^

Politique

Convergence

A Paris-Nord, les cheminots et la RATP en grève convergent dans une ambiance explosive et déterminée

Ce 17 décembre, une action de convergence des grévistes RATP et SNCF en grève depuis 13 jours étaient menée à l’initiative des cheminots du Bourget. L’objectif ? Tisser les convergences entre grévistes, partager les expériences de lutte pour renfoncer le combat contre la réforme des retraites.

mardi 17 décembre 2019

Tôt ce matin, Gare du Bourget, cheminots et travailleurs de la RATP s’étaient donné rendez-vous pour une action de convergence entre les secteurs. De nombreux grévistes de la RATP notamment du dépôt de Flandre ont répondu présent. Munis de leur banderole, les grévistes du dépôt de Flandres ont manifesté en commun avec les cheminots, mais aussi enseignants, et étudiants, jusque Gare du Nord.

Avec l’ambiance survoltée qui transpirait la détermination, un certain nombre de grévistes qui n’avaient pas prévu de venir en manifestation se sont joints. Ils se sont tous retrouvé en Assemblée Générale à Paris-Nord.

« C’est un jour de fête aujourd’hui. On fête le pot de départ de Jean-Paul Delevoye, il a oublié un papier dans son bureau : c’est la réforme des retraites », commence Anasse, cheminot au Bourget. « Jamais on n’a eu la possibilité de gagner, il va falloir continuer, la massifier, la durcir, la généraliser dans tout le pays », ajoute-t-il. Au travers cette action de convergence en AG, c’est un partage d’expérience, et un apprentissage collectif entre gréviste de la RATP et cheminot, une école de lutte pour tous les grévistes.

Les premiers apportent une détermination sans faille comme l’illustre un gréviste de la RATP : « Moi je suis de la RATP Flandres, j’en ai fait des grèves. Mais cette grève-là : voir tout ce monde la ça fait plaisir, il y a une jeunesse, je vois des femmes et de jeunes se battent tous les matins, les étudiants, tous les matins, Révolution Permanente », témoigne-t-il. « On est déterminé, On est des mecs de banlieues. On est déterminé. Ils font ce qu’ils veulent. On est déter jusqu’au bout », ajoute-t-il.

De nombreux autres secteurs étaient représentées à cette Assemblées Générale. De Jérôme rodrigues, Gilet jaune, à une gréviste de Radio France, des enseignants, des étudiants. « Ca fait 13 mois qu’on est en lutte. Ça fait plaisir », commence Jérôme Rodrigues. « Le présent fait qu’on ne mange pas à notre faim, pas payé correctement, il faut se mobiliser contre tout ce qu’il se passe aujourd’hui. C’est tous Ensemble qu’on pourra gagner l’ensemble des revendications, mieux vivre, salaires. C’est ensemble qu’on pourra réussir ». Il a tenu à remercier « tous les syndiqués qui depuis un an » font tout « pour déborder les élites, et de ne pas se faire bouffer par les syndicats institutionnels ». Il a appelé les cheminots à « Continuez à faire bouger vos lignes. »

Ensuite l’ensemble des participants a rejoint les hospitaliers de Lariboisière en lutte, en manifestation sauvage, le cortège à République, avec banderoles en tête et torche de cheminot. Beaucoup de bruit dans les transports qui illustre le soutien des usagers. Comme l’illustre les grévistes, c’est bien en construisant à la base, en tissant les convergences interprofessionnelles qu’il sera possible de construire le « Tous ensemble » par la grève générale. Le 17, on manifeste, le 18, le 19 on continue, jusqu’au retrait !




Mots-clés

Cheminot-e-s   /    RATP   /    Politique