^

Politique

Des papiers pour tous !

« Banco ! » : le coup de com’ de Macron qui « naturalise » un rugbyman professionnel

Bien entendu, la naturalisation n'a pas eu lieu. Jupiter s'est offert un coup de com' sordide au moment où le gouvernement relance la question des quotas d'immigration, jugeant la loi asile-immigration trop légère à son goût.

lundi 17 juin

Ce samedi soir avait lieu la finale du Top 14, qui opposait Toulouse à Clermont. Un match à double enjeu pour Van Dyk, le pilier droit sud-africain du Stade toulousain, qui a saisi l’occasion de la rencontre avec le président pour lui demander la nationalité française, requête à laquelle Macron a immédiatement répondu « Banco ! Très bien. On lance la procédure ! », en direct devant des milliers de téléspectateurs.

Cette réponse prompte et détendue de Macron au sujet d’une demande de nationalité ne peut que sonner ironiquement à la lumière des politiques qu’il mène depuis le début de son mandat. De la Loi Asile-Immigration, au scandale de l’Aquarius il y a quelques mois, c’est plutôt aux déclarations et mesures xénophobes que Macron nous a habitués.

Plus sordide encore, au même moment Castaner relançait la proposition chère à la droite dure des quotas d’immigration dans une interview au Journal du Dimanche, dans la suite de la ligne adoptée par le gouvernement qui cherche à polariser le débat sur l’immigration. Déjà au moment du grand débat Macron avait promis de lancer une série de débats sur l’immigration, alors que cette revendication était totalement absente du mouvement des Gilets Jaunes.

Mais on reconnaît bien là le président ! En effet, les centaines de milliers de migrants qui meurent en essayant d’accoster en France n’ont pas de quoi l’émouvoir. En Macronie, pas question de faire de la charité : la nationalité, ça se mérite ! C’est en tout cas que qu’exprime clairement le slogan « Immigration : Maîtriser ou subir », dans une vidéo de campagne LREM : la volonté de faire le tri entre les « bons » et les « mauvais » migrants. Le discours de politique générale d’Edouard Philippe allait par ailleurs dans le même sens.

Et ce alors même que des milliers de sans-papiers vivent et travaillent sur le territoire français en citoyens de seconde zone, voire en véritables corps anonymes, pendant que des Balkany peuvent frauder tranquillement pendant des années et littéralement jouer au Monopoly en se baladant d’un bout à l’autre du globe. Plus généralement c’est la question même d’une demande de nationalité ne devrait même pas avoir lieu. La nationalité n’est pas quelque chose qui se mérite, ni qui se réserve à une élite ! Exigeons l’ouverture des frontières et la régularisation de tous les sans-papiers !

Cette réponse à la demande du joueur n’est ainsi pour Macron qu’un énième coup de com’, dans un moment très médiatique.




Mots-clés

Emmanuel Macron   /    Politique