^

Du Pain et des Roses

Accusé de viol, Darmanin crie à la calomnie malgré des SMS accablants

Il y a quelque jour Mediapart révélait les échanges SMS du ministre de l'intérieur et de la femme qui l'accuse de viol, de harcèlement et d'abus de confiance. Ce lundi Gérald Darmanin criait à la calomnie sur France-Inter et parle de « fausses fuites »

mercredi 3 février

Crédit photo : Radio France

Le ministre de l’intérieur accusé de viol, harcèlement et abus de confiance par Sophie Spatz, militante de l’UMP, dont les SMS sont des éléments pour le moins accablant du harcèlement dont il a fait preuve, a cherché à retourner ces accusations en affirmant que c’était la victime qui le harcelait. Ce lundi matin à l’antenne de FranceInter Gérald Darmanin nie la véracité de ces échanges. En effet il rétorque sur le terrain judiciaire « La violation absolue totale du secret d’instruction manifestement n’étonne plus personne » et nie en bloc les révélations, dénonçant la calomnie dont il serait victime « cette calomnie et cette ignominie continuent dans des conditions absolument obscènes ».

Par ailleurs, il affirme à la radio qu’on lui a refusé une confrontation. Mais France-Inter révèle grâce à une source proche du dossier qu’« une confrontation était bien prévue dans le cabinet de la juge d’instruction dans quelques semaines. ». Darmanin, dont les SMS de harcèlement sont à charge, ment allègrement et ose parler de « décisions favorables » le concernant dans cette affaire, alors que les jugements ont tous été classés sans suite. Rappelons qu’un classement sans suite n’innocente pas l’accusé.

Le cynisme du ministre de l’intérieur ne s’arrête pas là puisqu’il se permet de comparer les soi-disant calomnies dont il ferait les frais, aux violences sexistes et sexuelles qui touchent un nombre incalculable de femmes, et dont la violence est structurelle : « Les actes contre les femmes, les violences sexuelles sont un mal qui rongent la société, la calomnie ronge aussi beaucoup l’honneur des femmes et des hommes ». Niant en bloc les révélations des SMS en se positionnant comme victime de « calomnie » et d’« ignominie », Gérald Darmanin poursuit sa défense en exprimant son dégout "À part du dégoût, je ne vois pas très bien ce que cela m’inspire." .

C’est d’une hypocrisie monstrueuse dont fait preuve Darmanin dans la totalité de son passage au micro de France-Inter ce lundi matin, dénonçant de « fausse fuite » alors que nous démontrions la semaine dernière - ces mensonges concernant les SMS.

Alors que les violences sexistes et sexuelles sont au cœur de la vague féministe actuelle, le ministre de l’intérieur français est protégé par ses pairs dont Marlène Schiappa, pour qui les femmes sont, supposément, la grande cause du quinquennat, mais qui instrumentalise les questions féministes pour renforcer les mesures racistes du gouvernement et ne fait rien contre les violences de genre. Nous ne pouvons que demander la démission de ce ministre accusé de viol et dont le harcèlement est maintenant avéré, surtout lorsque ces projet de loi sont aussi réactionnaires et racistes que la loi contre les séparatismes et la loi sécurité global.




Mots-clés

violences sexistes   /    gouvernement   /    Gérald Darmanin   /    Genre   /    Scandale   /    Violences faites aux femmes   /    Du Pain et des Roses