^

Notre classe

Prochaine étape : le 9 mars contre la Loi Travail !

A PSA, victoire de la mobilisation ! Le ministère du Travail refuse le licenciement du Dr Courage

Face au scandale et à l’arbitraire de la dictature patronale à PSA, la mobilisation des travailleurs.es et la pétition en ligne qui a recueilli un peu plus de 8000 signatures ont fini par payer : la salariée, médecin du travail, garde son poste. La direction, pourtant déterminée à la licencier , a rencontré un échec cuisant avec le rejet de sa demande d’abord par l’inspecteur du travail, puis par le ministère du Travail. Cécile Machet

lundi 7 mars 2016

Face aux injonctions de la direction, Isabelle Kryvenac refuse de collaborer en classant comme « salarié en inaptitude » les travailleurs usés, l’objectif étant de faciliter leur licenciement. L’inspectrice refuse de cacher les accidents de travail comme le font, malheureusement, trop de médecins sur le groupe PSA. Systématiquement, elle alerte les organisations syndicales sur les risques relatifs aux cadences de travail et prévient les maladies liées au travail à la chaîne, comme sur le site de Metz-Borny, où 1700 salariés fabriquent des boites de vitesse. Tels sont les faits qui lui coûte aujourd’hui un licenciement.

http://www.revolutionpermanente.fr/Medecine-du-travail-PSA-veut-licencier-Isabelle-Kryvenac-Dr-Courage

Après avoir été débouté par l’inspection du travail, le groupe PSA avait engagé une procédure auprès du ministère du Travail. Cette nouvelle de l’ouverture d’une procédure véritablement politique avait créé un élan de mobilisation aux travers de rassemblements de soutien et d’une pétition. Un comité de soutien, composé d’une quarantaine de personnalités nationales (syndicales, médicales, scientifiques, artistiques, politiques…), avait vu le jour avec notamment le comédien Philippe Torreton, le député écologiste Noël Mamère et le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez.

Alors même que les chances pour que le ministère refuse le licenciement étaient faibles, étant donné les liens qui unissent le gouvernement Valls et la direction de PSA, c’est une véritable victoire de la mobilisation. Et bien sûr, une vraie victoire pour une médecine indépendante des patrons, un frein à la dégradation de notre santé au travail, du fait des cadences infernales, visant à la maximisation du profit.

Face à la dictature patronale, c’est bien le rapport de force imposé par la mobilisation qui a pesé. Cela alors même que la direction a démontré toute sa détermination en n’hésitant pas à contester le refus de l’inspection du travail à licencier le médecin, en déposant un recours hiérarchique auprès du ministère du Travail. Contre les méthodes et les politiques du patronat et du gouvernement, qui ne cessent de s’en prendre aux conditions de travail, aux droits à se défendre des salariés et des militants, ne nous laissons pas intimider.

Contre la loi El Khomri, dès le 9 mars, tous et toutes ensemble dans la rue, dans les assemblées générales, pour construire un mouvement solide pour le rejet total de la Loi Travail !




Mots-clés

#LicenciéPour3FoisRien   /    PSA   /    Notre classe