alternées avec une musique dynamique assurée par les groupes La Bougie qui Muse et Sahel Ménilmontant. Les présents ont pu ainsi profiter d’un moment de partage militant de qualité avant les vacances, lors duquel les discussions politiques sur la contre-offensive à préparer dès la rentrée ont pu se mener dans un cadre convivial, autour de grillades et de boissons vendues sur place et dont les bénéfices seront renversés à la cause des victimes de la répression. Une belle façon de terminer l’année tout en s’armant dès maintenant pour la suite.

La vidéo de la soirée :




Mots-clés

Répression   /    Notre classe